Actualités des iles du Ponant

Dominique Yvon président du comité de pilotage du site Natura 2000
Le comité de pilotage du site Natura 2000 de Groix a réuni sur l’île une trentaine de représentants des services de l’État, des collectivités territoriales, des associations de protection de la nature, des scientifiques, des propriétaires et des usagers.
Le comité de pilotage, Copil, présidé par des préfets et Jean-Luc Veille, représentant des préfets maritimes et du département, a désigné Dominique Yvon, maire de Groix et vice-président de Lorient Agglomération, président du comité de pilotage du site Natura 2000 Île de Groix.

Groix Eolien flottant pour 2018
La Conférence régionale de la mer et du littoral a validé, le mois dernier, une zone propice de 17 km² au sud de l’île de Groix, dans le Morbihan. Il s’agit d’y implanter une ferme pilote d’éoliennes flottantes.Groix va, ainsi, devenir un élément crucial du développement des technologies nécessaires à l’exploitation commerciale d’éoliennes flottantes. Par rapport à l’éolien posé, ces machines présentent l’avantage de ne pas nécessiter de fondation au fond de la mer. Simplement ancrées, elles sont mobiles et devront donc permettre de réduire considérablement les coûts d’installation, de maintenance et à terme de démantèlement. Sans oublier le fait qu’elles peuvent être installées par des profondeurs d’eau plus importantes.
l’Etat doit lancer d’ici la fin de l’année un appel à manifestation d’intérêt visant à tester des démonstrateurs technologiques à Groix ainsi que sur un autre site pilote en Méditerranée. Pour la Bretagne, l’AMI pourrait concerner jusqu’à une dizaine de machines, pour une installation espérée vers 2018. DCNS et Alstom, qui ont conclu un accord de partenariat sur la faisabilité technique et commerciale d’une éolienne flottante, feront partie des candidats à l’AMI et aux appels d’offres qui suivront. Leur machine est développée dans le cadre du projet Sea Reed, qui associe un flotteur innovant à une turbine éprouvée de forte puissance.

Groix Rallye vélo découverte produits locaux et artisanaux
Samedi 30 mai 2015 :
La commune de Groix organise un rallye-vélo à la découverte des produits locaux et artisanaux de l'île.
Partez à la découverte des savoir-faire de l'île de Groix, des spécialités artisanales et autres gourmandises insulaires. Arrêtez-vous dans les fermes pour une dégustation ou dans les ateliers de créations artisanales et trouvez les indices pour poursuivre votre route. A chaque étape, des questions pour petits et grands...
Dimanche 31 mai 2015:
Les participants au rallye-vélo pourront visiter gratuitement l'éco-musée.
Les dégustations, les visites et les animations sont gratuites et ouvertes à tous.
Tarifs réduits pour la traversée, sur inscription obligatoire.

•17,50 euros aller-retour) pour les adultes
•10 euros (aller-retour) pour les -18 ans

Sortie aux Aiguilles de Port-Coton
Dans le cadre du programme « côtes et nature 2015 », en partenariat avec le Conseil départemental, le CPIE (Centre permanent d'initiatives pour l'environnement) de Belle-Ile-en-Mer organise, le samedi 23 mai, une sortie nature aux Aiguilles de Port-Coton sous le signe de la couleur. Rendues célèbres par les toiles de Claude Monet, les Aiguilles de Port-Coton, nous révèlent une multitude de couleurs et une nature exceptionnelle. L'éducateur à l'environnement apportera des éléments d'information et d'interprétation des oeuvres de Claude Monet et des outils ludiques d'observation des couleurs, de la faune et de la flore locale. À cette saison, toute la nature est en effervescence. Les pelouses aérohalines, les landes littorales sont en fleurs et nous offrent un panel de couleurs exceptionnel. Les oiseaux sont en pleine période de reproduction avec notamment les fulmars boréals et les cormorans huppés nichés dans les falaises. Pas de doute, le printemps est la meilleure saison pour observer, découvrir et connaître la faune et la flore de Belle-Ile-en-Mer.

Les brises-bises Bellilois en carton de Nicole
Nicole Lenoble a conçu des rideaux qu'elle a baptisés les « brise-bises » bellilois. Ces pièces uniques apportent une touche originale, surprenante et innovante à la décoration de la maison.En dentelle de carton, prêts à poser, vitrifiés et peints, ces « brise-bises » ne se déforment pas ni ne jaunissent. De petits anneaux sont prévus pour les accrocher sans tringle, et les pitons sont fournis pour tout type de menuiserie. Ces rideaux en carton ne se lavent pas, un petit coup d'aspirateur de temps en temps et le tour est joué

Transport Maritime collectage de témoignages avec preuve devant le Tribunal Administratif
​Un indispensable travail de collecte doit être fait concernant les dysfonctionnements et problèmes que pose la nouvelle DSP, comme les horaires des bateaux pour les salariés devant travailler sur le continent, l'augmentation de certains tarifs, les services inadaptés aux besoins des malades etc...
Il ne suffit pas de témoigner que telle ou telle chose ne va pas. Il faut le prouver devant le tribunal administratif avec justificatifs d'identité,seule démarche permettant d'argumenter devant le tribunal administratif.

Le Palais Nouvelle action contre la DSP
Le Rassemblement insulaire pour le transport maritime (RITM),présidé par Thierry Le Hen (association Défense des intérêts des jeunes insulaires - DIJI) et Michel Gallen (association du Pos au Plu) pointe du doigt " la mise en oeuvre de la nouvelle DSP" renouvelée cette année cette année par le Département du Morbihan.L'associationa décidé, après le résultat d'une action en référé introduite devant le tribunal administratif par une association de Groix (Citoyens contribubles de Touraine - CCT), de poursuivre l'action. « Le tribunal administratif (...) n'admet les recours que s'ils sont introduits par des usagers concernés. Ce sont eux en effet qui ont intérêt à agir ». Le RITM, s'associant à l'avocat de l'association CCT en tant qu' « intervenant volontaire », a décidé une nouvelle action avec « le poids des usagers des îles » s'appuyant d'une part sur une représentativité majoritaire de la population, et d'autre part des preuves de « l'impact économique des nouveaux tarifs ».

Un Nouveau Schuffenecker pour le Musée de Pont-Aven
Riche d’une collection de plus de 4500 oeuvres et documents, le Musée de Pont-Aven a pour missiondeconserver les oeuvres des artistes venus à Pont-Aven entre 1860 et 1950. Les artistes de l’Ecolede Pont-Aven sont les plus renommés : Paul Gauguin, Emile Bernard, Paul Sérusier… Parmi eux,Emile Schuffenecker tient une place particulière et cette nouvelle acquisitioon vient compléter le fonds du musée déjà composé de cinq oeuvres de cet artiste.

Cette oeuvre est une étude préparatoire au Portrait de Jules Bois.
​Un pastel réalisé en 1896, très similaire à celui exposé en 1996, au Musée de Pont-Aven, lors d’une rétrospective consacrée à l’artiste. Raffinement et subtilité dans le maniement du pastel caractérisent les oeuvres de Schuffenecker dans lesquelles transparaît une rare sensibilité.


Téléphone mobile et internet à Houat et Hoedic amélioration pour l'été
La quasi absence de réseau sur les téléphones portables pose problème pour les secours, entravant l'action du personnel sanitaire et des pompiers. La directrice commerciale d'Orange vient de faire savoir que la société prévoit d'enrichir la co nnectivité des habitants des deux iles pour l'été, avec la mise en service d'un nouveau site 3G à Houat couvrant également Hoëdic. Ceci se fera au moyen de nouveaux faisceaux hertziens, couplés à un émetteur 3G et un multiplexeur DSLAM pour la partie internet fixe, reliant Houat au continent offrant l'accès au haut débit.

Ile de Batz la Colonie du phare fête ses 70 ans.
La colonie du Phare fête ses 70 années d'existence cette année. Un ouvrage rassemblant des témoignages et photos de cette aventure humaine et sociale est en préparation. La sortie du livre, initialement prévue le samedi 23 mai, est retardée, compte tenu de l'arrivée constante des témoignages et documents. Néanmoins, la célébration des 70 ans est maintenue, le samedi 23 mai, à la colonie de l'île de Batz, de 11 h 30 à 17 h.

Nouveau Ferry pour Groix bientôt la commande
A l’issue des dernières élections départementales, une nouvelle commission d’appel d’offres a été mise en place au Conseil général du Morbihan. Le Département devrait très bientôt désigner le chantier qui construira le nouveau ferry destiné à assurer la liaison entre Lorient et Groix. Le futur navire, d’une longueur d’environ 50 mètres, remplacera le Saint Tudy, en service depuis 1985. Conçue pour le transport de fret et de passagers, la nouvelle unité devrait être livrée en 2017. Piriou et STX France sont en lice pour décrocher ce contrat.

Le bateau pour Ouessant propulsé par une pile à hydrogène ?
Le prix du gasoil pour bateaux est redevenu abordable. Le sera-t-il toujours ? L’entreprise Barillec préfère mettre au point un navire propulsé par une pile à hydrogène. Le directeur de Barillec a décidé de se lancer suite à une sollicitation de l’entreprise de transport maritime Penn ar Bed. L’André Colin, navire assurant le trafic passagers avec Ouessant, arrive en fin de carrière. La compagnie maritime aimerait le remplacer par un bateau utilisant une énergie propre, comme l’hydrogène.
Barillec ne relève pas seul le défi. L’entreprise concarnoise s’associe pour l’occasion avec la chantier Piriou, le bureau d’étude pont l’abbiste Coprexma, la Penn ar Bed, l’Ecole nationale supérieure maritime de Nantes et Symbio Fcell. Cette dernière est pionnière dans le secteur des piles à hydrogène pour l’automobile. Le navire zéro émissions, pourrait être équipé de deux piles de cette puissance.

Pour l’instant, le projet n’existe que sur le papier. « Nous attendons la labellisation du pôle mer atlantique. C’est une première étape importante », expose Maurice Buttet. Ensuite débutera l’étude de faisabilité. « Actuellement, d’un point de vue réglementaire, il est impossible d’embarquer à bord d’un navire une telle technologie, de l’hydrogène… Il faut soumettre le projet aux autorités maritimes.

Dans le meilleur des cas, la mise en service est envisagée en 2019-2020.Le chef d’entreprise réfléchit à l’approvisionnement en hydrogène, un gaz relativement cher actuellement. « Sur Ouessant, Sabella va implanter une hydrolienne, sans doute plusieurs autres. Quand elles ne tournent pas, leur énergie peut très bien être stockée sous forme d’hydrogène. Toutes les énergies renouvelables peuvent produire de l’hydrogène », assure Maurice Buttet qui y croit et veut imposer la pointe bretonne en leader de ce marché d'avenir.

La Périchole à Palais le 7 juin
« La Péricole », opéra-bouffe de Jacques Offenbach, présenté dans sa version définitive en trois actes au théâtre des Variétés en 1874, sera joué sous forme de théâtre de rue à Palais le 7 juin prochain.L'opéra de Rennes, en la personne de Gildas Prungier, son chef de choeur, ainsi que Jean-Michel Fournereau, le metteur en scène, vient faire travailler le chant et la scène aux 33 chanteurs amateurs bénévoles issus des diverses chorales insulaires.Le 7 juin à 21 h, trois lieux de scène seront investis par 350 personnes maximum : la place Bigarré, la place de l'Hôtel de ville et les deux cours de l'ancien hôpital Saint-Louis. Entre ces points, les acteurs déambuleront dans la ville en costumes aux couleurs sud-américaines. En cas de repli pour raisons météorologiques, le spectacle aura lieu à la salle Arletty.

Balade inoubliable sur Groix avec la Compagnie Océane
Au départ de Port Tudy, deux navires, le Saint-Tudy et l'Ile-de-Groix, assurent toute l'année la liaison île de Groix-Lorient. Les deux navires sont accessibles pour les personnes en fauteuil roulant. Le Saint-Tudy peut accueillir jusqu'à 440 passagers + 20 véhicules de tourisme et relie Lorient en 50 minutes. Le navire Ile-de-Groix a une capacité d'accueil de 450 passagers + 32 véhicules de tourisme et assure la liaison vers Lorient en 45 minutes. Les délais de présentation sont de 20 minutes avant le départ pour les passagers et de 45 minutes pour les véhicules. La garantie d'une balade inoubliable dans des sites enchanteurs.L’Île de Groix, c’est 8kilomètres de long et 3 kilomètres de large de trésors d’une extrême rareté. Le littoral rocheux baigné d'eaux limpides est ponctué de belles plages et de criques sauvages dont le sable fin se pare de nuances allant du blanc brillant du mica au rouge foncé du grenat. La pointe des Chats et la plage des Sables Rouges sont autant d’exemples de ces richesses minéralogiques. Mais la plage des Grands Sables reste la plus grande énigme de l’île. En plus d’être une magnifique plage de sable fin et d’eau turquoise, cette plage convexe, unique en Europe, est agrémenté d’un banc de sable vagabond. En effet, au gré des marées, elle se déplace, parfois d’une dizaine de mètre au cours d’une année, vous pourrez ainsi revenir et découvrir une nouvelle plage.Au sud de l’île, la côte sauvage offre de merveilleux points de vue : non loin du charmant port naturel de Saint-Nicolas, on frissonnera devant «le trou de l’enfer», une impressionnante échancrure taillée dans la falaise. À ce patrimoine rare s’ajoutent une flore et une faune maritimes aussi riches qu’originales.En sillonnant l’intérieur de l’île, vous découvrirez des villages pittoresques, aux maisons de pêcheurs entièrement construites en pierre et aux façades colorées, et des vallons verdoyants où se nichent fontaines, lavoirs et sites mégalithiques.

Départs quotidiens toute l'année, véhicules et passagers. Accès possible aux personnes à mobilité réduite. Horaires, tarifs et réservation sur le site Internet et au 0 820 056 156 (0,12 €/mn).

Mer d'Iroise iles secrètes
L'exposition « Mer d'Iroise, îles secrètes » rouvre ses portes au public jusqu'au 13 septembre. Avant d'embarquer vers les îles, le Parc naturel marin d'Iroise invite ainsi les passagers, qu'ils soient insulaires ou touristes, à s'immerger dans les fonds marins de Molène et Ouessant. Installée dans la salle située à l'étage de la gare maritime du Conquet, un espace de 28 m², aux allures de sous-marin, l'exposition présente, à partir de photographies, de vidéos, d'une bande-son et de jeux interactifs, les richesses immergées de l'archipel de Molène et de l'île d'Ouessant. Champ de laminaires, mammifères marins, coraux, langouste, maërl et autres curiosités se dévoilent aux visiteurs. Lors de leur traversée vers Molène ou Ouessant, les passagers ne pourront contempler la mer d'Iroise qu'en surface. Grâce à cette exposition, c'est la face cachée de l'Iroise, celle des fonds marins qui se révèle. Visible tous les jours aux heures d'ouverture de la gare, jusqu'au 13 septembre. Entrée libre

Quemenes un projet d'algues sur filière
La Ferme Insulaire de Quéménès souhaite développer son activité « algues » tout en limitant la pression sur le milieu natuel. Pour ce faire, elle souhaite compléter son activité de récolte manuelle d'algues de rives par de la culture sur filières à petite échelle, qui permettrait également le développement d'animaux ( mollusques ou échinodermes). Afin de pouvoir installer ses filières de test, la Ferme Insulaire de Quéménes demande une concession d'utilisation du domaine public maritime sur 5 hectares

La Ferme Insulaire de Quéménès récolte les algues de rives manuellement depuis 2010 en complément de ses activités de production biologique de pommes de terre, de viande d’agneau et d’accueil et de sensibilisation du public en chambre d'hôtes. La demande de ses clients en algues de qualité étant croissante, la Ferme Insulaire de Quéménès cherche des solutions pour répondre à ces nouveaux marchés tout en préservant la ressource naturelle. De cette réflexion est née le projet de cultiver les algues afin de limiter la quantité prélevée sur le milieu naturel. A la suite de nombreux échanges menés avec les professionnels du secteur, l’idée d’un système multi-trophique intégré s’est avérée intéressante à la fois dans le cadre d'une démarche respectueuse de l'environnement et destinée à limiter au maximum l'impact du projet sur le milieu. Ce process permettrait en outre une production naturelle complémentaire aux algues (ormeaux ou oursins par exemple) qui assurerait un revenu suplémentaire à la ferme et pérénniserait l'expérimentation.

La zone sollicitée pour mettre en place le projet de la Ferme Insulaire de Quéménès se situe en mer d'Iroise, à l’Est du Lédenez de Quéménès.
​Actuellement Soizic suit une formation de 280 h au lycée maritime d'Etel. L'installation devrait avoir lieu cet été


Le coffret Phare des Equinoxes est sorti

Le groupe du Phare des équinoxes est un collectif d'artistes composé de quatre personnes : Yves Dussin, artiste-peintre installé à Audierne à l'« Ancre de Chine », Xavier Desmier, un photographe de Paris spécialiste du monde sous-marin, Patrick Serc, peintre et illustrateur dont le « Jardin de l'Ancre » est en Normandie dans la Manche, et Françoise Sylvestre, écrivain-voyageuse de la mer et des îles, basée au Pouldu. C'est à Ouessant, au festival du livre insulaire, où leur coffret « le Phare des solstices », réalisé au phare de Bressay dans les Shetland, avait été primé, qu'ils ont rencontré les responsables de l'association Ippa, qui gèrent le phare de l'île Wrac'h. Quoi de plus naturel que d'imaginer de réaliser un « Phare des équinoxes » à Plouguerneau.
Après deux résidences de 15 jours en 2014 au printemps et à l'automne, chacun d'entre eux a réalisé un carnet : « Éclats » pour Yves Dussin ; « Les carnets de Serpentine », pour Patrick Serc ; « Équinoxes. Au fil des songes entre deux mondes », pour Xavier Desmier ; et « Rouge », pour Françoise Sylvestre. 

De quoi s’agit-il ?

Quatre petits bouquins, insérés dans une pochette suivant obstinément le fil rouge, l'Aber Wrac'h. Une quête parfaitement inclassable, bourré de trouvailles où le renvoi des textes, des lumières, des graphismes et des couleurs se répondent en un jeu de miroirs se répétant à l’infini.
Et tout ça vous barbouille d’embruns et de saveur d’algues marines. C’est à travers ce chemin (compliqué) que nous entraîne irrésistiblement les quatre artistes. Ils nous offrent, à pleines bouffées l’air du large, jusqu’à nous enivrer. Livrant au passage une démarche tantôt secrète, tantôt délirante. Phare des équinoxes, phare des équivoques…lamevagabonde@orange.fr et yves.dussin@free.fr

Le « phare des équinoxes » trouvera son apogée en juillet, avec une expo qui regroupera des oeuvres des quatre artistes. Françoise Sylvestre en compagnie de Patrick Serc sera en dédicace à l'ile aux Moines à l'Escale le 24 avril.



Ouessant nouvelle structure pour l'abeille noire

2015 voient la naissance d'une nouvelle structure insulaire, l'Institut ouessantin de recherche sur l'abeille noire bretonne, qui se donne cinq ans pour réaliser ses objectifs. Ses fondateurs souhaitent apporter quelque chose à l'île, en faisant progresser la connaissance du public sur l'abeille, via la publication de travaux scientifiques et de la carte génétique, tout en faisant participer collégiens et lycéens. Le milieu universitaire participera également aux travaux concernant l'apithérapie dont l'efficacité est avérée, en vue d'une possible application en pharmacie. Une maison de l'abeille pourra aussi voir le jour. C'est Léo Hellequin, de Kéréré, petit-fils du fondateur du conservatoire, qui a été élu président, à l'unanimité. Gwendal Kéruzec, de Plouénan, attaché à la conservation des races anciennes bretonnes et Romain Le Menn, écologiste finistérien, l'ont rejoint au bureau. Le nouvel organisme souhaite la protection de l'abeille. Dans ce but, il entend travailler en réseau et avoir pour partenaires les structures existantes : Parc d'Armorique, parc marin, Association naturaliste d'Ouessant, etc.

Iles de Bretagne consommer local

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local

La Compagnie Océane et l'éco conduite

​Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.