Actualités des iles du Ponant

Offres week end sur les iles du Morbihan avec la Compagnie Oceane
La Compagnie Océane propose des offres week end sur les îles du Morbihan. 
Pour Houat et Hoëdic, Groix et Belle-Ile les 3, 4 et 5 juillet.Réservez dès à présent auprès de la Compagnie Océane.

Rénovation de l'amer de Lédénez
La rénovation de l'amer de Lédénez devrait permettre un meilleur accès à l'ile de Molène, avec l'alignement du moulin nord autre amer de l'ile. Les malicieux attendent le premier coup de Noroît.

Le Palais "L'Ancêtre en solitude" en signature chez Liber & co
À la Guadeloupe, trois générations de femmes se succèdent depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’aux premières années du XXe siècle. La première, Marie, a été achetée bébé par la veuve d’un planteur. Plus tard, un pauvre blanc la « met en case ». Il finira par l’épouser. Sa fille, Hortensia, est comme sa mère, une étrange petite fille, tentée par la révolte mais prisonnière de sa condition. L’esclavage a été aboli mais rien n’a vraiment changé. Puis vient Mariotte. Un homme qui est peut-être son père, lui raconte l’histoire de son aïeule, la mythique Femme Solitude. Elle entend aussi parler de négresses qui savent lire et écrire. Mais apprendre les « petites lettres » n’est-ce pas risquer de devenir folle ?
Le réalisme du quotidien est enchanté par l’imagination des trois héroïnes hantées par les sortilèges. La vie est dure. Mais c’est la joie ou du moins l’élan à vivre et à rire qui l’emporte toujours.
L’Ancêtre en Solitude s’inscrit dans la lignée des grands romans guadeloupéens écrits à quatre mains par Simone et André Schwarz-Bart.La dédicace a lieuaujourd'hui 4 juillet à 20 heures.

Sébastien Monod en résidence au Créac'h reçu à la mairie
La résidence de Sébastien MONOD est la 8ème résidence d'écrivain organisée par l'association Culture, Arts et Lettres des îles.Elle se déroule au sémaphore du Créac'h, à Ouessant, propriété du Conseil Général du Finistère mis à disposition par convention à l'association. Pour cette activité l'association bénéficie aussi du soutien de la Mairie d'Ouessant, de la Drac Bretagne et du Conseil régional de Bretagne dans le cadre de sa nouvelle politique de soutien au livre.Durant son séjour, des rencontres avec les différents publics seront organisées. Cà e matin il sera reçu à 11 heures à la mairie d'Ouessant

Sébastien Monod, journaliste, chargé de communication pour des théâtres ou des festivals, est aussi auteur de romans. Globe-trotter et cinéphile, ses œuvres promènent le lecteur dans des contrées reculées : le Sahara dans Donnez-leur le repos éternel (Éditions Publibook) ou l'Égypte dans Louxor Paradise (Éditions Jacques Flament). Mais ce sont aussi les coulisses qui l'intéressent, celles des tournages comme dans Avant que la vie ne nous sépare (Éditions T.G.), hommage au cinéma des années 40, et plus simplement celles des vies ordinaires comme le prouvent les aventures rocambolesques des personnages issus de sa mini série Sitcom que certains n'hésitent pas à comparer aux Chroniques de San Francisco du grand Armistead Maupin !
Sébastien s’intéresse beaucoup à l’art d’une manière générale, photographie, dessin, mais aussi théâtre et musique.

Sébastien Monod a publié neuf romans, des nouvelles et un peu de poésie. Organisateur de lectures dans des lieux inédits (à bord d’un vieux gréement, par exemple) où marqués par la présence des peintres impressionnistes (les « Randonnées littéraires »), Sébastien vient de participer à deux projets visant à soutenir Le Refuge, une association qui vient en aide aux jeunes exclus de leur foyer, et travaille sur un ouvrage regroupant quelques-unes de ses photos dont la publication est prévue en cette fin d’hiver 2015. 
La mère et les jours (Éditions T.G.), son dernier roman paru en édition limitée va faire l’objet d’un nouveau tirage. Un nouveau roman devrait être publié cette année ainsi qu’un recueil contenant une dizaine de poèmes.

Manuel Valls à Ouessant pour conclure la conférence des îles françaises du littoral de la Manche et de l'Océan Atlantique
Une visite officielle de Manuel Valls se prépare. Celle-ci devrait s'organiser le vendredi 10 juillet, jour où doit se tenir, à Ouessant, la première conférence des îles françaises du littoral de la Manche et de l'océan Atlantique, à l'initiative de Denis Palluel, président de l'association Les îles du Ponant.Le Premier ministre serait invité à conclure les travaux.Le maire d'Ouessant Denis Palluel, ne confirme pas l'information: " Je ne peux rien vous dire, il y aura un communiqué officiel lundi ".

Amphoris des bouteilles haut de gamme immergées à Ouessant
Lancée fin 2014, Amphoris, marque de la jeune entreprise brestoise (Finistère) Vinocéo, propose des caves à vin où faire vieillir les grands crus français. L'originalité du concept ? Les bouteilles sont immergées à plus de soixante mètres de profondeur sur des sites sélectionnés avec le plus grand soin au large des côtes de l'île d’Ouessant.

Semi marathon ile de Batz Courez y !
Le dimanche 5 juillet aura lieu la 29e édition du semi-marathon de l'Île de Batz. Au programme, deux courses (10,5 km et 21,1 km) entre nature et route, aux abords des côtes îliennes, avec sept points de ravitaillement pour la première et quinze pour la seconde. « Cette année, le parcours a un peu changé, mais il est toujours aussi agréable et unique », explique Anne Diraison, la présidente d'île de Batz initiatives, l'association organisatrice. « Et, grâce à nos partenaires et sponsors, cette année, nous préparons de belles récompenses pour les vainqueurs et toujours le maillot fétiche " À l'Aise Breizh ", offert à chaque participant ».Parmi les coureurs du 21,1 km, cent d'entre eux participent à l'Extrem waterman, un triathlon unique en France, créé par et pour les fêtes Entre terre et mer en baie de Morlaix, comprenant le semi-marathon (21,1 km) de l'Île de Batz, le trail à Saint-Pol-de-Léon (5 km) et une course de stand up paddle (16 km) sur la rivière de Morlaix.L'ensemble des bénévoles comptabilisent déjà près de 300 inscrits à un mois du défi. Dès le lundi 29 juin, les participants pourront acheter leur billet de bateau à tarif réduit ; pour dix inscriptions, une sera gratuite.

Belle-Ile 5 femmes racontent la Grande Guerre
Porté par l’association Electro-Libre, basée dans le Morbihan, ce spectacle multimédia raconte la vie de cinq femmes, d'âge et de conditions culturelles et sociales différentes, à Belle-Ile-en-Mer durant la Grande Guerre.

Il est programmé à 8 reprises sur Belle-Ile cet été :

- Salle Arletty à Palais les 15 et 16 juillet

- l' église de Locmaria les 21 et 22 juillet,

- l'église de Bangor les 28 et 29 juillet

- et l'église de Sauzon les 11 et 12 août.

Il vise à faire découvrir l'Histoire de Belle Ile durant la Grande Guerre mais également le rôle des femmes et l’évolution de leurs droits à cette période.

Groix l'adjointe au tourisme monte aux créneaux
La compagnie Océane met en place son service d'été qui n'a pas l'heur de plaire à l'adjointe au tourisme ! Durantjuillet et août, la rotation du midi assurée l'an dernier par une vedette n'existera plus. Il sera désormais impossible de rejoindre Groix ou Lorient entre 11 h 15 et 16 h. Pour Marie-Françoise Roger, maire adjointe en charge du tourisme, « On ne peut que déplorer le manque de concertation de la compagnie Océane qui nous impose ces nouveaux horaires et qui détériore le service public en pleine période touristique. C'est du jamais vu ! Imaginez à Lorient les dessertes de bus ou de train interrompues entre 11 h 15 et 16 h. C'est un véritable retour en arrière. Nous sommes quelque part les otages d'Océane, car nous n'avons pas d'autres alternatives. Même à Belle-Ile, ils n'ont pas osé le faire. Durant cette même tranche horaire, deux allers et retours sont assurés ». Bien sûr pour elle c'est la faute dela compagnie Océane,comme c'est facile, et la DSP elle en fait quoi ? Elle a été votée au Conseil Départemental. Les Groisillons ne sont pas pris en otage, ils ont des bateaux vers le continent,le service public est assuré.Les horaires ne plaisent pas à l'adjointe au tourisme qu'elle fasse le nécessaire auprès du Président du Conseil Départemental avec les autres élus, qu'elle l'invite à venir passer une journée à Groix par exemple, lui qui n'y a pas mis les pieds depuis son premier mandat. Comme le souhaite Laurent Tonnerre le nouveau conseiller départemental il faut une réunion spéciale pour traiter du problème.

La Compagnie Océane déboutée de son référé
L’association CCT avait fait procéder à un constat d’huissier motivé par des plaintes concernant les «tarifs variables» appliqués aux passages de marchandises. La Cie Océane avait déposé un référé «pour contester l’intervention» de l’huissier. Le tribunalde commerce a débouté la Cie la condamnant à verser à l’association 4.000 €.

CCBI oui à la commune nouvelle
Le président a invité les conseillers communautaires à répondre par bulletins secrets à la question « Etes vous favorable ou non au projet de la commune nouvelle ? ». Le conseil a répondu oui par quinze voix, non par sept voix et un blanc. La future CN de Belle-Ile-en-Mer, espérée au 1e r janvier 2016 avec une population de 5.434, devra auparavant « procéder, en collaboration avec les communes membres, à la rédaction d'un projet de charte fondatrice de la commune nouvelle avant le 1e r octobre 2015 ». « Cette charte sera soumise à la validation des élus municipaux et communautaires », afin de permettre « d'acter l'organisation de la commune nouvelle, notamment la gouvernance de la commune nouvelle, le rôle des communes déléguées et les grandes lignes de son fonctionnement (services, personnel...) ». Le président concluait qu'il se rendrait dans les conseils défendre le dossier.

Groix Michel Larzillière expose à la médiathèque
Retraité depuis quelques années, Michel Larzillière peut se consacrer davantage à ses activités artistiques parmi lesquelles l’aquarelle. Il en explique les principes pour les néophytes. Il passe autant de temps sur le dessin que pour l’aquarelle. Il travaille à sec au crayon puis dilue les couleurs de la plus claire à la plus foncée. En extérieur, il travaille dans les « parcs et les endroits tranquilles » et, dans son atelier, à partir d’un croquis pris sur le vif ou une photographie.
Son premier livre L’Île de Groix. Mes carnets d’aquarelle sous le bras a été édité en 2008 chez Hatoup

Plage Musicale en Bangor avec l'Orchestre symphonique de Bretagne
Plage musicale en Bangor 2015 c’est : 10 ans, 16 concerts dont 3 concerts jeune public, 78 œuvres de musique de chambre dont 10 créations, 21 artistes et 3 orchestres, le charismatique Hubert Reeves, 11 compositeurs présents dont Pascal Dusapin, 1 rencontre et 2 master-classes, 7 lieux de patrimoine (dont la Citadelle)… et 1 Académie d’été ! Enfin, puisque bis repetita placent, on retrouvera aussi Jean-Marc Luisada et son piano… pour un total 18 événements en 12 jours ! du 13 au 24 juillet.

En 2015, Plage Musicale en Bangor développe son activité en trois actions principales :

· Offrir un panorama éclectique de la musique de chambre d’hier et d’aujourd’hui avec comme invités exceptionnels l’Orchestre Symphonique de Bretagne, le charismatique Hubert Reeves, le pianiste Jean-Marc Luisada et 10 compositeurs, dont 10 œuvres seront créées.

· Poursuivre et développer son action pédagogique et culturelle. Durant l’année scolaire, une équipe d’artistes de Plage musicale en Bangor travaille en étroite collaboration avec les écoles primaires de Locmaria, Sauzon et Bangor.

· Ancrer son Académie de musique, qui se tiendra du 15 au 25 juillet 2015 à Bangor, avec 90 stagiaires venus de toute la France et de l’étranger.

Avec cette 10ème édition de 2015, Plage Musicale en Bangor poursuit donc son ambition d’offrir une haute qualité artistique, de s’adresser à un public de plus en plus diversifié et valoriser le patrimoine, mais aussi de porter ses efforts en direction du jeune public et développer son action pédagogique, ancrer son académie dans la vie de l’île.


Les travaux du musée des phares à Brest commencera en 2016
Nathalie Sarrabezolles, présidente du Conseil départemental, reprend ledossier initié par son prédécesseur Pierre Maille : la collectivité souhaite porter la création d’un musée national des phares dans le Finistère. Avec des partenaires réunis dans un groupement d’intérêt public en cours de constitution.
​- Le Conseil départemental du Finistère,
- la commune d’Ouessant, 
- le Parc marin d’Iroise
- le Parc naturel régional d’Armorique
- la Région Bretagne
- Brest métropole
- l’Etat 

A travers la création de ce musée national, l’idée est d’améliorer la visibilité de la collection du musée d’Ouessant en créant à Brest un nouveau site, hébergé dans des locaux de la Région, au bout du quai Malbert au port de commerce. 
Le musée national aurait également l’ambition de devenir une tête de réseau
- pour valoriser et protéger les collections d’autres lieux existant, pas seulement d’ailleurs dans le Finistère,
- pour faire tourner des expositions,
- pour alimenter des événements liés à la mer.

Le projet inclut la création d’un centre de ressources virtuel dont l’objectif sera de mettre à disposition de tous les richesses patrimoniales liées aux phares.

La structure emploie déjà deux personnes : la conservatrice du musée d’Ouessant et le chargé de mission qui élabore le centre de ressources virtuel. Un nouveau poste de direction va être créé.

Le phare des Equinoxes trouve son apogée à l'Ile de Wrac'h
Le groupe du Phare des équinoxes est un collectif d'artistes composé de quatre personnes : Yves Dussin, artiste-peintre installé à Audierne à l'« Ancre de Chine », Xavier Desmier, un photographe de Paris spécialiste du monde sous-marin, Patrick Serc, peintre et illustrateur dont le « Jardin de l'Ancre » est en Normandie dans la Manche, et Françoise Sylvestre, écrivain-voyageuse de la mer et des îles, basée au Pouldu. C'est à Ouessant, au festival du livre insulaire, où leur coffret « le Phare des solstices », réalisé au phare de Bressay dans les Shetland, avait été primé, qu'ils ont rencontré les responsables de l'association Ippa, qui gèrent le phare de l'île Wrac'h. Quoi de plus naturel que d'imaginer de réaliser un « Phare des équinoxes » à Plouguerneau.
Après deux résidences de 15 jours en 2014 au printemps et à l'automne, chacun d'entre eux a réalisé un carnet : « Éclats » pour Yves Dussin ; « Les carnets de Serpentine », pour Patrick Serc ; « Équinoxes. Au fil des songes entre deux mondes », pour Xavier Desmier ; et « Rouge », pour Françoise Sylvestre. 

De quoi s’agit-il ?
Quatre petits bouquins, insérés dans une pochette suivant obstinément le fil rouge, l'Aber Wrac'h. Une quête parfaitement inclassable, bourré de trouvailles où le renvoi des textes, des lumières, des graphismes et des couleurs se répondent en un jeu de miroirs se répétant à l’infini.
Et tout ça vous barbouille d’embruns et de saveur d’algues marines. C’est à travers ce chemin (compliqué) que nous entraîne irrésistiblement les quatre artistes. Ils nous offrent, à pleines bouffées l’air du large, jusqu’à nous enivrer. Livrant au passage une démarche tantôt secrète, tantôt délirante. Phare des équinoxes, phare des équivoques…lamevagabonde@orange.fr et yves.dussin@free.fr
Le « phare des équinoxes » trouveson apogéeà partir de demain et jusqu'à fin juillet, avec une expo qui regroupera des oeuvres des quatre artistes. Vernissage à partir de 19 h jusqu'à 23 h. Heure de la marée oblige.

Balade inoubliable sur Groix avec la Compagnie Océane
Au départ de Port Tudy, deux navires, le Saint-Tudy et l'Ile-de-Groix, assurent toute l'année la liaison île de Groix-Lorient. Les deux navires sont accessibles pour les personnes en fauteuil roulant. Le Saint-Tudy peut accueillir jusqu'à 440 passagers + 20 véhicules de tourisme et relie Lorient en 50 minutes. Le navire Ile-de-Groix a une capacité d'accueil de 450 passagers + 32 véhicules de tourisme et assure la liaison vers Lorient en 45 minutes. Les délais de présentation sont de 20 minutes avant le départ pour les passagers et de 45 minutes pour les véhicules. La garantie d'une balade inoubliable dans des sites enchanteurs.L’Île de Groix, c’est 8kilomètres de long et 3 kilomètres de large de trésors d’une extrême rareté. Le littoral rocheux baigné d'eaux limpides est ponctué de belles plages et de criques sauvages dont le sable fin se pare de nuances allant du blanc brillant du mica au rouge foncé du grenat. La pointe des Chats et la plage des Sables Rouges sont autant d’exemples de ces richesses minéralogiques. Mais la plage des Grands Sables reste la plus grande énigme de l’île. En plus d’être une magnifique plage de sable fin et d’eau turquoise, cette plage convexe, unique en Europe, est agrémenté d’un banc de sable vagabond. En effet, au gré des marées, elle se déplace, parfois d’une dizaine de mètre au cours d’une année, vous pourrez ainsi revenir et découvrir une nouvelle plage.Au sud de l’île, la côte sauvage offre de merveilleux points de vue : non loin du charmant port naturel de Saint-Nicolas, on frissonnera devant «le trou de l’enfer», une impressionnante échancrure taillée dans la falaise. À ce patrimoine rare s’ajoutent une flore et une faune maritimes aussi riches qu’originales.En sillonnant l’intérieur de l’île, vous découvrirez des villages pittoresques, aux maisons de pêcheurs entièrement construites en pierre et aux façades colorées, et des vallons verdoyants où se nichent fontaines, lavoirs et sites mégalithiques.

Départs quotidiens toute l'année, véhicules et passagers. Accès possible aux personnes à mobilité réduite. Horaires, tarifs et réservation sur le site Internet et au 0 820 056 156 (0,12 €/mn).

Ouessant l'hydrolienne devrait être raccordée à la fin juillet
Le raccordement au câble sous-marin, n'a pu être effectué à cause des mouvements du navire-atelier dans le courant.L'opération est programmée durant les marées de mortes eaux des 24 et 25 juillet prochains. La société est en discussion avec un navire capable de maintenir précisément sa position dans le courant fort du Fromveur. L'hydrolienne se retrouve donc immergée, pales freinées (déblocables à distance), reliée à une bretelle de 200 m de câble. À une trentaine de mètres, l'autre extrémité de 2 km de câble relié au continent attend la jonction qui permettra la mise en production. La société quimpéroise Sabella attend également l'arrivée d'une pièce complétant le conteneur HTA (haute tension) à terre qui abrite le transformateur et permettra d'alimenter le réseau. La pièce manquante est espérée pour la fin du mois de juillet. Si cette pièce arrive après le raccordement final, l'hydrolienne commencera tout de même à produire sur des résistances (à blanc), une fois la jonction des deux câbles réalisée.​

Quemenes de nouveaux panneaux
David et Soizic ont de nouveau assez d’énergie pour faire fonctionner l’île.60m² de panneaux solaires sont venus remplacer les anciens défectueux. Installés sur le toit de la petite ferme, ils sont capables de produire jusqu’à 8 kilowatts par an. C’est plus que l’ancienne installation, qui devait à l’origine fournir jusqu’à 6,2 kilowatts dans l’année.Installés en 2008 au moment de l’arrivée du couple sur l’île, les anciens panneaux ont peu à peu perdu de leur puissance. Ces derniers temps, malgré l’appui d’une petite éolienne, c’est un groupe électrogène qui avait pris le relais.C'est l'entreprise bretonne Quénéa qui a réalisé les modifications

Un smart grid pour Houat et Hoëdic
Les deux petites îles de Houat et Hoedic situées au large des côtes morbihannaises sont alimentées en électricité par un câble sous-marin. Une coupure, une avarie, peuvent nécessiter plusieurs jours d'interventions techniques, période pendant laquelle les habitants risquent de se retrouver dans le noir. Pour éviter ce black-out, ERDF a créé un mini-« smart grid » sur les deux petites îles composées de 600 foyers, soit près de 1.000 habitants. La solution choisie repose notamment sur des compteurs intelligents Linky et un groupe électrogène fixe construit sur mesure sur l'île de Hoedic. Ses manoeuvres d'activation sont télécommandées à partir de la direction régionale d'ERDF, à Rennes, informée par des indicateurs de défauts dès qu'ils se présentent.
En cas d'incident sur le câble sous-marin, la production du groupe électrogène est immédiatement démarrée à distance - en moins de cinq minutes - et l'énergie disponible est alors répartie entre les clients grâce aux compteurs installés dans tous les foyers des deux îles. Si la production du groupe électrogène est insuffisante pour approvisionner normalement les foyers, il est possible de répartir équitablement l'énergie disponible entre les habitations, qui peuvent ainsi bénéficier d'un minimum d'électricité pour se chauffer et s'éclairer. ERDF peut aussi utiliser en complément l'énergie produite par les panneaux photovoltaïques installés sur les habitations et autres bâtiments des deux îles bretonnes. « Ce mini-"smart grid" a nécessité 1 million d'euros d'investissement pris en charge par ERDF », indique Bernard Laurans, son directeur régional. Pour vérifier que le système fonctionne, des essais sont effectués régulièrement. Chaque mois, les équipes techniques activent à distance le démarrage du groupe électrogène.

Groix la DSP et les griefs des insulaires !!!
François Goulard a annoncé qu'un bilan des six premiers mois d'application de la DSP serait effectué par le Conseil départemental.Le Collectif citoyen et les Cirés jaunes de Groix ont présenté ensemble leursgriefs, ceux-ci en grande partie sont contredit par les grilles de tarif, par l'usage qui est fait du navire de réserve et par les augmentations de tarifs appliquées aux marchandises, avec le souci d'équité qui a été demandé d'appliquer entre BELLE-ILE et GROIX.

Horaires et tarifs en cause Tarifs passagers prohibitifs qui distendent les liens familiaux, la grille des tarifs des passagers contredit la désinformation faite par certains insulaires.

Insulaires AR coût 6€, c'était 5,75€ en 2014
Non insulaires période normale 285 jours par an 33,65€ en 2014, 30€ en 2015, soit 3€65 de moins.Période de haute fréquentation 80 jours par an c'était 33€ 75 en 2014, c'est passé à 35€ en 2015, soit 1€ 35.
​Il existe aussi les cartes d'abonnement valable 1 an
, en 2014 l'abonnement était de 91€65, il est passé à 50€ pour un adulte, soit 41€65 en moins.Pour les enfants la carte d'abonnement est passé de 45€80 en 2014 à 25€ en 2015, soit 20€80 en moins. Ont été créé des abonnements pour 2 allers et retours en 2014 il était de 67€30 en 2015, il est de 55€ soit 12€30 en moins ou 5 allers et retours en 2014 il était de 104€70 aujourd'hui en 2015 de 75€, soit 29€70 en moins.
De plus il a été créé une carte famille abonnement de 110€ pour un couple et 2 enfants.

L'ACADIE navire de réserve
Le seul Saint-Tudy étant prioritairement affecté sur la ligne pendant la majeure partie de l'année, toute avarie conduit à mettre en service l'Acadie navire de réserve vérifié tous les ans par les services compétents.Il est sûr que l'Acadie n'a pas le même confort que le Saint-Tudy ou l'Ile de Groix, il est là pour la continuité du service. Si les insulaires ne veulent plus de ce navire, le maintien de la continuité du service pourraît en être affecté.

Les augmentations de tarifs appliquées aux marchandises sont définies clairement pour lesproduits de première nécessité, une liste précise existe qu'il est possible d'obtenir auprès de la Compagnie Océane.Il ne faut pas oublier les augmentations de TVA qui sont passées de 5,5% à 7% et de7% à 10% et que la Compagnie Océane a dû répercuter sur les tarifs. Ainsi que le souci d'équité entre BELLE-ILE et GROIX, pendant longtemps les transporteurs de GROIXont bénéficié d'un tarif plus avantageux que les transporteurs de BELLE ILE pour un service identique.

Reserve de biosphere des îles et de la mer d'Iroise
La réserve de biosphère des îles et de la mer d'Iroise lance un concours destiné à aider la réalisation de projets favorisant le lien homme-nature sur le territoire de la réserve à Sein, Molène, Ouessant et Le Conquet. Un prix de 1.000 € récompensera le porteur de projet lauréat des trophées, dont l'action correspondra aux enjeux prioritaires de la réserve de biosphère, à savoir : maintenir la diversité et la qualité des milieux naturels, des paysages et la qualité de vie des habitants ; maintenir et valoriser les patrimoines culturels ; maintenir une population active à l'année sur les îles ; atténuer l'impact environnemental de la fréquentation en Iroise ; connaître les patrimoines et les écosystèmes en Iroise ; sensibiliser les habitants et les visiteurs aux différents patrimoines de la réserve de biosphère. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au mardi 30 juin.

L'ile d'Arz bien vivante toute l'année
« L'île d'Arz doit-elle n'être qu'un petit paradis pour "touristes et oiseaux", selon les termes de la déclaration de l'association des Amis des chemins de ronde », s'interroge l'équipe municipale qui « trouve ces propos désobligeants envers les habitants de l'île qui font vivre ce petit paradis toute l'année, malgré les mois d'hiver, où les touristes et les oiseaux se font rares ». Cette déclaration,fait suite à la polémique à propos de l'installation de tunnels à usage agricole en bord de littoral par un couple de maraîchers. Projet contesté par des habitants et l'association Les Amis des chemins de ronde au nom de la loi Littoral, mais soutenu par une large partie de l'île au travers d'une pétition.
L'Ile d'Arz est historiquement une île agricole.Les élus ne s'étaient, jusqu'à présent, pas exprimés. « Nous sommes tous d'accord (élus, associations, habitants...) sur le fait que l'île est un milieu privilégié au coeur du golfe du Morbihan, et que sa qualité environnementale doit être préservé.Mais cette préservation doit se faire dans le respect de ses habitants, de sa vie locale, économique et sociale comme le préconise la charte du Parc naturel régional. La mairie de l'île d'Arz mène, depuis plusieurs années, une politique en faveur de la revitalisation agricole et du développement durable, en pleine adéquation avec les grandes directives nationales, régionales ou locales.La reprise, ces dernières années, d'activités agricoles respectueuses de l'environnement permet progressivement un entretien paysager de l'île. De par leur travail, les agriculteurs participent au maintien des paysages de qualité et recréent de la biodiversité ». « Le projet d'installation de Jean-François et Aude respecte pleinement ces objectifs, et nous sommes reconnaissants aux Ildarais qui leur manifestent spontanément leur soutien en aussi grand nombre. Ce jeune couple de maraîchers est très attendu. Notre île est bien vivante et veut le rester toute l'année », conclut l'équipe municipale.

Y aurait-il aussi sur l'ile de "méchants résidents secondaires" qui veulent faire mourir l'île d'Arz et faire partir Jean-François Bato et sa famille,en se prétendant des îliens qui se sont intéressés à ce qu'il se passe sur l'ile ?

Le Festival des Rias
Le festival se déroulera du 26 au 30 août dans dix communes du pays de Quimperlé. Une soixantaine de spectacles seront proposés. Plus de 50 000 spectateurs sont attendus.
23 compagnies se donnent rendez-vous pour cinq jours. L’affiche du Festival des Rias est concoctée par le Fourneau, centre national des arts de la rue basé à Brest. Une soixantaine de spectacles sont proposés. L’été dernier, près de 55 000 personnes sont venues applaudir les artistes.
Cette année, la nouveauté, c’est que le festival partira de l’eau salée pour aller vers l’eau douce. Le fil conducteur, c’est une chimère. Cette créature, mi-homme, mi-poisson proposera un voyage poétique et fera découvrir des lieux méconnus, sites naturels ou perles patrimoniales.
Cette année, les artistes résideront plusieurs jours dans certains bourgs. Quelques spectacles seront donnés plusieurs fois. Une première. Quinze créations récentes seront présentées dont neuf soutenues en production par le Fourneau.

Une espèce rare dans la baie du Stiff à Ouessant
Dans la baie du Stiff, la semaine dernière, qu'Anne et Willy Bay ont découvert une espèce d'ascidie (animal marin filtreur) non encore répertoriée en mer d'Iroise. Il s'agit d'une ascidie pédonculée dont le nom scientifique est : Bolteniopsis-prenanti, observée pour la première fois en 1927, sur les côtes du Maroc et au large de Roscoff, respectivement par 150 m et 9 m de fond. Cette espèce a été rencontrée jusqu'à 450 m de profondeur. Dans la baie du Stiff, elle a été identifiée, par seulement 30 m de fond, elle vient rejoindre les pieds de corail jaune et de corail noir parmi les espèces observables en eau profonde à Ouessant

Un Nouveau Schuffenecker pour le Musée de Pont-Aven
Riche d’une collection de plus de 4500 oeuvres et documents, le Musée de Pont-Aven a pour missiondeconserver les oeuvres des artistes venus à Pont-Aven entre 1860 et 1950. Les artistes de l’Ecolede Pont-Aven sont les plus renommés : Paul Gauguin, Emile Bernard, Paul Sérusier… Parmi eux,Emile Schuffenecker tient une place particulière et cette nouvelle acquisitioon vient compléter le fonds du musée déjà composé de cinq oeuvres de cet artiste.

Cette oeuvre est une étude préparatoire au Portrait de Jules Bois.
​Un pastel réalisé en 1896, très similaire à celui exposé en 1996, au Musée de Pont-Aven, lors d’une rétrospective consacrée à l’artiste. Raffinement et subtilité dans le maniement du pastel caractérisent les oeuvres de Schuffenecker dans lesquelles transparaît une rare sensibilité.


Le bateau pour Ouessant propulsé par une pile à hydrogène ?
Le prix du gasoil pour bateaux est redevenu abordable. Le sera-t-il toujours ? L’entreprise Barillec préfère mettre au point un navire propulsé par une pile à hydrogène. Le directeur de Barillec a décidé de se lancer suite à une sollicitation de l’entreprise de transport maritime Penn ar Bed. L’André Colin, navire assurant le trafic passagers avec Ouessant, arrive en fin de carrière. La compagnie maritime aimerait le remplacer par un bateau utilisant une énergie propre, comme l’hydrogène.
Barillec ne relève pas seul le défi. L’entreprise concarnoise s’associe pour l’occasion avec la chantier Piriou, le bureau d’étude pont l’abbiste Coprexma, la Penn ar Bed, l’Ecole nationale supérieure maritime de Nantes et Symbio Fcell. Cette dernière est pionnière dans le secteur des piles à hydrogène pour l’automobile. Le navire zéro émissions, pourrait être équipé de deux piles de cette puissance.

Pour l’instant, le projet n’existe que sur le papier. « Nous attendons la labellisation du pôle mer atlantique. C’est une première étape importante », expose Maurice Buttet. Ensuite débutera l’étude de faisabilité. « Actuellement, d’un point de vue réglementaire, il est impossible d’embarquer à bord d’un navire une telle technologie, de l’hydrogène… Il faut soumettre le projet aux autorités maritimes.

Dans le meilleur des cas, la mise en service est envisagée en 2019-2020.Le chef d’entreprise réfléchit à l’approvisionnement en hydrogène, un gaz relativement cher actuellement. « Sur Ouessant, Sabella va implanter une hydrolienne, sans doute plusieurs autres. Quand elles ne tournent pas, leur énergie peut très bien être stockée sous forme d’hydrogène. Toutes les énergies renouvelables peuvent produire de l’hydrogène », assure Maurice Buttet qui y croit et veut imposer la pointe bretonne en leader de ce marché d'avenir.

Mer d'Iroise iles secrètes
L'exposition « Mer d'Iroise, îles secrètes » rouvre ses portes au public jusqu'au 13 septembre. Avant d'embarquer vers les îles, le Parc naturel marin d'Iroise invite ainsi les passagers, qu'ils soient insulaires ou touristes, à s'immerger dans les fonds marins de Molène et Ouessant. Installée dans la salle située à l'étage de la gare maritime du Conquet, un espace de 28 m², aux allures de sous-marin, l'exposition présente, à partir de photographies, de vidéos, d'une bande-son et de jeux interactifs, les richesses immergées de l'archipel de Molène et de l'île d'Ouessant. Champ de laminaires, mammifères marins, coraux, langouste, maërl et autres curiosités se dévoilent aux visiteurs. Lors de leur traversée vers Molène ou Ouessant, les passagers ne pourront contempler la mer d'Iroise qu'en surface. Grâce à cette exposition, c'est la face cachée de l'Iroise, celle des fonds marins qui se révèle. Visible tous les jours aux heures d'ouverture de la gare, jusqu'au 13 septembre. Entrée libre

Ouessant nouvelle structure pour l'abeille noire

2015 voient la naissance d'une nouvelle structure insulaire, l'Institut ouessantin de recherche sur l'abeille noire bretonne, qui se donne cinq ans pour réaliser ses objectifs. Ses fondateurs souhaitent apporter quelque chose à l'île, en faisant progresser la connaissance du public sur l'abeille, via la publication de travaux scientifiques et de la carte génétique, tout en faisant participer collégiens et lycéens. Le milieu universitaire participera également aux travaux concernant l'apithérapie dont l'efficacité est avérée, en vue d'une possible application en pharmacie. Une maison de l'abeille pourra aussi voir le jour. C'est Léo Hellequin, de Kéréré, petit-fils du fondateur du conservatoire, qui a été élu président, à l'unanimité. Gwendal Kéruzec, de Plouénan, attaché à la conservation des races anciennes bretonnes et Romain Le Menn, écologiste finistérien, l'ont rejoint au bureau. Le nouvel organisme souhaite la protection de l'abeille. Dans ce but, il entend travailler en réseau et avoir pour partenaires les structures existantes : Parc d'Armorique, parc marin, Association naturaliste d'Ouessant, etc.

Iles de Bretagne consommer local

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local

La Compagnie Océane et l'éco conduite

​Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.