Livre insulaire 

Islande le carnet d'un aquarelliste Brestois

Claude Marchalot Islande

Après quelques décennies passées au service de la recherche océanographique, l’Islande ne pouvait manquer d’être, pour Claude Marchalot, une destination fascinante.

Cette île de glace et de feu, traversée de part en part par la dorsale médio-atlantique, est un livre de géographie grand ouvert :sur l’expansion océanique qui chaque année élargit son territoire de quelques centimètres, sur la tectonique des plaques et le volcanisme qui l’accompagne, que les islandais exploitent, malgré ses dangers, pour se chauffer, cultiver et produire de l’électricité, sur les impacts tangibles du réchauffement climatique, ici mesuré par le recul des glaciers et sur la biodiversité marine avec des ressources halieutiques importantes et une pêche omniprésente le long de ses côtes.

L’Islande, c’est aussi l’histoire d’une extraordinairement tenace communauté humaine d’environ 300 000 habitants aujourd’hui qui, depuis cinq siècles, a réussi à subsister et se développer dans un environnement hostile et difficilement accessible, communauté dont le destin a parfois croisé le notre : marié à une paimpolaise et intéressé depuis longtemps par « l’épopée islandaise », l’artiste en a retrouvé (et peint) nombre de témoignages dans le paysage : stèles, hôpital, cimetière… avant de découvrir dans une librairie de Reykjavik, le surprenant livre « Pêcheurs de France, vus par les islandais » de Maria Oskarsdottir, miroir islandais étonnant de l’ouvrage très réaliste de François Chappé (L’épopée islandaise, édition L’Albaron, 1991) et du romanesque « Pêcheurs d’Islande » de Pierre Loti.

Plusieurs de ces peintures ainsi que ce carnet grand format (29 x 29 cm) abondamment illustré de 215 photos et aquarelles, agrémentées des notes de voyage de l’auteur, seront présentées à l’occasion de ce salon dédié à l’Islande..

Comme une ile

comme une ile

Victime d'un crash aérien, Joanna, 17 ans, échoue sur une île déserte et survit avec un vieux perroquet pour seul compagnie. Quelques années plus tard, un mystérieux navigateur accoste sur l'île et tente de lui porter secours, mais la jeune femme refuse son aide. Ce n'est qu'au prix d'un curieux pacte conclu avec l'étranger que Joanna accepte que celui-ci la ramène auprès des siens. Mais seulement pour un an. Car il a promis de revenir la chercher à l'issue de ce délai et de la ramener sur son île qui est devenue désormais son seul refuge. Mais une fois parvenue à bon port, rien ne se déroule comme prévu et c'est une tout autre réalité qui attend la jeune femme.

Un roman finement écrit, qui tient le lecteur en haleine tout au fil des pages. Nous endurons les rayons ardents du soleil, nous sentons l’odeur un peu forte du vieux perroquet, sous nos pieds le tapis de feuilles mortes, nous ressentons le clapotis des vagues sur nos jambes… et surtout nous sommes en empathie avec ce personnage atypique, nous partageons ses peurs et ses joies, ses attentes et ses angoisses. Un roman remarquable, à la fin aussi étonnante qu’inattendue. Une histoire subtilement composée, un suspense habilement mené. Catherine de Noter-Talvy offre véritablement un délectable moment de lecture !

La Bounty à Pitcairn

la bounty à Pitcairn

Le 15 janvier 1790, au fin fond des mers du sud, Fletcher Christian et huit mutins de la Bounty fuient la Royal Navy. Accompagnés d’hommes et de femmes de Tahiti, ils s’installent sur une île déserte : Pitcairn. 15 hommes, 12 femmes. Près de vingt ans plus tard, on retrouve leur trace : 23 enfants sont nés, il reste neuf femmes, mais un seul homme. Sur les 14 hommes morts, 13 ont été tués. Que s’est-il passé ? Qu’ont-ils raconté à leurs enfants ?
Aujourd’hui, l’auteur retrace le parcours de ce groupe d’individus qui, rêvant d’une nouvelle vie, à vécu un cauchemar, tout en créant une société inédite.
A l’aide de sources historiques, puisant dans les fictions déjà existantes, confrontant réalité et mythe hollywoodien des révoltés du Bounty, l’auteur enquête et propose sa vérité.

Sébastien Laurier, auteur, comédien et metteur en scène, mène des quêtes/enquêtes poétiques, littéraires, décalées, mais toujours rigoureusement documentées, qui deviennent des objets artistiques, livres et spectacles. A priori impossibles, ces utopies concrètes sont des invitations au voyage et à la rencontre ainsi que des explorations intimes.

Graine d'écume la malédiction de Saint-Budoc

Une malédiction familiale frappe la famille d’Eugène depuis plusieurs générations. En effet, tous les aînés périssent en mer au large de l'Île de Bréhat dans l’année de leurs vingt ans. Ses petits-enfants, Éléonore et Cyrille vont tenter d’enrayer cette succession d’événements tragiques avant que la malédiction ne touche à son tour ce dernier. Pour mener à bien leurs investigations, à la frontière entre légende et réalité, ils vont s’appuyer sur les visions surnaturelles d’Éléonore, visions étroitement liées à l’hagiographie bretonne.

Claire Connan vit sur Paimpol où elle est enseignante. Son goût pour l'écriture et les mots qui, dit-elle, l'enchantent, l'étonnent, dansent et la font basculer dans un autre monde, remonte à son enfance. Passionnée par les légendes et les histoires bretonnes, c'est donc naturellement que "Graine d'écume, la malédiction de saint Budoc" a vu le jour. Ce premier ouvrage fera voyager le lecteur au coeur de la Bretagne, entre malédiction, mystère et espérance.

L'ile Berder de Jacques de Certaines

ile berder

Nombreux sont les amoureux du golfe du Morbihan et de ses îles. Mais peu savent que certaines d’entre elles ont vécu des épisodes qui ont fait que leur petite histoire a rencontré la grande Histoire.
Tel est le cas de l’île Berder à la Belle Époque, transformée par ses deux propriétaires successifs, Arthur Dillon et Anne d’Uzès, tous deux personnages hors du commun.

Le premier achète l’île en 1879, se met à construire et surtout planter toutes sortes d’essences. Il a de grandes ambitions pour son île, y installe une station de télégraphe, rêve d’un grand port de commerce, d’un terrain d’aviation et, ruiné, finit par la revendre à Anne d’Uzès. Féministe avant l’heure, mondaine, passionnée de politique, peintre, sculpteur, la duchesse Anne d'Uzès attire à Berder des personnages illustres. On y croise le général Boulanger, un futur empereur d’Autriche, le futur pape Jean XXIII, les ducs de Rohan, Brissac et sa grande amie, la vierge rouge : Louise Michel.

L'ilien

L'ilien

Eté 1913. Yann n'a que 17 ans, gaillard robuste et déjà expérimenté, matelot depuis 3 ans sur le Reder Mor, le meilleur bateau de l'île de Siec. La mort de Fanch, son patron, lui fera quitter son île, havre de paix du littoral nord finistérien. Confronté aux difficultés puis aux plaisirs de la ville à travers des expériences amoureuses qui le feront devenir adulte, il embarquera sur un grand navire long-courrier qui l'amènera en Amérique du sud par le redouté Cap Horn. Yann découvrira les règles si particulières de la navigation à voile, la manœuvre des grands voiliers, l'amour pour la fille de son capitaine et la dure réalité de la condition humaine...

Capitaine de la marine marchande, petit fils de goémonier, embarqué à 16 ans au long-cours, Michel Jolivet nous livre ici un roman d'aventure dans lequel se mêlent les techniques de la navigation à voile et une description détaillée de la vie en Bretagne à l'aube du XXème siècle. Il nous fait parcourir le monde à travers une œuvre touchante d'humanisme issue de son expérience de la mer et des homme

Meutre sur l'ile d'Oléron

Sur une petite plage de l’île d’Oléron, un jeune homme est retrouvé mort, à demi enseveli dans le sable. Raymond Eustache, commissaire de police de La Rochelle, est dépêché sur place.

Au rythme enivrant des effluves marins et des pineaux charentais, il arpente les marais salants sauvages et les vignobles de l’île. Au fil de ses rencontres, il s’imprègne de la vie insulaire. Alors que se profile la courte vie de la victime, les circonstances du meurtre se dessinent pour faire resurgir un passé implacable et douloureux.

Enez Sun

"Cette mince lande caillouteuse, à peine émergée, au bout de laquelle se trouve le phare. C'est tout Sein. C'est un des lieux où la vie marque ses limites. De sol, il y a juste assez pour dormir dessus chaque soir et dedans pour toujours..." - Jean Epstein
"Sein ne serait pas ce qu'elle est devenue aujourd'hui sans les digues qui l'enserrent dans un corset de granite, la transformant en un véritable nid minéral. [...] Elle est souvent peu visible du continent, car enveloppée d'une myriade de fils de lumière tissant une trame serrée au gré des dépressions qui la balayent ou des anticyclones qui l'écrasent."

Grand arpenteur d'iles, Louis le Brigand fait le tour de l'ile de Sein, c'est le peintre Didier Marie le Bihan qui illustre ce livret.

Le jeune commis

le jeune commis

Écrit par le petit-fils du bâtisseur du phare de Kéréon, il relate le parcours de cet illustre ancêtre et la construction du phare jusqu'à sa mise en service en 1916.
S'il est alimenté par les archives familiales, l'ouvrage raconte d'une façon très vivante la construction du phare en y mentionnant les événements contemporains - le naufrage du Titanic en 1912, la déclaration de guerre de 1914 - et les péripéties du chantier : les campagnes de travaux qui ne durent que d'avril à octobre, la dépendance aux marées, les tempêtes qui détruisent les réalisations précédentes, la visite d'un préfet qui a le vertige etc...