Vendée Globe 2020

Samantha Davies prendra le départ du Vendée Globe 2020
Tanguy de Lamotte qui avait racheté Maître Coq, le 60 pieds de Jérémie Beyou, 3e du Vendée Globe, va passer la main au sein de l'écurie Initiatives Coeur à la navigatrice britannique Sam Davies, avec qui il courra, d'abord, la prochaine transat Jacques-Vabre. Ce n’est pas pour autant la fin de l’histoire Initiatives-Cœur. A l'issue de la Transat Jacques Vabre, Tanguy confiera la barre de son nouvel IMOCA à une navigatrice de confiance et de talent qui disputera les grandes courses océaniques, dont le Vendée Globe 2020.

« C’est le scénario de rêve de savoir dès maintenant que je serai au départ du Vendée Globe 2020 avec un bateau et une équipe performants que je connais déjà. Lors de la Transat Jacques Vabre 2015,C’est un honneur de succéder à Tanguy mais c’est aussi une grosse pression d’être à la hauteur de ce qu’il a accompli. Je sais qu’il ne m’abandonnera pas et me soutiendra dans ce défi. »  annonce Sam Davies

Alan Roura au départ du prochain Vendée Globe
Alan Roura a annoncé le rachat de l’ex MACSF de Bertrand de Broc (Plan Finot-Conq de 2007) qui était aussi le premier IMOCA d’Armel Le Cléac’h. L’autre bonne nouvelle pour le jeune Suisse est que son partenaire, La Fabrique, lui renouvelle son soutien jusqu’en 2021. Alan sera au départ de deux Transat Jacques Vabre (2017, 2019) et d’une Route du Rhum (2018) avant de participer une deuxième fois au Vendée Globe, après sa jolie 12e place acquise cette année à bord de l’un des IMOCA les plus anciens de la flotte..

Ouvrage majeur pour une course mythique, prix Beau Livre Concarneau
7 éditions, 137 bateaux, 85 participants : Dino Di Meo et Antoine Grenapin ont – au terme d’un travail considérable – réussi l’exploit de réunir tous les participants du Vendée Globe. Ces marins d’exception prennent la parole pour nous confier leurs souvenirs de course marquants.

Les 137 textes compilés par les auteurs forment une galerie de portraits et d’anecdotes fortes et
foisonnantes. Par leur ampleur et leur qualité, ces textes livrent l’essence de cette course, et expriment toute la force des sentiments océaniques.

De tempêtes en réparations de fortune, de la solitude à l’entraide, de la peur à l’effroi, entre moments de grâce et abdication, ce livre nous fait monter à bord, avec les marins.

L’ouvrage est illustré par de nombreuses photographies, cartes, tracés et temps de parcours. Il contient également les maquettes de tous les bateaux avec leurs caractéristiques techniques, ainsi que des documents inédits : carnets de bord, dessins de Titouan Lamazou, archives privées des navigateurs.

Charal nouveau partenaire de Jérémie Beyou
La société Charal a annoncé son partenariat avec Jérémie Beyou et son équipe jusqu’en 2022. Le programme sportif sera dense avec en point d’orgue une participation au Vendée Globe 2020 avec une unique ambition : la victoire. Dans cette optique, Jérémie et son partenaire vont lancer la construction d’un nouveau bateau (plan VPLP) dont la mise à l’eau est prévue à l’été 2018. Charal a décidé de s’inscrire sur le long terme, puisque le partenariat durera jusqu’en 2022 compris, incluant un Vendée Globe, deux éditions de la Route du Rhum (2018-2022) et autant de la Transat Jacques-Vabre (2019-2021). Qui dit ambition dit aussi nouveau bateau à foils, sur les dessins duquel planchent d’ores et déjà le bureau d’études de Beyou Racing et le cabinet d’architectes VPLP, et qui sera construit par le chantier CDK Technologies, pour une mise à l’eau prévue à l’été 2018.

Le monocoque SMA a retrouvé ses quartiers chez Mer Agitée. 

Un chantier de quatre semaines est programmé pour remettre le bateau en ordre de marche. Mais le dossier principal concerne la mise en place d’un foil tribord qui sera testé par Paul Meilhat et son équipe jusqu’à la mi-juin avant un nouveau chantier d’optimisation pour la Transat Jacques Vabre.

Le skipper de SMA sera au centre du processus de validation, il ne sera pas seul… Paul a choisi le navigateur Gwénolé Gahinet pour l’accompagner sur la Transat Jacques Vabre 2017. Intégré dès à présent dans l’équipe de SMA,  Gwénolé sera associé à l’analyse des performances et au développement technique du bateau.

L'ex IMOCA Banque Populaire 8 est reparti pour une nouvelle aventure.

Le monocoque Banque Populaire vainqueur de la dernière édition du Vendée Globe a été remis à l’eau avec un nouveau nom, de nouvelles couleurs et un nouveau skipper à sa barre, Louis Burton. Vive Bureau Vallée. Deux mois après avoir triomphé au Vendée Globe l’ex-IMOCA Banque Populaire 8 est reparti pour une nouvelle aventure. 
Déco de coque jaune, bleue et verte aux couleurs du sponsor, le nouveau monocoque a dû patienter que la mer monte un peu à la mi-journée pour faire trempette. Le mât a été rajouté dans la foulée. Les équipes du marin ont travaillé pour refaire une beauté au voilier qui sera dès lundi en mer pour sa première navigation. Louis Burton, qui disposera d’un budget de fonctionnement de 3,4 millions d’euros par an, va vite devoir prendre en main son nouveau joujou afin d’être fin prêt au départ de la Transat Jacques Vabre (5 novembre au Havre) avec sa compagne Servane Escoffier. Il s’agira du premier grand défi avant la Route du Rhum 2018 et un nouveau Vendée Globe (2020-2021).

Le skipper au grand coeur au départ sur l'ancien Maître Coq 
Lors d’une soirée organisée à la Tour Eiffel, Tanguy de Lamotte a annoncé que l’IMOCA à foils Maitre CoQ de Jérémie Beyou devient Initiatives-Cœur. Le projet se poursuit sur quatre ans et Tanguy prendra part au Vendée Globe 2020 à bord de cette belle machine. D’ici-là, le skipper au grand cœur s’associera à Samantha Davies pour la Transat Jacques Vabre, dont le départ sera donné le 5 novembre prochain.

Le bateau de Stephane Le Diraison de retour à Caen
Après 12 000 milles parcourus, Stéphane Le Diraison a vécu une véritable aventure humaine pour rallier l'Australie sous gréement de fortune. Mais le défi ne s'est pas arrêté là : le retour du bateau de Melbourne à Caen s’est avéré être une épreuve à la mesure du Vendée Globe. Stéphane raconte la réception de son bateau en France J’ai dû me retrousser les manches et aller chercher mon camion et mon semi-rigide à Lorient et les acheminer au Havre après avoir assuré l’entretien mécanique. Le déchargement se passe à peu près bien, on arrive à remettre à l'eau malgré des gros moments de flottement. On suit les dockers qui contrôlent la remise à l'eau, on a ramené le bateau à la marina et on s'est plié aux démarches administratives. Puis ce fut l'ensemble des vérifications du moteur, des batteries, et l'enlèvement d' un maximum de salissures sur le pont (rouille, suie, graisse,…). On est ensuite repartis dans la nuit pour faire route vers Caen, avec mon semi-rigide en remorque. Nous avons eu la chance d’avoir une météo clémente qui nous a permis de naviguer sans mât ni quille en toute sécurité. On est arrivés en fin de nuit à Ouistreham et on s'est mis au ponton d'attente. On a ensuite passé les écluses et effectué la remontée du canal puis nous nous sommes amarrés au chantier V1D2 vers 10h le lendemain. La mission a été de décharger tout le bateau avec au moins 4 mètres cube de matériel à vider ! Une fois le camion rempli, nous avons préparé le bateau pour un stockage à Caen, le temps de connaitre la suite de son programme je vais m'atteler à faire avancer les discussions en cours afin d’être au départ de la Transat Jacques Vabre le 5 novembre prochain. L’objectif final est bien sûr de boucler la boucle lors du Vendée Globe 2020 !

Plus de deux millions de visiteurs se sont rendus au départ et aux arrivées de la 8e édition du Vendée Globe, aux Sables-d’Olonne (Vendée).

C’est ce qu’ont indiqué, les organisateurs dans leur bilan de cette course autour du monde en solitaire sans assistance et sans escale. Soit une progression de 25 % par rapport à la précédente édition, il y a 4 ans.D’un point de vue sportif, cette 8e édition s’est courue en un temps record : Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) a remporté la course en 74 jours 03 heures 35 min 46 sec.

L’édition 2016/2017 a débuté le 6 novembre avec 29 partants de 10 nationalités différentes. Onze concurrents ont dû abandonner et un seul a perdu son bateau, Kito de Pavant (Bastide Otio), secouru le 7 décembre au milieu de l’océan indien après avoir heurté un cachalot. Au final, 18 skippers « ont terminé classés, une première dans l’histoire du Vendée Globe.

D’autres records ont été signés lors de ce périple autour du monde en solo : record à l’Équateur (Alex Thomson/GBR en 9 j 7 h 2 min), record au cap de Bonne Espérance (Alex Thomson/GBR en 17 j 22 h 58 min), record au cap Leeuwin (Armel Le Cléac'h/FRA en 28 j 20 h 12 min), ou encore record au cap Horn (Armel Le Cléac'h/FRA en 47 j 32 min)..