Iles et Rias de Bretagne infos

Dernière modification le 24 octobre 2014


G O U L A R D   R E P O R T E   À   L A   S E M A I N E   P R O C H A I N E   L E S   T A R I F S 

François Goulard, président du conseil général, devait présenter ce vendredi ses propositions autour de la nouvelle grille tarifaire des liaisons maritimes. Mais la conférence de presse a finalement été reportée à la semaine prochaine.


L E S   G R O I S I L L O N S   À   L A   M A I S O N   D E   L ' A G G L O 

De nombreux élus assistent à l'inauguration de la Maison de l'Agglo. Une quarantaine de Groisillons profitent de leur présence pour exprimer, dans le calme, leurs inquiétudes.


U N   P O I N T   I N F O   S U R   L E S   L I A I S O N S   M A R I T I M E S 

Les Groisillons se mobilisent contre la hausse des tarifs des liaisons maritimes, et il est difficile d'obtenir des informations sur ces actions. Plusieurs collectifs menant le combat. Le collectif insulaire pour la défense des usagers des liaisons maritimes Groix a décidé de mettre en place un point info. Ce kiosque, situé sur la place du bourg, au niveau du puits, est ouvert tous les matins, de 10 h 30 à 12 h 30.


U N E   É T U D E   S A N S   R É P O N S E   ! 

Le président de l'office du Tourisme de Belle-Ile Michel Derouen indique avoir envoyé un courrier au département le 4 juillet 2013. Il s'agissait d'une « note détaillée » sur les pistes à prendre en compte, « afin de dynamiser la fréquentation touristique ». Cette note proposait, entre autres, « l'instauration d'une modulation tarifaire en distinguant trois saisons différentes et le rétablissement du tarif senior », ce dernier ayant été supprimé.

En octobre 2013, l'office en réunion au Département, avait rencontré Gérard Pierre, conseiller général à l'époque chargé des transports. En novembre suivant, les élus communautaires aux États généraux du transport avaient élaboré un cahier des charges, soutenu par l'office lors des réunions de travail au conseil général. « Différents contacts ont eu lieu entre l'office et des élus départementaux ». « En juin 2014, Gérard Pierre nous a précisé que le dossier DSP des îles était géré directement par le président » du Département.

« Très récemment, nous avons à nouveau adressé un courrier à M. Goulard lui rappelant que notre étude de juillet 2013 demeurait sans réponse et lui avons dressé un état alarmant mais réaliste de la situation économique des entreprises insulaires et du caractère vital des décisions (...) à prendre pour la future DSP ».


R O B E R T   L E   M E S S A G E R   D E S   M O L É N A I S   A   P R I S   S A   R E T R A I T E 

Robert Berthelé prend sa retraite de facteur et d'employé communal. Il a été le messager des Molénais pendant 32 ans et s'occupait de la maintenance pour l'eau, comme employé municipal depuis cinq ans, à raison de dix heures par semaine. Il a aussi donné son temps à la commune pendant trois mandats comme conseiller municipal. Il gérait et conduisait également la navette pour l'arrivée et le départ des bateaux, sans oublier les déplacements des personnes sur l'île. Robert Berthelé maintient son service de navette, indispensable compte tenu du vieillissement de la population. Le relais du facteur ou plutôt de la factrice est repris par Sylvie Le Bousse.


A   M O L È N E   L E   D R   C O Q U A R T   A   P R I S   S A   R E T R A I T E 

Yves Coquart, médecin généraliste au Conquet, venait, depuis 37 ans, une fois par semaine, visiter ses patients sur l'île, assurant également une astreinte téléphonique depuis le continent. C'est le docteur Manon Verbeque qui, reprenant le cabinet d'Yves Coquart, assurera désormais la visite hebdomadaire afin de prodiguer les soins aux Molénais, aidée en cela par l'infirmière en poste sur l'île.


D É B R A Y A G E   À   L ' I L E   D ' A R Z 

Il y aura du théâtre au programme ce week-end sur l'île d'Arz. Deux représentations de la pièce de Rémi De Vos, « Débrayage », seront données à la salle du Gourail, samedi 25 octobre, à 20 h 30, et dimanche 26 octobre, à 15 h 30. Ce spectacle hilarant traite d'un sujet grave : la crise et l'exclusion.


C O N C O U R S   D E   S U R F C A S T I N G 

Animons Palais organise son 13e concours de pêche en surfcasting par équipe de deux, et son concours du lancer de précision le samedi 25 octobre, de 13 h à 20 h sur la plage des Grands Sables. Les participants utiliseront une canne à lancer mise à leur disposition par les organisateurs, chacun sera donc sur un pied d'égalité. Ceci uniquement pour le lancer de précision. Les leurres artificiels seront interdits. Les participants sont priés d'apporter un mètre pliant et un stylo. Le concours est doté de lots offerts par les commerçants et Animons Palais. Remise en jeu du fameux « trophée des Grands Sables ». La remise des lots aura lieu le dimanche 26 octobre à 11 h au café La Godaille.


M A I N T I E N   D E   L A   P E R C E P T I O N   À   B E L L E - I L E 

Les quatre maires de Belle-Ile ont été reçus par le préfet du Morbihan. La décision du maintien de la perception à Belle-Ile a été annoncée. « C'est une excellente nouvelle, même s'il reste un souci au niveau de l'affectation des personnels dans les postes à pourvoir », a indiqué le maire de Palais et président de la communauté de communes.

Au sujet des transports maritimes, le préfet a fait part aux élus de la nécessité d'éviter tout trouble à l'ordre public. « Il souhaite l'apaisement : des négociations sont toujours en cours et des avancées ont déjà été enregistrées » a indiqué le maire de Palais.



L O I C   L E   M E U R   S E   R E T I R E   D E   L A   V I E   P O L I T I Q U E 

Loïc Le Meur, ancien maire de Plœmeur et conseiller général, a annoncé son intention de se retirer de la vie politique. « Il faut tourner la page », dit Loïc Le Meur, qui abandonne ainsi ses mandats de conseiller municipal et de conseiller général.


L A   G A R E   M A R I T I M E   D E   L O R I E N T   T A G U É E   P L A I N T E   D É P O S É E 

La gare maritime de Lorient, embarcadère pour l'île de Groix, a été la cible d'actes de vandalisme la nuit dernière. Les employés ont découvert de multiples tags noirs. Une action signée " insulaires solidaires" qui s'inscrit dans le conflit actuel avec le département au sujet des tarifs des liaisons maritimes. Les écrits ciblent le délégataire Veolia et sa filiale la compagnie Océane, qui a porté plainte ce jeudi matin. Des policiers ont effectués des prélèvements.


2   R O T A T I O N S   A N N U L É E S   P O U R   L E   R E P O S   D E S   É Q U I P A G E S 

Le départ de Groix à 6h50 a été annulé ce matin tout comme le départ de Lorient à 8h05, sans préavis! Sur le site de la compagnie on peut lire désormais :Les départs de 6h50 de Groix et de 8h05 de Lorient sont annulés ce jeudi 23 octobre. Les premiers départs assurés sur la ligne sont 9h30 de Groix et 11h de Lorient. Le blocage de la veille au soir a conduit la compagnie à annuler deux traversées pour respecter le repos des membres d'équipage.


L E S   G R O I S I L L O N S   V E U L E N T   Ê T R E   E N T E N D U S 

Les Groisillons ne céderont pas. C'est le message qu'ils souhaitent faire passer à la Compagnie Océane, au Conseil général du Morbihan et plus particulièrement à François Goulard son président, « Goulard pas d'augmentation sinon révolution ». En vérité, ils sont plus modérés, « nous savons bien qu'il est impossible de ne rien augmenter, ce sont vraiment les prix pour le passage des camions qui doivent être revus », « on ne peut pas faire de telles augmentations, cela va forcément se répercuter. La population à Groix est vieillissante avec de petites retraites, si ça continue tout le monde ira faire ses courses à Lorient, cela deviendra trop cher sur l'île. Nous voulons être entendus et soutenus » déclare Annaïse Chatté.


L ' I L E   A U X   M O I N E S   T O I L E   D E   F O N D   D ' U N   R O M A N 

Gilles Martin-Chauffier, rédacteur en chef à Paris Match, a fait du golfe du Morbihan où sa famille est ancrée à l'île aux Moines depuis toujours, la toile de fond de son dernier roman « La femme qui dit non » paru aux éditions Grasset.

Inspiré par la grand-mère de l'auteur, résistante intrépide, qui a participé à la création du Réseau du Musée de l'homme. Une grand-mère que son petit-fils dépeint avec un caractère bien trempé, Brestoise 100 % finistérienne débarquée par hasard à l'île aux Moines, où elle tombe amoureuse de deux Bretons, l'un deviendra son mari et l'autre son amant. Mais aussi par le domaine de Kergantelec au sud du bourg de l'île. Gilles Martin-Chauffier confie que le manoir de Kergantelec, a été construit par un marin corsaire en 1633, et qu'il est dans sa famille depuis 1880. Une propriété qui a ancré la famille dans le golfe du Morbihan.

Marge l'anglaise raconte sa vie

Marge a un peu plus de 90 ans et s’est mis en tête de raconter les moments clés de son existence. Née en 1920, elle a découvert le golfe du Morbihan et l’Ile-aux-Moines par le plus grand des hasards ; son père, haut fonctionnaire en Angleterre, préférant s’arrimer dans le golfe plutôt que de s’échouer devant les Français. A peine Marge a-t-elle mis le pied sur la terre bretonne qu’elle est embarquée dans une histoire d’amour avec deux garçons. L’un, Blaise, deviendra son mari, l’autre, Mathias, son amant. La guerre arrive quelques mois plus tard et Marge, enceinte, doit se rendre à l’évidence : elle ne pourra rejoindre la perfide Albion et devra rester auprès de son exécrable belle-mère pour mieux veiller sur le futur roi de la famille Méaban. Seul hic, Marge entend bien consumer la vie par les deux bouts. Drôle, vive, perspicace, l’Anglaise va se démener pour donner un éclat à cette guerre si ennuyeuse depuis son île adoptive.


U N E   Q U A R A N T A I N E   D E   G R O I S I L L O N S   T R A C T E N T   À   L O R I E N T 

Au lendemain de l'entretien entre le maire de Groix Dominique Yvon et le président du conseil général, François Goulard, les Groisillons maintiennent la pression. « Tant qu'on ne nous proposera pas une grille tarifaire acceptable, nous ne lâcherons rien ». Ils ont ralenti le passage au rond-point de la BSM, le temps de distribuer des tracts et expliquer leur combat aux automobilistes. Dans la matinée, le groupe devait être rejoint par d'autres Groisillons. « Nous passons la journée à Lorient. Nous verrons au fur et à mesure quelles actions nous allons mener ». Samedi 25 octobre: Rendez-vous à Lorient 10h15 à la gare maritime (départ de Groix à 9h30).


L E S   N U I T S   D U   P H A R E   À   B E L L E - I L E 

Plusieurs visites du Grand Phare à Bangor et du Fort de Sarah Bernhardt sur la pointe des Poulains, sont proposées par la communauté de communes.
Les nuits du Phare se dérouleront le jeudi 23 octobre, de 18 h à 21 h, et le vendredi 31 octobre de 19 h à 21 h. Places limitées, réservation conseillée au 06.70.63.93.38. Gratuit pour les moins de 7 ans. Insulaires et enfants de 7 à 12 ans : 3 €. Plein tarif 6 €
Pour le fort de Sarah Bernhardt, des visites commentées auront lieu les 22, 24, 29 et 31 octobre dès 10 h 15. Le rendez-vous est fixé à la villa des cinq mondes. Le fort se visite ensuite librement de 13 h à 17 h. Réservation obligatoire au 02.97.31.61.29. Gratuit pour les moins de 7 ans. 7-12 ans : 4 €. Plein tarif : 7 €.


L A   G R I L L E   T A R I F A I R E   P O U R   V E N D R E D I 

Hier après-midi Dominique Yvon a rencontré François Goulard, Président du Conseil général du Morbihan à qui il a exposé les revendications des Groisillons: maintien des 5 rotations quotidiennes, maintien du tarif insulaire au même prix quelle que soit la saison, garantie d’un tarif bas pour les enfants d’insulaires et résidents secondaire, révision des tarifs de transport de marchandises. Il lui a fait part de la mobilisation sans faille des Groisillons face aux augmentations tarifaires. François Goulard s’est engagé à transmettre une nouvelle grille tarifaire vendredi. Selon Dominique Yvon « Il m'a dit que les tarifs pour les véhicules insulaires n'augmenteraient pas. J'ai répété qu'il n'était pas acceptable de supprimer un bateau par jour, le départ de 16 h 15 de Lorient est quasiment indispensable. Comme il n'était pas acceptable que les tarifs pour les enfants d'insulaires et les familles augmentent ainsi. Cela n'est pas négociable »
Dominique Yvon a réuni hier soir l’ensemble des élus de son conseil municipal pour leur faire part de son entretien.


E M P L O I S   M E N A C É S   P O U R   L A   B A R G E   D E   B R É H A T 

La Chambre de commerce a donné son préavis pour interrompre sa délégation de service public. La barge de Bréhat connaît un déséquilibre financier, à la suite de l'émergence d'une initiative privée pour le transport de frais et les ordures ménagères. Le conseil général des Côtes d'Armor, à qui appartient le bateau, ne manifeste pas l'intention de lui chercher un repreneur. Un investisseur privé assure le même service que la barge, depuis cet été, à partir du port de Lézardrieux,et décharge la marchandise à la grève de l'Église. « L'exploitation de la barge par la CCI ne peut se poursuivre dans ces conditions. Nous souhaitons mettre fin à notre contrat de gestion », annonce Dominique Lecomte, président de la CCI. L'activité de transport maritime de la barge va être stoppée au 31 décembre. Après trente ans de bons et loyaux services, la continuité territoriale ne sera plus assurée.


L E S   T A R I F S   P O U R   L E S   I L E S   D ' I R O I S E   E T   B R É H A T 

Les Finistériens et les Costarmoricains non insulaires doivent acquitter le tarif plein « touriste » pour se rendre dans les îles. Ce qui n'exclut toutefois pas des tarifs spéciaux. Dans le Finistère, il en est ainsi des groupes et des jeunes et enfants qui bénéficient de réductions pour les traversées vers Ouessant, Molène et Sein ; une réduction de 20 % est également appliquée « hors saison » (du 1er janvier au 30 juin - hors week-ends - et du 1er octobre au 31 décembre) sur le tarif de base de 34,80 € et de 10 % pour les titulaires d'une carte d'abonnement. Quant aux insulaires résidents principaux, ils paient 6,50 €, les résidents secondaires, devant acquitter, eux, 14, 70 €. Dans les Côtes-d'Armor, les Bréhatins bénéficient d'un tarif réduit (5 € au lieu de 9,50 €), les salariés d'entreprises devant intervenir sur l'île (autour de 7 €).


L E   S T   T U D Y   E N   P A N N E   R E M P L A C É   P A R   L ' I L E   D E   G R O I X 

Le Saint-Tudy, est tombé en panne de propulseur, obligeant l'Île de Groix à assurer toutes les rotations. Renseignez vous sur les horaires de traversées.


F O R T E   M O B I L I S A T I O N   À   G R O I X   A I N S I   Q U ' À   B E L L E   I L E 

Le mouvement de contestation des cirés jaunes contre le projet d'augmentation des prix des liaisons maritimes ne faiblit pas. Plus de 500 personnes ont participé ce dimanche à la chaîne humaine organisée au port de Palais, à Belle-Ile-en-Mer, par le mouvement citoyen des cirés jaunes. Le Vindilis, qui devait arriver à 18 h, a été bloqué au large quelques instants par la présence d'embarcations, des bateaux de pêche notamment, qui bloquaient l'entrée du port.

La détermination des Bellilois.

Face aux projets d'augmentation des tarifs de traversée proposée par le Conseil général du Morbihan plusieurs actions sont organisées par le collectif "pour les insulaires par les insulaires" dont des assemblées générales qui se dérouleront tout au long de la semaine sur les 4 communes de l'île à 17h30: lundi sur l'esplanade des Frères Moisant, mercredi au parking du Grand Phare à Bangor, vendredi sur la place de l'Eglise de Sauzon et dimanche sur la place de l'Eglise de Locmaria.

A Groix ils étaient près de 900 habitants qui ont manifesté, sous le phare de Pen Men.


I L E S   D U   M O R B I H A N   L A   P O P U L A T I O N   M I S E   D E V A N T   L E   F A I T 

Il semble incroyable qu'une délégation de service public d'une durée de six ans soit votée sans la moindre concertation avec les habitants et leurs élus. Tous ont été mis devant le fait accompli. Il y a des progrès à faire sur le plan de la démocratie participative.

Le projet ne répond pas aux besoins des habitants et des commerçants des îles. Tous craignent une répercussion sur la vie économique et quotidienne qu’impliquent des nouvelles dispositions avec des horaires totalement inadaptés au commerce et à l’attractivité des îles. La hausse des traversées fret se répercutera inévitablement sur les marchandises. Continuer ainsi, c’est appauvrir les îles dont la fréquentation a baissé de 20% depuis 6 ans. Aujourd'hui, dans les îles, le coût de construction des logements, y compris des logements sociaux, est supérieure de 30 % à la moyenne nationale, à cause du coût du transport.

Les 4 maires de Belle-Ile ont capitulé sans conditions. La prétendue « avancée majeure » n'est rien d'autre qu'un ensemble de promesses. De plus ils manquent de solidarité avec leur collègue de Groix.


D O M I N I Q U E   Y V O N   D E M A N D E   R E N D E Z   V O U S   À   G O U L A R D 

« Je n'ai pour l'heure aucune information sur la nouvelle grille tarifaire. J'attends les documents des Bellilois ». Dominique Yvon reste prudent, suite à la rencontre entre François Goulard, président du conseil général du Morbihan et les élus de Belle-Ile. Les quatre maires de Belle-Ile ont estimé qu'« une issue favorable se dessinait avec une nouvelle évolution tarifaire. C'est un premier niveau de négociation ». A cette avancée majeure s’ajoute le maintien du tarif insulaire sur tous les utilitaires transportant des marchandises de première nécessité (produit frais, agricoles, de pêche…). Le tarif insulaire pour les véhicules de tourisme sera contenu dans une augmentation maximale de 3 %. Le maire de Groix émet une réserve : « Le bâtiment est une activité importante sur l'île. Par ailleurs, les camions transportent toute sorte de marchandises. Il sera difficile de faire le tri » Dominique Yvon a adressé un courrier, hier, à François Goulard, pour obtenir un rendez-vous dans les plus brefs délais. « Nous verrons bien alors si le dossier avance dans le bon sens »


U N E   N O U V E L L E   É T A P E   P O U R   L E   M U S É E   D E S   P H A R E S 

En 1983, le Service des phares et balises confiait au Conseil général du Finistère une importante partie de sa collection constituée d’archives, d’images et d’objets rassemblés depuis le début du 19ème siècle. Cinq ans plus tard, un musée des phares et balises, unique "Musée de France" consacré à cette thématique, était ouvert dans la salle des machines désaffectée du Créac’h, sur l’île d’Ouessant.

En juillet 2009, les acteurs du Grenelle de la Mer ont proposé de « faire du musée des phares, situé à Ouessant, la base d’un musée d’envergure internationale », à la hauteur de l’exceptionnelle collection présentée.

Le Conseil général du Finistère s’est saisi de cette proposition en rédigeant un Projet scientifique et culturel pour le musée des phares qui a reçu en avril 2010 un avis très favorable de la direction des Musées de France du Ministère de la Culture.

Aujourd’hui, de nombreux partenaires se sont mobilisés autour du Conseil général afin de porter le projet d’un « Musée national des phares » qui doit devenir l’institution de référence pour la connaissance et la transmission de l’histoire et du patrimoine des phares.

Un groupement d'intérêt public.

Le groupement d’intérêt public permet la mise en commun de moyens par ses membres. C’est une structure adaptée aux politiques culturelles permettant de privilégier les mutualisations et les coopérations.

Les partenaires

Le Conseil général du Finistère ;

L’Etat, représenté par la direction des affaires maritimes (Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie) ;

Brest Métropole Océane ;

La Commune d’Ouessant ;

L’Agence des aires marines protégées - Parc Naturel Marin d’Iroise;

Le Parc naturel régional d’Armorique.

Le GIP « Musée national des phares » assure plusieurs missions :

il conserve, restaure, étudie ses collections;

il enrichit ses collections;

il assure une présentation des collections au public le plus large possible, (actions culturelles, pédagogiques...);

il assure le développement et l’animation d’un centre de ressources consacré à l’histoire et au patrimoine des phares;

il a vocation à développer et animer le réseau national de valorisation du patrimoine des phares.Le groupement participera au rayonnement culturel et touristique des territoires d’implantation du Musée national des phares : Ouessant, Brest, et plus largement le département du Finistère et la région Bretagne.

Le GIP « Musée national des phares » se mettra en place grâce aux apports financiers et en nature de ses membres. Il développera également des partenariats (publics et privés) pour mettre en place et activer certains projets.


1 2   M I L L I O N S   D ' €   P O U R   R É A M É N A G E R   L E S   P O R T S 

Depuis plusieurs années une réflexion autour de l'accessibilité des ports du Conquet, de Molène et d'Ouessant est menée par le conseil général du Finistère. Un bureau d'études s'était vu confier une mission de réflexion sur l'amélioration des conditions d'embarquement des passagers. Les escaliers des digues, n'étant plus aux normes. Le projet est désormais quasiment arrêté pour chacun des ports et actuellement présenté dans les conseils portuaires. Une somme de 12 M € est d'ores et déjà inscrite au budget primitif du conseil général du Finistère pour financer les travaux. La mise en service de ces ports est prévue eu en 2018 ou en 2019.


I L E S   M O R A T O I R E   T R O P   D I F F I C I L E   À   M E T T R E   E N   P L A C E 

Les iliens demandaient un moratoire pour la délégation de service public, celui-ci est trop difficile à mettre en place. Il est jugé trop risqué financièrement. Une proposition de grille tarifaire sera bientôt finalisée. Le tarif insulaire sur tous les utilitaires transportant des marchandises de premières nécessité ( produits frais, agricoles, pêches, ...) sera maintenu. Le tarif insulaire pour les véhicules de tourisme sera contenu (augmentation maximale de 3%). Une offre découverte des iles serait à l’étude elle complétera l’offre famille.


V I V E   L E   P O I S S O N   D E   N A T H A L I E   B E A U V A I S   E N   L I B R A I R I E 


Le livre de recettes de la Chef lorientaise Nathalie Beauvais " Vive le Poisson" est sorti en librairie.

Après le succès du livre "Vive le blé noir !" d'Eric Jubin sorti en octobre 2013 (réédité à 5000 ex après la rupture en 4 mois des 4000 premiers ex), Nathalie chef du restaurant le " Jardin Gourmand " présente "Vive le Poisson".

Nathalie a toujours aimé partager sa passion pour la cuisine et la Bretagne. " J'aime le poisson, et après 25 ans de métier passé dans notre restaurant, je ne me fatigue toujours pas de la vue Mer, des odeurs et de l'ambiance du port de pêche de Lorient. J'aime toucher le poisson, le soupeser, regarder sa brillance, vérifier le rouge profond de ses branchies. Rien ne vaut un poisson frais pêché seulement quelques heures auparavant par un petit bateau côtier."

Faut savoir encore le cuisiner !

Et dans ce livre, Nathalie foit pouvoir vous aider. Il suffit de respecter le poisson en ne le surcuisant pas, en ne le noyant pas dans une sauce trop importante et en l'accordant avec des légumes, des céréales et des épices qui lui vont bien. Au tout début de l'ouvrage elle explique en quatre règles majeures, comment bien acheter son poisson. Elle donne aussi des conseils pour bien lever des filets, préparer un fumet de poisson.

Puis ce sont des recettes gourmandes iodées d’une grande passionnée, qui se rend le matin au port de pêche choisir, selon les saisons et les arrivages, les plus beaux poissons qu’elle mitonne pour ses clients.

Pour ce livre Nathalie a choisi 14 variétés de poissons, avec 60 recettes accessibles à tous. Le livre n’oublie pas les conseils et astuces pour que cuisiner le poisson soit un réel plaisir. Pour l’accord des mets et des vins, elle a fait appel à son mari Arnaud fin connaisseur.

Dédicaces

Le Comptoir Gavrais à Gavres le samedi 25/10/14 de 15h30 à 18h00
Librairie "FNAC" à Lorient le samedi 22/11/14 de 15h30 à 18h00
Librairie "Cheminant" à Vannes le samedi 06/12/14 de 15h30 à 18h00
Librairie "Coop Breizh" à Lorient le samedi 13/12/14 de 15h30 à 18h00
Librairie "Sillage" à Ploemeur le samedi 20/12/14 de 15h30 à 18h00
Librairie "Breizh Ma Bro" à Auray le lundi 22/12/14 de 10h00 à 12h30




A N N A L I S A   C O M E S   F R U C T U E U S E   R É S I D E N C E   À   O U E S S A N T 

Annalisa Comes en résidence au sémaphore du Creach à Ouessant a pendant son séjour terminé son livre/biographie en italien sur l'écrivaine suédoise Astrid Lindgren ("Une vie à coté des enfants" "Una vita dalla parte dei bambini") qui sortira à Noël chez Lantana Editore à Rome. Elle a aussi terminé son recueil de poèmes "Le corps éternel" ("Il corpo eterno") en italien.

Des iles du Pacifique à celles du Ponant

Annalisa, poète et traductrice en italien du livre de la Vitréenne Renée Hamon, Aux Îles de lumière, avait emporté dans ses bagages, de nombreux documents concernant cette reporter-journaliste (née à Vitré en 1897, décédée à Auray en 1943), auteur de plusieurs reportages sur les îles du Pacifique publiés dans différents journaux et revues d'avant-guerre : Vu, Ève, L'Illustration, Beaux-Arts, L'Intransigeant... C'est l'association vitréenne Correspondances qui avait confié à Annalisa Comes les documents en question. Son objectif était faire découvrir aux Ouessantins cette Bretonne, amie de Colette qui l'appelait affectueusement le petit corsaire. Claude Delafosse, de l'association Correspondances a listé les documents mis à disposition des Ouessantins. |



DE NOMBREUX PROJETS AVEC LES ECOLES

Collège
: (3a/4a) Annalisa a travaillé sur les reportages de Renée Hamon que les élèves ont pu voir et étudier au Sémaphore. Les élèves vont essayer de produire un reportage sur l'île de Ouessant.

(5a/6a) « écrire un poème à partir d’une photo » : lecture et analyse du poème de R. Carver: PHOTOGRAPHIE DE MON PERE DANS SA VINGT-DEUXIEME ANNEE. Production de poésies sur des photos (portrait et paysage de Ouessant)

Ecoles primaires

Un projet fort intéressant est celui d’ écrire un petit livre en commun entre les écoles primaires de Ouessant et l'école primaire de la petite île de Ventotene (Lt) Italie qu'Annalisa connait bien. Ventotene est une petite île italienne d'origine volcanique, située au large de la Campanie dans la mer Tyrrhénienne. Cette île fait partie des Iles Pontine. Ventotene a beaucoup de choses en commun avec Ouessant, petite île au large de la côte, il n'y a pas de voitures, elle est un lieu de passage d'oiseaux migrateurs, elle fait partie d’un parc archéologique et marin: échanges de lettres, contes, dessins, photos, poèmes informations d'une île à l'autre.
Annalisa a aussi pensé à un échange de visite et s'est proposée en tant que traductrice pour ces échanges (du français à l’italien et vice versa).

Un peu de géographie

Le groupe des iles Pontines ou Ponziane se composent de deux sous groupes : Ponza, Palmarola, Zannone et Gavi au nord ouest et Ventotene et Santo Stefano au sud-est. 22 milles marins séparent ses deux sous groupes.

Ventotene attire par sa beauté et parce que la Rome archéologique est encore vivante. Son port est très suggestif pour quiconque comprend ce que signifie jeter l'ancre dans un espace marin. Le môle du port, les bittes d'amarrage et les magasins sont creusés dans le vif de la roche volcanique

Ventotene
est une petite île italienne d'origine volcanique, située au large de la Campanie, dans la mer Tyrrhénienne. Rocheuse et escarpée, Ventotene émerge de la mer avec la même violence avec qui le volcan l’a engendrée grâce à une succession d’explosions, d’éruptions, de coulées de lave et de pluie de cendres et de lapilli. Elle s’appuie sur un bas-fond rocheux étendu. D’un côté: un véritable piège pour la navigation et de l’autre: la beauté des côtes qui se reflètent dans l’eau limpide. Le petit village pittoresque, concentré autour du port romain, est aujourd’hui encore le cœur de la vie de l’île. Carrefour des plongeurs et pêcheurs pendant la journée, et des jeunes loups de mer au coucher de soleil, qui se détendent en sirotant un apéritif aux guéridons du Bar Mariposa, avant de partir pour découvrir la Ventotene nocturne. Il suffit d’amarrer aux bittes creusées dans le tuf pour s’apercevoir de la beauté de ce petit musée à ciel ouvert, qui enchante les amateurs de la mer et les autres..



LE 25 OCTOBRE, à la mairie de Ouessant, à 16h : Annalisa Comes proposera au public une rencontre où elle présentera ses projets, elle dialoguera avec le public avant la dédicace de ses ouvrages et effectuera la lecture de:

"Chaque pierre nous soulève de terre": itinéraires insulaires, rencontres, projets, poèmes de Annalisa Comes à Ouessant"

Lecture de poèmes de "Hors terre ferme" (L'Harmattan, Paris 2013).

Lecture d'une partie du poème écrit en résidence: "Quand Jonas se cacha dans un ventre de pierres: Ouessant ou l'île-baleine", dessins de Fred Charap

Fred Charap, est né aux Etats-Unis mais le sang russe coule dans ses veines. Dans les années 80 il décide de quitter sa brillante carrière, pour se consacrer entièrement à ce qu'il avait toujours rêvé: l’Art. Cet artiste est très sensible aux vicissitudes du monde. Sur le plan artistique, la matière, les couleurs, le symbolisme des signes se croisent et se chevauchent. Annalisa a fait appel à lui pour illustrer ses livres et ses poèmes.


U N   C O L L E C T I F   "   I L E S   À   L A   D É R I V E " 

Dans le prolongement de la réunion publique, qui avait réuni plus de 500 personnes, un collectif « Îles à la dérive » a été créé le lendemain, à Groix. Dès à présent, un groupe s'est constitué pour étudier les textes juridiques et le contenu de la délégation de service public, et une action en justice est envisagée. Un autre groupe est chargé de la communication et des liaisons avec Belle-Île-en-Mer, Houat et Hoëdic. Un dernier groupe va programmer des événements : manifestations, occupations et rencontres avec la pouplation sur les marchés du continent, entre autres. Des urnes sont déposées dans les commerces de l'île pour collecter de l'argent

Autour d'un café chez "Soaz"

De retour à Groix hier après avoir manifesté à Lorient, un collectif de mamans a effectué un sit-in sur le tablier d'embarquement du navire afin de rencontrer la conseillère générale, Denise Guillaume, qui devait embarquer sur le Saint-Tudy. La rencontre a eu lieu autour d'un café « Chez Soaz » . « Nous avons besoin de votre soutien en tant qu'élue de notre canton insulaire », ont dit les membres du comité. La Conseillère Générale a répondu « J'ai toujours agi pour le territoire et pour les îliens. Ces temps derniers, j'ai rencontré le président Goulard pour lui faire part de mes inquiétudes ; l'économie des îles est en jeu ». La conseillère générale a rappelé ce qu'elle avait dit l'autre jour, « Les économies insulaires sont particulièrement fragilisées par la crise. Il y a une inquiétude réelle et légitime pour l'économie locale sur toutes les îles. Seuls, les conseillers généraux référents en charge des liaisons maritimes participent aux réunions de négociations avec le futur délégataire. Par conséquent, je ne suis pas informée de l'évolution du dossier ». Le 25 septembre, les conseillers généraux de Belle-Ile et de Groix n'ont pas été conviés à la réunion des maires. « J'ai fait des propositions au Président du conseil général, ce dernier m'a assuré en tenir compte concernant les tarifs préférentiels.» Où en est sa demande de la mise en place d'une réunion avec le président François Goulard, les élus insulaires ainsi que tous les élus en charge de ce dossier ?


B A T E A U X   T R O P   C H E R S   F E M M E S   E N   C O L È R E 

" Bateaux trop chers, femmes des iles en colère ". Une quarantaine de Groisillonnes vêtues de leurs cirés jaunes ont traversé les Courreaux ce matin pour venir manifester dans les rues de Lorient. Elles se sont rendues place Aristide-Briand bloquant cinq minutes la circulation des bus avant de se rendre à l'Hôtel de ville. Une délégation a été reçue par la directrice de cabinet de Norbert Métairie afin de recueillir leurs doléances. Elles ont ensuite pris la direction des halles de Merville pour informer les Lorientais présents de leurs inquiètudes quant à l'avenir de la desserte maritime.Elles ont distribué les tracts, expliqué aux exposants et passants leur action à grands coups de "Goulard au placard, Goulard moratoire". http://www.dailymotion.com/video/x27zezr_manif-des-femmes-reclamant-la-venue-de-denise-guillaume-la-conseillere-generale-de-groix-15-octobre_news


L E   C A B O T A G E   U N E   S O L U T I O N   M A I S   E T   G R O I X   ? 

Le Taillefer, caboteur des Transports maritimes côtiers basés à Vannes, a été bloqué par les manifestants toute la journée d'hier dans le bassin à flots de Palais, à Belle-Ile-en-Mer. Une première pour TMC et un coup dur pour le directeur, François Moriceau
Le bateau n'a pu reprendre la mer, hier soir, pour Vannes pour recharger une nouvelle cargaison de marchandises à destination de Belle-Ile. Des recettes perdues dont se serait bien passé TMC dans le contexte actuel marqué par un ralentissement de l'activité sur les îles cette année. Cette rotation perdue est dommageable car la cargaison qui devait être chargée hier soir à Vannes à bord du Taillefer comprenait des marchandises pour l'hôpital de Belle-Ile ( linge propre et sale et oxygène médical). « Le blocage ne peut que tendre les relations et ne fera pas évoluer les choses ».

TMC ne participe pas aux négociations entre le conseil général du Morbihan et le délégataire la Compagnie Océane mais l'entreprise pourrait quand même être concernée par l'issue du dossier. « On est disposé à apporter des services complémentaires par des moyens nouveaux, c'est-à-dire un nouveau navire, et des rotations supplémentaires au départ de Quiberon », souligne François Moriceau. TMC pourrait, par exemple, transporter des camions et des produits sur palettes, notamment alimentaires, dans une situation de complémentarité avec le service public et avec des prix très proches. « Le projet mûrit, précise François Moriceau. Un opérateur privé pourrait alors assurer des liaisons dédiées aux marchandises depuis Vannes ou Quiberon. Mais cela dépend des décisions qui seront prises par le conseil général dans le cadre des négociations avec le délégataire ». Et Groix dans tout cela, l'ile doit se dépatouiller, voilà qui est sympa !


E O L I E N N E S   F L O T T A N T E S   C ' E S T   S I G N É   P O U R   G R O I X 

C'est officiel DCNS et la Bretagne ont signé ce mardi, à Brest, un accord pour développer un projet d'éoliennes flottantes au large de Groix. Le site pourrait accueillir un maximum de huit machines de 6 MW pièce construites par DCNS et Alstom. La région injectera 1,27 million d'euros qui vont permettre de peaufiner les études de vents et d’impact sur le site.


D E U X   A N N E X E S   É L E C T R I Q U E S   P O U R   Y A C H T   D E   L U X E 

Éric Forgue, importateur et responsable en France des semi-rigides Northstar, basé à l'Île-aux-Moines a été contacté fin juin par l'importateur de la marque Torqeedo Laurentides, leader mondial allemand sur le marché des moteurs électriques hors-bord afin d'honorer la commande d'un client en Asie. Les bateaux sont destinés à servir d'annexe pour un yacht de luxe dont les propriétaires sont très sensibles aux technologies nouvelles et propres pour notre planète. C'est une société vannetaise, Mécanique marine du golfe qui a équipé les embarcations. Il s'agit de la même technologie que les batteries des Bluecar de Bolloré. Prix du moteur et des batteries : 40 000 €. Le moteur, de 80 chevaux, a une autonomie de 5 h à 10 ou 12 nœuds et une heure à fond, après une charge de 7 h maximum.


I L E   D E   B A T Z   R É P A R A T I O N   D E   L A   C A L E 

Seul point d'accostage de l'île de Batz pour les vedettes à passagers, la « cale de l'île aux Moutons » permet d'assurer le lien avec le continent. A la suite des inspections de contrôle, le conseil général du Finistère a décidé de réaliser d'importants travaux de réfection de la cale de ce port départemental (réalisation d'une dalle en béton armé, confortement des fondations, traitement des fissures...) pour un montant total de 354.000 €. Ces travaux ont débuté ce lundi et se poursuivront jusqu'à fin mars 2015. L'embarquement et le débarquement des passagers seront assurés tout au long du chantier par le biais de passerelles.


L E   C O N S E I L   G É N É R A L   P R É V O I T   D ' A U T R E S   R E N C O N T R E S 

Le conseil général du Morbihan prévoit « une nouvelle série de rencontres cette semaine pour travailler sur la question très sensible des horaires et pour vérifier que les plans de services engagés permettent de répondre à l'ensemble des besoins, avant de mettre au point définitivement le contrat de délégation ». Le conseil général du Morbihan souligne « l'attitude responsable de la majorité des élus des îles » mais déplore « les propos excessifs de certains, engagés dans une surenchère permanente, défendant des intérêts économiques peu légitimes et dont le comportement ne peut que nuire en définitive aux intérêts des îliens ».


P O È M E   P A M P H L É T A I R E   À   L ' É G A R D   D E   F .   G O U L A R D 

Triste François Goulard
Déloyal et retors
Je vous pensais roublard
Vous êtes pire encore

Le peuple oui messire
Qui vous porta au trône
Vous laissera rancir
Sans vous faire l’aumône

Raillez les insurgés ;
Kergueris et le Nay
Vous avaient bien jugé :
Traître est le vannetais

Vous pensez monseigneur
Que couvant Véolia
En cupide gagneur
Elle s’en souviendra ?

Vous avez su bien-sûr
Assurer vos arrières
Mais, sous votre tonsure
Garez votre derrière…

P. Dagorne


F R A N Ç O I S   G O U L A R D   D R O I T   D A N S   S E S   B O T T E S 

François Goulard maintient son cap concernant les transports maritimes les îles. La nouvelle délégation de service public sera soumise au vote en novembre. Le président du conseil général redit que le département n'a pas d'autre choix que de se conformer à la législation et donc de revoir les tarifs.

Le département du Morbihan aime ses îles


Il va consacrer 500.000€ de plus que précédemment aux liaisons maritimes avec les îles du large Groix, Belle-Ile, Houat, Hoëdic. « La subvention d'équilibre de 350.000 € au délégataire sera au 1er janvier de 500.000 €. Mais c'est peu de chose par rapport à l'ensemble des contributions. Nous finançons les bateaux, les gares, soit 4,5 millions en coût global et nous franchirons la barre des 5 millions ».

François Goulard a détaillé les mesures envisagées.

Pour les horaires et le nombre de bateaux, pas de changement en ce qui concerne Houat et Hoëdic. A certains moments de l'année, pour Belle-Ile, il y aura six bateaux au lieu de sept par jour et pour Groix, quatre au lieu de cinq. Le vendredi, les sept rotations seront maintenues sur Belle-Ile et les cinq sur Groix.

Deux tarifs sur l'année.

François Goulard a insisté sur le caractère « illégal » du tarif préférentiel appliqué aux parents d'insulaires et aux Morbihannais. Un résident secondaire qui ne vient qu'épisodiquement sur ces îles paiera à partir du 1er janvier au tarif normal. Celui qui sera plus régulier aura à sa disposition un abonnement. Il y aura aussi des cartes familles. Pour les insulaires, le billet (A/R) passera au 1er janvier de 5,75 € à 6 €. Pour le billet plein tarif (A/R), actuellement de 33,65 €, deux prix seront institués, l'un en période normale (30 €), l'autre en période haute fréquentation (36 €). Des formules d'abonnement seront proposées aux Morbihannais.

Le transport au coût réel.

« Pour les marchandises, nous sommes dans l'illégalité car nous n'avons pas le droit de subventionner l'activité économique », a indiqué François Goulard. Le président du conseil général a indiqué que des exceptions seront maintenues pour les produits de la pêche, le fuel domestique, les produits frais, les produits de l'agriculture insulaire. C'est juridiquement possible. Il y aura un tarif préférentiel pour les véhicules d'artisans de moins de 3,5 t. Pour le reste, les tarifs seront au coût réel du transport François Goulard invite les professionnels à utiliser des barges plutôt que de mettre des camions dans le bateau.

Impact tarifaire sur les produits de grande surface,

Il sera, selon le conseil général, de 2 centimes pour un paquet de sucre et de 1 centimes pour une plaquette de beurre.

François Goulard répond aux attaques.

« Tout ce qu'on nous raconte sur les prix qui vont augmenter ce n'est pas vrai. Si les prix sont plus chers sur les îles, c'est parce que la concurrence est moindre ». « Un nombre restreint d'entreprises spécialisées dans le transport ont bénéficié d'une rente et d'un quasi-monopole, a-t-il assuré. Je ne peux cautionner l'enrichissement sans cause, surtout quand ce sont les contribuables morbihannais qui paient ».
A propos des manifestations, « les insulaires sont sensibles aux liaisons maritimes, je les comprends. Qu'ils soient hyperréractifs, c'est normal, en plus quand il y a des gens qui répandent des informations qui ne font qu'attiser la colère ».


T R A N S P O R T   M A R I T I M E   L E S   T A R I F S 

Les tarifs proposés par la nouvelle Délégation

Les élus, ont reçu les nouveaux tarifs proposés par la DSP : La proposition d'un double tarif insulaire sur la base de 20 % du plein tarif, haute et basse saison, soit 30 € et 36 €, génère un tarif insulaire à deux vitesses. C'est-à-dire que l'insulaire paiera 7,20 € du 1er avril au 30 septembre, les vendredis, samedis et dimanches et 6 € le reste de l'année, soit du 1er octobre au 31 mars. Autres tarifs : pour remplacer les tarifs morbihannais et résidents secondaires (enfants d'insulaires), trois solutions sont proposées. Deux trajets aller-retour pour 55 € (soit 27, 50 € l'aller-retour), cinq trajets aller-retour pour 80 € (soit 16 € l'aller-retour) et une carte d'abonnement individuelle toutes îles, tout public, toute l'année. Soit : pour les adultes à 50 €, avec l'aller-retour à 10 € (illimité) ; pour les enfants à 25 € avec l'aller-retour à 6 € (illimité). Une carte « famille » nominative est encore à l'étude.


T R A N S P O R T   M A R I T I M E   T A R I F S   C A M I O N S 

Les tarifs pour les camions

Suppression du tarif insulaire pour le transport des véhicules utilitaires au-delà de 3,5 tonnes. Ce qui a pour conséquence de doubler le tarif, soit pour un camion (11 à 19 tonnes) au tarif haut : 462 € l'aller-retour au lieu de 246 € . A noter : le gel des tarifs « pêche » et « agriculture » et la baisse des tarifs des « petits colis ». Exemple : ceux de moins de 5 kg passent de 4,80 € à 3,90 €. Par contre le tarif de la palette de 13 € aujourd'hui, passera à 23 €. Ces tarifs sont prévus pour entrer en vigueur au 1er janvier 2015 en ce qui concerne les passagers et les marchandises.


D A N I E L   C O R D E A U   L E   L I C I E R   D E   L A   P E T I T E   M E R 


Le mot licier désignait l'ouvrier des manufactures dont le métier consistait à passer les fils de chaîne dans les lices. Petit à petit, ce mot est devenu synonyme de la personne qui tisse une tapisserie sur un métier de haute lice ou de basse lice. La création de la tapisserie était attribuée au peintre, que l'on a appelé peintre-cartonnier; le licier n'avait comme rôle que l'exécution de la tapisserie, dans le strict respect de la maquette préalablement établie. La tapisserie ayant rencontré de grandes et nombreuses périodes de crises, à la réflexion tout le monde s'est accordé pour dire qu'il fallait qu'elle cesse d'être une copie de peinture. On a commencé alors à demander au licier s'il pouvait se faire l'interprète de la maquette, en y mettant de la sensibilité, sans toutefois changer quoi que ce soit au carton. La marge de manoeuvre étant très étroite, nombre de créateurs ont compris qu'il serait plus normal que le licier soit lui-même créateur de sa maquette. De fil en aiguille, l'art moderne ayant ses adeptes, les liciers en question se sont dit qu'ils pourraient peut-être sortir la tapisserie de son aspect mural pour en faire une oeuvre plastique, tridimensionnelle; tapisserie ou art de la fibre, qu'importe, une nouvelle expression artistique était née.

Grande expérience textile

Daniel Cordeau a une expérience textile de plus de 50 ans, il commença à l'âge de 14 ans aux Gobelins et y fit toute sa carrière. Installé à Riantec il réalise une oeuvre personnelle inspirée de la Petite Mer de Gâvres. Sa réalisation procède de nombreuses étapes : il détermine le sujet qui deviendra son carton de tapisserie, élabore le calque technique, effectue l'échantillonage des couleurs, du choix des matières d'oeuvre et les techniques d'exploitation, puis ourdi et monte sa chaîne sur son métier.

Au retour de ses longues promenades méditatives en bordure de la Petite Mer de Gâvres, il exécute en atelier un grand nombre d'encre et de lavis, qui transcrivent ses émotions, les sensations ressenties ou les énergies puisées en ce lieu magique. Une trace de la vie ainsi demeure. Puis il cherche les matériaux et la texture susceptible de saisir dans le textile le caractère fusionnel de l'encre, enfin les gammes de laine les plus appropriées pour traduire l'essentiel et jouer de leurs effets au contact de contons mats ou brillants et parfois de soie. Ses tapisseries quittent aussi les murs et deviennent architecture, sculpture en 3 dimensions. Au-delà de ses grandes qualités artistiques, sa liberté d’interprétation mérite d'être admirée.



L E   P H A R E   D E S   E Q U I N O X E S   P R O J E T   C O L L E C T I F 


L’Aber Wrac’h est parsemé d’îles et d’îlots, aussi appelées archipel des îles de Lilia, du nom d'un bourg de Plouguerneau. L'île Wrac'h est accessible depuis la plage de Saint-Cava, uniquement à pieds, trois heures avant et trois heures après la marée basse. Le phare de l’île Wrac’h, construit en 1845, est composé d’une tour carrée et d’une maison d’habitation. Il est entouré d’un jardin clos et ouvrant sur la mer et une petite cale qui servait à la vie quotidienne des gardiens. Il est aujourd'hui automatisé et depuis l'été 2006.

L'île Wrac'h et son phare accueillent les promeneurs curieux de fouler un espace naturel protégé, de découvrir un paysage maritime remarquable et d'approcher un patrimoine du 19° siècle, appartenant aux Phares et Balises, le phare dont le feu est toujours en activité.
Une île aux artistes

Ce qui fut un lieu de vie pour les gardiens du phare et leur famille est devenu, grâce à l'action de l'association "ïles et Phares du Pays des Abers", une "île aux artistes". Chaque été, depuis l'année 2006, plusieurs expositions (peinture, sculpture, gravure...) sont présentées au public dans la maison du phare, et parfois quelques oeuvres animent les jardins.
Hors cette période d'été, le lieu devient résidence pour les artistes en quête d'inspiration et de tranquillité et qui s'adaptent à des conditions de vie spartiates. Les jardins offrent un espace protégé par de hauts murs dans lequel les jardiniers s'exercent à la culture des légumes et des fleurs dans un sol léger et sous un climat doux mais venté.

Du phare des Solstices au phare des Equinoxes

En août 2013, Yves Dussin, Patrick Serc et Françoise Sylvestre ont rencontré Josette et Jean-Pierre à Ouessant. Ils ont échangé et envisagé ensemble la possibilité de résider et de créer au phare en 2014.

Ce qui a déclenché leur projet a été la publication en 2012 du coffret "Le Phare des Solstices" qui leur a valu une mention spéciale du jury du Prix du livre insulaire à Ouessant en 2012. Ce coffret, comprend cinq carnets d'artistes. Ils sont le fruit de leur travail après deux résidences dans le phare de Bressay aux îles Shetland aux solstices d'été et d'hiver de 2011. Ce fut une belle aventure humaine, une source de création collective et individuelle extraordinaire, et l'origine d'une forte amitié qui les lie. Leur travail a été exposé au Musée Maritime et du Patrimoine de Lerwick aux Shetland en juin-juillet 2012. C'étaient trois artistes-peintres (Yves Dussin, Patrick Serc et Hugues de Wilden), un photographe (Jean-Marc Cotta) et un écrivain (Françoise Sylvestre). Hugues de Wilden malheureusement a péri en mer en juillet 2011.

L'équipe du nouveau collectif a résidé au phare de l’ile de Wrac’h du 15 au 29 mars 2014 et pour l'équinoxe d'automne du 15 au 30 septembre 2014. Il y a toujours trois artistes-peintres, sortis de l'école des Beaux-Arts (Yves Dussin, Patrick Serc et Morio), un photographe (Xavier Desmier) et un écrivain (Françoise Sylvestre).

Yves Dussin
a son atelier à L'Ancre de Chine, à Audierne. Solange, sa femme, était à la fois la "cantinière" et la confidente. Elle est de nouveau présente pour le projet au phare de l'île Wrac'h.

Patrick Serc travaille dans son Jardin à l'Ancre, à Grimouville, au pied du Cotentin.

Morio
, qui vit à Loctudy, contemple, idéalise et dessine au trait fin la mer. Il imprime chaque jour une image du paysage traversé au cours d'un voyage intérieur qu'il mène depuis 2005.

Xavier Desmier, photographe sous-marin et grand reporter, amoureux des mangroves et des animaux marins, est basé à Paris.

Françoise Sylvestre, ancienne journaliste de la mer (course au large et pêche), libraire à l'Ile-aux-moines jusqu'en 2007, est auteur depuis 1990 d'une vingtaine d'ouvrages (romans, nouvelles, essais, monographies insulaires) sur la mer et les îles.

Le Phare des Equinoxes projet collectif

Ils ont réalisé d'une part un projet dans l'esprit du "Phare des Solstices" (cinq carnets individuels dans un coffret collectif), mais cette fois lorsque le jour et la nuit rivalisent, lorsque les marées se font amplement ressentir, lorsque le printemps revient et l'automne apparaît. Leur création ne s'arrête pas à ce seul coffret. Chacun crée selon son art et son inspiration, en mettant en avant le phare et son environnement, l'insularité des lieux. Au printemps, ils seront de nouveau présents pour présenter à Plouguerneau ce beau projet mené à bien. Les œuvres réalisées vont être exposées au phare de l’ile de Wrac’h en 2015.


I L E S   D E   B R E T A G N E   C O N S O M M E R   L O C A L 

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local


M O L È N E   U N   O B S E R V A T O I R E   P O U R   I F R E M E R 

Ifremer a fait part, du déploiement, au large de Molène, dans le périmètre du Parc marin d'Iroise, d'un observatoire câblé pilote appelé Me-DON (Marine e-Data Observatory Network). Cette installation, par vingt mètres de fond, a été réalisée par les équipes de l'unité Recherches et développements technologiques d'Ifremer et France Télécom Marine, avec l'aide d'Iroise Mer. Cette station, reliée à l'île de Molène par un câble de 2km, transmet, aux scientifiques des données du fond. Cela vaut pour des images, des sons, le courant et la houle. Des mesures physico-chimiques devraient intervenir prochainement. L'instrumentation installée permet notamment de détecter et de localiser les mammifères marins et d'identifier les espèces benthiques.
Le projet Me-DON vise à tester un nouveau concept de surveillance côtière qui s'appuierait sur un réseau d'observatoires sous-marins câblés, capables de transmettre des données et des observations en temps réel à très haut débit. Le projet Me-DON associe Ifremer, l'Ensta Bretagne, trois partenaires de Plymouth et Océanopolis. Il a été sélectionné dans le cadre d'un programme européen de coopération transfrontalière France-Angleterre.


C O M P A G N I E   O C É A N E   L A   P R A T I Q U E   É C O - C O N D U I T E 

Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.


F U M A I S O N   D ' I R O I S E   R E N C O N T R E   D E   L A   M E R   E T   D U   F E U 

Depuis quand les habitants de l'île de Molène, ont pris l'habitude de brûler dans leurs âtres des algues sèches, nul ne le sait. Toutefois ils développèrent un savoir-faire unique, le fumage aux algues, qui leur permettait de conserver leurs aliments en leur donnant une saveur incomparable. Grâce à cette tradition ancestrale, la recette de la saucisse de Molène, coupée au couteau, peu grasse, fumée aux algues de la mer d'Iroise, a un goût inimitable.

Harold Le Meur né au bord de la mer d'Iroise dans la jolie ville du Conquet, s’est passionné pour ce fumage aux algues. Il a démarré son activité en juin 2010 dans son laboratoire de 140 m2 ( 300.000€ d'investissement). Il a bénéficié de la bourse jeune créateur du Conseil Général du Finstière ( 4.000€ ). Ainsi sont nées les Fumaisons d'Iroise implantées au Conquet, en face des îles de Beniguet, Molène, Quéménès et Ouessant. Dans son laboratoire à partir de produits locaux sélectionnés avec exigence et rigueur, Harold perpétue et développe le savoir-faire des anciens en donnant sa propre interprétation de la saucisse de Molène et de spécialités charcutières locales pour la première fois fumées aux algues. Une saveur inoubliable la Molénette format chipolata, la Pikolenn la saucisse de Molène et la Mini-Molénette pour l'apéritif sont fumées au bois de hêtre et aux algues. Ses projets se concentrent maintenant sur les algues fraîches et les poissons de la mer d'Iroise. Il propose des ventes directes à son laboratoire rue Winston Churchill, la plupart de ses clients sont restaurateurs, il a des clients à Paris et en Allemagne. Ces saucisses font partie du repas pour quatre vendu par la boutique de l'Ile de Quéménès.



M O L È N E   L E S   O R M E A U X   L A B E L L I S É S 

Le label « ormeaux de Molène » valorise une pêcherie responsable et encourage l’activité de pêche sur les îles. En effet, la pêcherie d’ormeaux est très encadrée : taille minimale de 9 cm et quota annuel fixé par arrêté préfectoral sur proposition de l’Ifremer et des organisations professionnelles.
Un label permet aujourd’hui de valoriser cette production gérée de manière raisonnée et d’informer les consommateurs sur l’origine du produit.
Les ormeaux sauvages de Molène sont désormais commercialisés avec des étiquettes indiquant leur lieu de pêche. Ce label valorise à la fois l’espace marin remarquable dont proviennent ces coquillages et sensibilise le public à un type de pêche respectueux de la biodiversité. Il s’agit du premier label de produit pêché dans le Parc naturel marin d’Iroise. Ce label a été lancé en partenariat avec Normapêche, Bretagne qualité mer, le comité local des pêches maritimes du Nord Finistère et la criée de Brest. On trouve les ormeaux de Molène sur le marché de St Quentin à Paris dans le 10 ème arrondissement, à la saison bien sûr.

Comment les cuire

Il faut tout d'abord les sortir de leurs coquilles et laver la chair, puis les attendrir, sinon ils se raidiront à la cuisson. A Molène , on les met dans un torchon propre et on les cogne avec un gros galet. Les chairs sont ainsi écrasées sans les abîmer. On les essuye et dans une poêle il faut faire fondre du beurre salé dans lequel sont jetés les ormeaux légèrement farinés. La cuisson se fait à feu vif. Il faut bien les remuer pour les faire dorer de tous les côtés, pendant 5 minutes. Rajouter de l' ail écrasé, du persil plat hâché et un peu de beurre. Remuer le tout rapidement et servir chaud !


contact