Livres 

Les editions PETRA fidèles au salon du livre insulaire d'Ouessant

yasser kattou
Les éditions Petra, sous la direction de Yasser et Patricia Kattou, sont fidèles au salon du livre insulaire d'Ouessant. Plusieurs de leurs auteurs ont été lauréats des prix du livre insulaire :  Jean-Michel Racault qui reçoit le premier prix avec Robison & compagnie, aspect de l'insularité politique de Thomas More à Michel Tournier. Puis L'usage de l'île, thèse de Nathalie Bernardie-Tahir, professeur de géographie à l'Université de Limoges. Ces deux auteurs font partie de la sélection « pointue » opérée par la maison Petra, fondée à Paris en 2001. 

Spécialisée à l'origine dans l'édition d'ouvrages de sciences humaines et plus tard dans les oeuvres littéraires, elle est devenue une référence dans le milieu de la recherche et dans celui des éditeurs nationaux : Petra collabore notamment avec Hachette et Flammarion. 
Participer au salon du livre insulaire permet aux éditions Petra de mettre à l'honneur leur collection des îles. Dirigée par Eric Fougères, elle rassemble des livres visant à « développer une réflexion pluridisciplinaire sur les îles ». C'est aussi l'occasion de rencontrer de « potentiels futurs auteurs ». 

Cette année la maison d'Editions Petra propose des nouveautés:

Un polar écrit par une sociologue corse, Marie Peretti-Ndiaye, Damnatio memoriae qui obtient le prix de littérature générale. Palerme, début du XXIe siècle. Deux journalistes réalisent un documentaire sur les migrants. En déambulant dans les rues surchauffées de l’île, ils lient connaissance avec Youngest Son. Arrivé depuis peu en Italie, le musicien accepte de dérouler le fil de son récit migratoire face caméra. Chrétien originaire du Nord du Nigéria, Youngest Son a traversé le Sahel puis une partie de la Méditerranée pour fuir les tensions à l’œuvre dans sa région. En Sicile, il est confronté à la précarité, au racisme et à la violence. Tous ses espoirs reposent désormais sur Abigail, sa sœur installée en Espagne depuis peu. Cette rencontre conduit les deux journalistes de Palerme au quartier Son Gotleu de Palma puis dans les caboulots de Bastia à la recherche d’Abigail.

Le livre de nouvelles de cinq écrivaines réunionnaises : Isabelle Hoarau-Joly, Céline Huet, Monique Mérabet, Huguette Payet, Monique Séverin Les Nénènes.À La Réunion, ce sont des femmes s'occupant d'enfants et de maisons qui ne sont pas les leurs. Autrefois, dans les familles aisées, elles tenaient un peu le rôle de deuxième maman. Ce qu'elles faisaient avec dévouement, tendresse et fermeté, dit-on souvent. Mais ces images sont-elles bien conformes à la diversité des situations et aux mutations de la société contemporaine? Écrire sur les nénènes, c'est écrire sur l'enfance, les liens familiaux et la maternité. C'est dévoiler des rapports sociaux inégaux et faire une plongée dans la société réunionnaise.

Un ouvrage collectif en littérature comparée dirigé par Florence Lojacono, sur L’île palimpseste.
Les îles, qu’elles soient présentées au lecteur comme réelles, qu’elles soient romancées  OU qu’elles soient imaginaires fonctionnent comme des embrayeurs de récits. Les couches du palimpseste sont multiples. Quand on gratte la mise en fiction insulaire, ce qui apparaît, ce n’est pas l’île originale mais les conditions mêmes de cette mise en fiction, c’est-à-dire les croyances et les systèmes interprétatifs qui ont fait de l’île le lieu mythique entre tous.

Un livre de poésie d’Anguéliki Garidis, Sur un buisson de myrte. Errances grecques
La beauté du livre est inouie. Petra avait déjà fait paraître un livre sur les années de prison de son père et de sa tante en Grèce, Les armoires du temps. Archéologue de la mémoire, l'auteur tente de reconstituer l'histoire de deux familles, l'une grecque, l'autre roumaine. Dans ce texte hybride, mêlant souvenirs, correspondances et recherches historiques, c'est une véritable enquête de détective qui est menée, à partir de fragments d'informations.

Le livre de Marie Darcque-Tassin Quemenès O Kemenez. 
Cet ouvrage est une sorte de saga, rassemblant trois livres dont deux publiés et désormais épuisés, qui relate trois histoires d'amour avec l'île de Kemenez, à quelques encablures des côtes bretonnes, entre Le Conquet et Ouessant.

Un Choix de poèmes de Yeats, traduits par Claude-Raphaël Samama, en bilingue. 
Il existe pour la poésie de William Butler Yeats une sorte de mystérieuse sympathie et de forte attraction que le temps ne dément pas. Au-delà d’une œuvre foisonnante de chef d’école littéraire, de dramaturge, d’essayiste, d’homme engagé dans l’histoire tragique de l’Irlande du premier tiers du xxe siècle, c’est le poète qui recueille le plus la faveur du lecteur contemporain.

Seront présents sur le stand en signature : 

Jean-Paul Le Bihan (l’archéologue d’Ouessant) qui vient de faire paraître un livre sur ses années collège, Le collégien,
Le collégien évoque le parcours chaotique d’un jeune garçon adopté à l’après-guerre, qui sauvera sa vie par la fréquentation assidue de l’école. À onze ans, il fait l’expérience, aussi douloureuse que cocasse, des cours complémentaires de campagne, aujourd’hui disparus, mais mis en place par la IVe République pour les classes sociales modestes. Violence, dénuement et instinct de conservation forment un garçon mal parti, mais obstiné, qui intègre et visite à son corps défendant, mais toujours en mal venu, toutes les institutions de l’Instruction publique disponibles (collège, lycée, école normale d’instituteurs, université). En définitive, c’est à la peau d’un professeur puis d’un chercheur qu’il collera la sienne. Voici un récit à résonance autobiographique aussi lucide que tendre, aussi provocateur que confiant, à propos d’une école aujourd’hui brocardée. Voici un formidable message d’espoir lancé par un auteur qui sentit, à maintes reprises, sa vie basculer dans le vide.

Jean-Pierre Boulic pour Petites pièces pour instruments à voix, 
La poésie de Jean-Pierre Boulic saisit, d'emblée, le lecteur par l'infinie douceur d'une musicalité impressionniste évoquant le Debussy de "L'après-midi d'un faune" et des "Nuages" ou le Ravel des "Jeux d'eau". Ensuite, et surtout, par la profondeur d'un regard qui porte loin en direction du mystère du monde. Où la poésie devient itinérance, "aventure spirituelle" dans l'invention, jour après jour, des chemins qui croisent obstinément ce mystère :
Jeanine Baude (la directrice de la collection « Pierres écrites »), Anguéliki Garidis, Patrick Macquaire qui a le projet de faire illustrer par les collégiens de Ouessant un roman qu’il a écrit autour de Picassiette, l’architecte naïf chartrain et signera Le Cercle des homards, Claude-Raphaël Samama (traducteur de Yeats), Marie Tassin. 
Heureusement que Pétra est là pour animer le salon !

Yamen Manaï primé pour l'amas ardent publié chez Elyzad

yamen manaï
L'écrivain Tunisien Yamen Manaï a remporté le prix des 5 continents de l'Organisation internationale de la Francophonie pour son roman "L'amas ardent" publié aux éditions Elyzad. 

Né en 1980 à Tunis, Yamen Manai vit à Paris. Ingénieur, il travaille sur les nouvelles technologies de l’information. Son premier roman, La Marche de l’incertitude (Elyzad poche, 2010), a reçu en Tunisie le prix Comar d’Or, en France le prix des Lycéens Coup de Cœur de Coup de Soleil.

"L'amas ardent" est son troisième roman. Ce dernier retrace l'histoire d'un apiculteur dans un pays imaginaire qui mène une vie d'ascète auprès de ses abeilles.Dans cette fable aux accents voltériens, un apiculteur défend ses abeilles contre une secte de frelons particulièrement agressive. Avec humour et une écriture limpide, l'auteur nous en apprend d'avantage sur les pulsions meurtrières des fanatiques que bien des discours a déclaré Paula Jacques la présidente du Jury au sujet du roman de Yamen Manaï.

Le Prix a été officiellement remis à Yamen Manai par Adama Ouane, l’Administrateur de l’OIF à la Foire de Francfort

Doté de 10.000 euros, le prix des 5 continents a été créé en 2001 pour mettre en lumière des talents littéraires reflétant l’expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents indique l'Organisation internationale de la Francophonie.

Les lendemains d'hier

ali bécheur
Le nouveau roman d'Ali Bécheur, figure majeure de la littérature tunisienne, est un hommage émouvant au père et à l'enfance, et nous offre, sur deux générations, une traversée du siècle - les guerres mondiales, le protectorat français, l'indépendance -magistrale et intime.

Un fils parle de son père, enfant à la prunelle vive dans une Tunisie sous protectorat. Le petit garçon de la médina, soutenu par son instituteur, réalise enfin son rêve de devenir avocat. Autour de lui, prépondérants et indigènes se croisent sans se mêler, artisans des souks et cochers maltais s'affairent dans un monde qui chancelle sur la crête du chaos. Les deux conflits mondiaux, la main de fer du résident général, l'indépendance, autant de convulsions à affronter côte à côte pour le père et le fils. Entre confrontation et connivence, leur attachement est indicible dans une société qui impose la pudeur des sentiments.

Ali Bécheur, né à Sousse, vit à Tunis où il a exercé la profession d’avocat. Auteur de romans et nouvelles, il a été récompensé de plusieurs prix littéraires en Tunisie. Les Lendemains d’hier est son quatrième ouvrage paru aux éditions Elyzad.

sois sage reine may

Sois sage Reine-May, le troisième roman de Colline Hoarau

Sois sage, Reine-May, est le troisième roman de Colline Hoarau. Cette native de l’île de La Réunion vit aujourd’hui en Centre Bretagne. Sois-Sage Reine-May se veut une immersion dans deux univers très différents : la Réunion et la Bretagne
Reine-May est Réunionnaise. A l’âge de 10 ans, elle quitte son île natale pour la Bretagne suite au décès de son beau-père et à l’incapacité de sa mère de s’occuper d’elle. Reine-May sera adoptée par un couple de Bretons et découvrira une culture tout aussi riche que la sienne. Pourtant Reine-May, malgré son jeune âge, cache un lourd secret… Secret qui la ronge malgré la bienveillance de ses parents adoptifs. Ce livre manque d'épaisseur. L'auteur aurait dû développer davantage son intégration, plutôt que de nous faire voyager dans cette Bretagne qui ressemble de très près à la Bretagne Mystérieuse. La vie quotidienne de Reine-May, à part quelques détails sur sa famille adoptive et son déracinement, laisse le lecteur sur sa faim.
Le style de l'auteur est toujours très rythmé. La plume est fluide et l'utilisation de vocabulaires bretons ou créoles apporte une touche exotique. Les chapitres sont courts et se terminent sur une pensée de Reine-May. Un secret pèse sur l'enfance de la petite réunionnaise, ce secret est prévisibe, on le découvre à la fin du roman. Sois Sage Reine May est une lecture originale. Le roman est rapide à lire,120 pages ce n'est pas suffisant. Il faut davantage de développement. Peut-être qu'un jour l'auteur nous emmenera dans un prochain roman dans une saga familiale.
La Réunion est collée aux semelles de l'auteur, et c'est sur cette île de l'Océan Indien que les intrigues de ses romans prennent corps. Avec toujours cette mère qui disparaît et les souvenirs qui reviennent. Dans l'Adieu à Lila Isabella a souffert du "syndrome de l'abandon". De même dans Sois Sage Reine-May," on découvre l'incapacité de sa mère à s'occuper d'elle". L'auteur semble porter son enfance en bandoulière.

La Houlette premier roman de Hamil Hatimi
Le premier roman de Kamil Hatimi a une couverture qui intrigue, à la lecture de l’ouvrage l’explication en est donnée. On est à Casablanca, Dragan est serbo-marocain et journaliste à la Houlette Casablancaise. Il découvre qu’il ne peut plus écrire. Pour essayer de remédier au problème, il va voir un thérapeute qui à chaque séance met le doigt où cela fait mal. Survient un attentat dans un grand hôtel de Casablanca, qui est responsable ? qui le revendique ? Chacun y va de sa théorie. Mais Dragan va peu à peu faire le lien entre l’affaire et son propre passé. Cette histoire vient le gifler. Ce sera son déclic et ce qui lui permettra de lever le voile sur sa part d’ombre. L’auteur rend visible un fléau si peu « dit » dans « le plus beau pays du monde ».Un portrait du Maroc très bien écrit, mais terrifiant et cruel. Paru chez Elyzad, a lire absolument.

editions elyzad

Les éditions Elyzad dans toutes les bonnes librairies cet été
'De passage à la librairie, votre regard puis votre main ne pourront qu'être attirés par ces formats poche, de l'éditeur ELYZAD, tant les seules couvertures invitent à un passionnant voyage autour de la Méditerannée . Mais cette maison d'édition tunisienne va bien au delà des apparences. Chacun de ses titres offre au lecteur un vrai plaisir de lecture:une écriture dont l'oralité teinte aux oreilles du lecteur qui lit silencieusement et une histoire,dévoilant de multiples et complexes personnages, des rencontres qui bousculeront nombre d'idées reçues sur les pays méditerannéens. Pendant tout l'été, pour 2 livres de la collection Elyzad Poche achetés, un carnet de 168 pages en papier verger ivoire vous est offert.


Nos suggestions pour découvrir cet éditeur
:

"Mon cher fils" de Leila Sebbar. : Un vieil homme, après trente ans passés à travailler en France dans les usines Renault, de retour à Alger, demande à une jeune fille, écrivain public, d'écrire une lettre à son fils, perdu de vue, pour lui dire tout ce qu'il n'a jamais pu lui dire et reprendre contact.Des vies défilent, au rythme de l'exil, et du retour au pays.

"L'impasse de Bab Essaha" de Sahar Khalifa: A Naplouse, l'Intifada en toile de fond, des destins de femmes palestiniennes qui tentent de sortir de l'impasse, entre l'occupant israélien et les combattants palestiniens. Résonnent aux oreilles du lecteur les voix de ces femmes palestiniennes, leurs craintes, leur oppression, leurs aspirations à la liberté, qui pour l'auteur,ne peut s'inscrire que dans le cadre de la libération du peuple palestinien.'

quizz des phares

Le Quizz des phares
Gardez le cap ! Les phares n’auront bientôt plus de secrets pour vous. 300 questions pour découvrir un univers où se côtoient hommes et bateaux, où le ciel et la mer s’épousent à l’horizon. A l’approche des côtes, tout se complique parfois, alors des sentinelles veillent : les phares. Un ancien gardien de phare, Louis Cozan, vous servira de guide avant d’affronter le quiz, proposé par Dominique Daniel, passionné de la mer, et de parfaire vos connaissances.


Les pêcheurs Bréhatins à Terre-Neuve
Marc Moingeon vient d'écrire un ouvrage intitulé « Les Pêcheurs bréhatins à Terre-Neuve ». Marc Moingeon, ancien éditeur (on lui doit entre autres l’édition de l’ouvrage de Louis Menguy « Bribes d’histoire de l’archipel bréhatin »), vient à Bréhat depuis plus de 30 ans. Dans son livre, il raconte l’histoire des pêcheurs bréhatins à Terre-Neuve, au XVI e siècle, l’aventure pleine de dangers de ces hommes qui allaient vers ces mers lointaines pêcher la morue, qui s’est prolongée au fil des siècles jusqu’à nos jours.
Il s’est lui-même rendu sur place en juillet 2007, un de ses amis lui ayant appris que des communes du Nord de Terre-Neuve s’appelaient Great Bréhat, et Little Bréhat. Cela montre la présence et le rôle important des pêcheurs bréhatins là-bas, et dans l’histoire de la pêche française. L’ouvrage intéressera les Bréhatins et tous les amoureux de Bréhat, on y trouve beaucoup de détails sur cette pêche lointaine.


gildas mousse de groix

Gildas Mousse de Groix
Ce projet est né d'un partenariat entre l'Ecomusée de l'Ile de Groix avec son conservateur Mme Sylvie San Quirce, soutenu par le Conseil International des Musées et la Fondation Québec Labrador, entre la Société Historique du French Shore au nord de Terre-Neuve qui oeuvrent de part et d'autre de l'Atlantique pour l'étude et la mise en oeuvre de leur patrimoine maritime respectif.
Ce livre bilingue français-anglais de 80 pages, fruit d'un travail d'écriture de plusieurs mois des élèves de 6ème et 5ème du Collège Saint Tudy de Groix avec leurs professeurs Catherine Le Goff et Elsa Ollier. Ce livre s'est appuyé sur une documentation très riche des collections de l'Ecomusée de Groix.http://groix.com.chez-alice.fr/Pages/college-doss-presse.htm


Pont-Aven et ses peintres
C'est de Pont-Aven qu'est parti le mouvement artistique connu sous le nom d'Ecole de Pont-Aven ou de Synthétisme. Pont-Aven et ses peintres publié aux Editions Gisserot a été écrit par le Conservateur du Musée de Pont-Aven, Madame Estelle Guille des Buttes-Fresneau, avec l'accord de la muncipalité de la ville.
C'est un ouvrage grand public très bien illustré exposant l'histoire de la cité, son activité économique, l'arrivée des premiers peintres et les conditions de naissance de l'Ecole de Pont-Aven. Un choix de 70 reproductions d'oeuvres du Musée a été décidé afin d'évoquer par l'exemple les artistes impliqués dans cette aventure artistique. Un chapitre complet est consacré aux figures tutélaires Paul Gauguin et Emile Bernard.
Qui d'autre que Madame Estelle Guille des Buttes-Fresneau pouvait offrir aux lecteurs une approche tant scientique que pédagogique pour un ouvrage destiné au grand public. Dès son arrivée au musée en mai 2006, elle désirait faire connaître les collections du musée, mais aussi valoriser la collection permanente, car il n'existait aucun catalogue de synthèse. Fin 2007, elle a été contacté par les Editions Gisserot, pour réaliser un ouvrage accessible à tout public. Ce livre d'art à part entière est un objet de culture indispensable, il est en vente à l'accueil du musée des Beaux Arts de Pont-Aven, mais est aussi diffusé dans toute la France. Il coûte 5€.http://museepontaven.fr