Actualités des iles du Ponant

Randonner a Groix le progamme
Accueil en fanfare, samedi matin au local de la SNSM de Port-Tudy ; circuits de 11 à 18 km permettant de découvrir un élevage d'escargot à Kerbus, des ateliers d'art, de visiter le phare de Pen Men (ouvert dimanche après midi) et d'assister à la causerie animée par l'association des lavoirs et fontaines. Escale à la chapelle de Quelhuit, à la maison de pêcheur agriculteur de Kerlard et concert de chant choral, à 13 h 15, à la chapelle du Méné. En début de soirée, marché des producteurs de l'île à la salle des fêtes avant le dîner composé de produits locaux (soupe de légumes, huitres, ormeaux, lard des thoniers, pâtisseries : 12 €). Le cercle celtique animera une partie de la soirée ainsi qu'une balade chantée le dimanche matin au départ de Port Tudy.

Denise Jacquemin a démisionné du conseil municipal de Groix
Denise Jacquemin, conseillère d'opposition élue en mars 2014 sur la liste « Ensemble pour demain », vient de présenter sa démission. Mme Jacquemin siégeait à la commission des finances et à la commission scolaire, jeunesse, culture. Elle devrait être remplacée par Isabelle Guellou.

Ile aux Moines Création d'un pôle santé et d'un pôle jeunesse
Création d'un pôle santé. Ce projet a pour but de regrouper les professionnels de santé (médecin, kiné, infirmier, sage-femme) en un seul lieu, la villa Saint-Paul. Des travaux de mises aux normes sont nécessaires. L'aide du département, de l'association des Iles du Ponant et de l'État sera sollicitée. L'estimation du coût total est de 88.631 €. Création d'un pôle jeunesse. Ce projet regroupe les activités du centre de loisirs, les Tap (Temps d'activités périscolaires) et des plus grands à l'ancienne école publique. Là encore, des travaux sont à prévoir. L'estimation est de 248.423 €. L'autofinancement serait de 19.684 €. Une abstention pour ces deux votes.

Commune nouvelle à Belle-Ile ?
Véronique Bertho, maire de Locmaria, et Annaïck Huchet, maire de Bangor, ont besoin de recul et de conseils pour mener une réflexion sur le sujet qui engage l'avenir de leur communes, et de Belle-Ile. Elles ont été reçues par le préfet Jean-François Savy. « Une commune unique ne peut exister que si les quatre communes ont cette même volonté », résume Annaïck Huchet. « Mais j'ai été élue, comme les trois autres maires, sur un programme qui n'a jamais inclus le projet d'une commune unique », poursuit Véronique Bertho. « Nous voulons décider avec nos conseillers, représentant les citoyens qui nous ont élues », soulignent les deux premières femmes maires de Belle-Ile. « Plusieurs choix s'offrent à Belle-Ile, sous conditions légales ». « Celui de trois communes, c'est-à-dire Palais-Sauzon, nouvelle commune, et la commune de Bangor et celle de Locmaria ce qui permet de conserver la communauté des communes ». Ou « les quatre communes fusionnent, la CCBI disparaît, Belle-Ile devient commune unique avec 68 élus qui éliront un nouveau premier maire entre eux ». Dans ce dernier cadre, quels risques ? La désertification des bourgs, la disparition des services publics, les impacts économiques, dont le lissage haut des impôts et l'emploi encore plus fragilisé. « Le Palais et Sauzon oseront-elles aller au bout de leur choix », s'interrogent les deux femmes maires qui disent : « Chiche ! Et là, en l'absence de projets communs et de feuille de route, ne faudrait-il pas que les élus actuels démissionnent pour reconstituer listes et programme lisible de tous ? Mais tous les élus sont-ils prêts à le faire ? », conclut le maire de Bangor. En attendant, Annaïck Huchet invite la population bangorine dimanche, à échanger, à 11 h 30, salle polyvalente, sur l'actualité communale.

Bonne fréquentation des auberges de jeunesse des iles du Morbihan
À Groix, le nombre de nuitées est passé de 8.650 en 2012 à plus de 10.000 en 2014. À Belle-Île, de 10.728 à 11.083.

Exercice de dépollution à l'ile de Sein
Afin de sensibiliser aux risques de pollutions accidentelles dans le cadre des plans de sauvegarde communaux, le PNMI organise un exercice de dépollution.

Après Porspoder et Molène en 2013, c’est sur l’île de Sein que le PNMI organise cet exercice de dépollution, mardi 3 et mercredi 4 mars. Cet exercice s’adresse également aux élus et aux agents municipaux des communes littorales et insulaires du parc. La formation alternera cas pratiques avec simulation d’un cas de pollution, mise en situation pourreconnaître un cas de pollution, exercices avec du matériel de dépollution sur le secteur de la concession aquacole etdébriefing avec la mairie de l’île.

Batz quelle place pour la voiture sur l'ile ?
Exaspérée par les voitures qui se garent devant chez elle, une commerçante de l'île de Batz a installé des pots de fleurs sur la rue pour empêcher le stationnement. Après un courrier recommandé et la visite des gendarmes, le conseil municipal a autorisé le maire à saisir la justice.

Depuis le mois d'octobre, la cale de l'île de Batz, où débarquent les bateaux qui font la liaison avec Roscoff, est en réparation.Les baraques de chantier, le matériel et les engins sont installés là où les voitures et tracteurs avaient l'habitude de se garer. « C'est l'anarchie », explique, en colère, Anne Diraison, qui possède deux commerces sur l'île : l'hôtel des Herbes folles, sur le port, et une crêperie,sur le front de mer, qui est également son habitation. « Les voitures sont garées en file indienne le long du quai, devant les entrées de maison ou les commerces. Il y a un jour où des résidents secondaires n'ont pas pu entrer chez eux car une voiture bloquait l'entrée ! ».

La commerçante, conseillère municipale d'opposition, a demandé à la mairie d'entamer une réflexion pour organiser le stationnement, au moins le temps des travaux, mais elle n'a pas eu de réponse. Alors, elle a installé quatre pots de fleurs devant chez elle.

L'histoire aurait pu en rester là. Mais... Anne Diraison a d'abord reçu un courrier recommandé de la mairie l'enjoignant de retirer ses pots. « J'ai répondu par courrier au maire. Je lui ai de nouveau demandé de discuter du problème de stationnement. Pour seule réponse, j'ai eu une visite des gendarmes de Saint-Pol-de-Léon, le 19 février, pour constater l'infraction... », raconte-t-elle. Le soir même, le conseil municipal autorisait le maire à saisir le juge des référés du tribunal administratif de Rennes afin de faire enlever les pots de fleurs.

​Pour Anne Diraison, le véritable fond du problème c'est la place de la voiture sur l'île. Elle en a fait son cheval de bataille au conseil municipal. « Ces travaux sont l'occasion d'entamer une vraie réflexion sur le stationnement et la circulation des véhicules sur l'île de Batz. Mais Monsieur Cabioch ne veut pas en entendre parler... ». Alors que la commerçante était sur le continent, les pots de fleurs ont été cassés. « Ça ne m'intimide pas. Depuis, j'ai mis des vélos... ».

Ile de Sein vers un autre opérateur ?
Le Sénat a voté l’amendement cassant le monopole d’ERDF pour les zones non-interconnectées. Une bonne nouvelle pour les partisans de la transition énergétique sans monopole d’ERDF. Qui devront toutefois se garder de crier trop tôt « victoire ». Car le parcours législatif de cet amendement n’est pas terminé. Une commission mixte paritaire se réunira le 10 mars. En raison du vote divergent entre le Sénat et l'Assemblée nationale.

Cet amendement vise à donner aux territoires insulaires non-interconnectés de moins 2 000 clients la possibilité d’opter pour un autre opérateur qu’ERDF dans le cadre d’une production d’énergie verte. La société IDSE propose de fournir totalement l’île de Sein en électricité, sur une échéance de dix ans, en produisant de l’énergie renouvelable locale par l’éolien, l’hydrolien et le solaire.

Groix la politique jeunesse sur la sellette au conseil municipal
Répondant à une question de l'opposition, le maire Dominique Yvon a évoqué l'emploi d'un animateur sportif : « Nous sommes confrontés au problème de consommation d'alcool et de drogue chez les jeunes ; nous allons leur proposer davantage d'activités sportives ; il n'y a plus de club de tennis ni de foot. Cet éducateur sportif en formation au Creps de Dinard interviendra au sein des écoles, du centre de loisirs ». La proposition n'est pas contestée. Pour mener à bien de nouveaux projets, le maire propose de vendre le bâtiment qui abritait la MDJ (Maison Le Nézet) et qui ne répondait pas aux normes de sécurité. « On peut envisager de réinvestir le prix de la vente dans la réalisation d'une structure ouverte aux jeunes», dit le maire. L'opposition s'abstient sur ce projet de vente, car « il manque dans ce volet une vraie réflexion sur la politique jeunesse ».

Carburant cher à Belle-Ile pourquoi ?
Le prix du pétrole a baissé sur le continent tandis que celui à Belle-Ile connaît une constante. Exemple : le Super U de Kersablen propose le litre de gazole à 1,45 € et celui de Quiberon à 1,19 €. Quand au Sans-plomb 95, aux mêmes enseignes, il est à 1,60 € à Belle-Ile et 1,35 € à Quiberon.
Les raisons de ces différences.
La CCBI qui avait pris la compétence « carburants » après le désistement de Total, a délégué le stockage du pétrole. Malgré une aide du département (27 €/ m³ transportés), la collectivité explique que le prix est plus élevé à Belle-Ile pour plusieurs raisons : lié à la date d'achat , le transport camion de Donges au tanker, puis de « l'Anatife » à Belle-Ile, avec le fonctionnement du dépôt et la marge du gérant et des trois stations services auxquels s'ajoute la participation aux investissements. 

En mai l'hydrolienne dans le Fromveur
La première hydrolienne D10 est en phase de montage sur le port de commerce de Brest. Son immersion est prévue par la société quimpéroise Sabella en mai prochain,entre Molène et Ouessant. Le projet a été présenté hier matin aux membres du conseil de gestion du parc marin d'Iroise. Ce démonstrateur restera immergé douze mois.

Parcours du combattant pour la bateau de Groix
Deux mois après le vote de la nouvelle délégation de service public pour la Compagnie Océane, concernant les liaisons maritimes, les Cirés jaunes ont organisé, mercredi 25 février, une réunion publique devant le kiosque jaune du bourg. Les conséquences de la suppression du bateau de 16 h 15, au départ de Lorient, ont été abordées. Selon les Cirés jaunes, les personnes âgées et les enfants seraient les plus touchés." Partir le matin par le bateau de 9 h 30 et rentrer par celui qui arrive à Port-Tudy, à 19 h 30, devient un vrai parcours du combattant de plus de onze heures pour les personnes âgées qui vont subir des examens médicaux sur le continent ".Certains enfants pratiquant des activités sur le continent seraient pénalisés par des amplitudes-horaires importantes et de la fatigue, liées à la suppression du bateau de l'après-midi.

La fibre optique a Belle-Ile à la mi-mars
Elle va être déployée via un cable sous-marin, long de 15 km, qui sera installé entre Quiberon et Belle-Ile. La pose du câble se déroulera le 11 ou le 12 mars, selon les conditions météorologiques. Un navire câblier effectuera l'opération. Le chantier d'ERDF terminé, ce câble deviendra la propriété du conseil général du Morbihan

Un city stade en projet à Groix
Dominique Yvon, a rencontré une quinzaine de jeunes, en présence de tous les membres de l'équipe d'animation, afin qu'ils puissent exprimer leurs souhaits en matière de loisirs. Les parents ont été ensuite conviés. Dominique Yvon l'a rappelé : « La jeunesse est notre priorité ». Quelques pistes ont été évoquées comme la construction d'un city-stade. « C'est une sorte de grand parc entièrement clos et grillagé, qui permet de pratiquer plusieurs sports. Il est ouvert sept jours sur sept, 24 heures sur 24 », explique Alice Lelièvre, la coordinatrice enfance jeunesse. Le projet sera étudié et des devis réalisés.

Locmaria Conseil d'Etat recours de la commune
La haute juridiction a examiné hier le recours de la commune de Locmaria contre l’annulation d’un arrêté du maire accordant un permis de construire aux fins d’édifier deux logements sur un terrain au lieu-dit Borduro.

Ile aux Moines un vitrail pour l'église

Des ilois-es se sont rassemblés en association pour la création d’un nouveau vitrail en l’église de l’Ile aux Moines dédiée à Saint-Michel Archange.Ce vitrail, prendra la place du dôme en polycarbonate présent dans le plafond de la nef.Pascal Bouchard maître verrier à La Baule travaille actuellement au « carton » (maquette) de ce vitrail. Il réalisera également le support métallique dans la coupole et le verre d’attente sur lequel reposera le vitrail.Pascal Bouchard a travaillé sur des monuments classés Monuments Historiques comme le château des Rohan Chabot et le château de Pornic. Sa plus grande création est une verrière de 24 m² qui se situe sur l’église Notre Dame d’Espérance à Saint Nazaire.
Pour faire aboutir ce projet, qui permettra de mettre mieux en valeur l’édifice le plus visité de l’Ile aux Moines.http://vitrail-iam.com

Le Musée des Thoniers d'Etel rêve de l'ancienne glacière
L'association Autrefois Etel et le Musée des Thoniers ont démontré la pertinence et la viabilité de leur projet mémoriel autour de la « maritimité ». Le musée est devenu central pour le rayonnement d'Etel et sa région et en constitue un atout touristique. Mais aujourd'hui, le musée est à la croisée des chemins quant à son avenir. Les questions vitales quant aux locaux, au projet muséographique, à la conservation des collections, à l'engagement des partenaires, mais aussi aux limites du bénévolat, ont été à l'ordre du jour de l'assemblée. Le musée des thoniers rêve d’emménager un jour dans l’ancienne glacière du port.

​Le maire, Guy Hercend, a donné son point de vue sur la question des locaux et du nécessaire recentrage vers le port en annonçant son souhait d'installer le musée dans la Glacière, qui serait sauvegardée et classée aux Monuments historiques, plutôt qu'à l'emplacement de la Coop ou des cabines de marée : « Ce n'est pas une information, mais du conditionnel »,a t-il dit immédiatement. La Glacière est un bien privé, en vente, au moins partiellement, elle abrite une entreprise et des emplois. De plus d'autres porteurs de projets sont intéressés par ce lieu pour des activités économiques, et dernier point qui n'est pas le plus mince, il faudra aussi assurer le financement de l'acquisition et de très lourds travaux, pour la réalisation d'un musée !

L'exposition 2015 du Musée des thoniers commémorera la fin de la Deuxième Guerre et la signature, à Étel, de la capitulation allemande de la poche de Lorient.

​Grâce aux images américaines, acquises récemment par le musée,et remasterisées en HD, un film de quinze minutes retraçant l'événement, avec l'interview de plusieurs témoins est en cours de réalisation. Pour l' exposition, le musée multiplie les rencontres pour relater le quotidien durant la guerre, les événements méconnus, la capitulation elle-même. Le petit train du Bego sera aussi évoqué, et le musée sera associé, entre autres, à la commune de Plouhinec, qui organise des commémorations importantes. L'exposition sera inaugurée en mai 2015.

D'autres projets: la recomposition de l'accueil et de l'espace sur la tempête de 1930, une deuxième édition des rencontres des écrivains de la mer, la publication si possible du quatrième ouvrage de l'Histoire de la rivière ( période 1968-1972 ), la participation au salon nautique, au salon du modélisme, à la fête des 25 ans de Tud Sant Kado, au comice agricole d'Erdeven et à la fête de Locmiquélic. Enfin, le musée est sollicité par l'association des aquarellistes de Bretagne qui prévoient la sortie d'un livre sur les épaves de bateaux et veulent organiser une journée à peindre les vieilles « carcasses » d'Étel et sa rivière.

Intégration au conseil d'administration de nombreux volontaires : Catherine Isoard, Pascal Le Corvec, Martine Régnier, Brigitte Le Goff, Alain Guyot, Michel Baril, Jean-Michel Guedas, Jean-Claude Picavet, Philippe Nuget, Daniel Fernandez et Bernard Montfort.

Assemblée Générale des Iles du Ponant

Hier s'est tenue à Bréhat, l'assemblée générale de l'association des Iles du Ponant, qui a vu le renforcement du contrat de partenariat État Région.

Un programme d'actions sur quatre thèmes majeurs mobilisera plus de 10 M€ (6 M€ de la Région et 4 M€ de l'État) :

L'habitat insulaire ; le soutien à l'activité économique, avec des investissements pour l'attractivité touristique, l'appui à la création d'entreprises, la valorisation de la promotion de productions ; la transition écologique et énergétique ; le maintien et le développement des services à la population. Les 15 îles comptent 16.000 habitants permanents, dont 65 % ne paient pas l'impôt sur le revenu. Dans toutes les îles, les surcoûts sont énormes pour les travaux et le foncier.

Un projet de Comptoir des Iles.

​Celui-ci serait un label avec un cahier des charges précis pour des produits faits localement et dont la promotion serait assurée sur chacune des quinze îles.

Une aventure incroyable, et tellement émouvante s'est déroulée à Quéménés.

Soizic était partie se promener avec ses enfants en fin d'après-midi . Tout d'un coup son regard est attiré par quelque chose, qui brille et qui volète dans les ronces. C'est encore un ballon. Il y en a eu une demi-douzaine d'arrivés sur l'île cette semaine ; des pubs pour des voitures, pour des restaurants, et des ballons anonymes. Celui-là est joli, il brille. Elle détache les rubans des ronces, et se rend compte qu'il y a un message accroché aux rubans. Un papier blanc roulé et protégé par du film étirable de cuisine. Ils rejoignent David à la ferme et lui montrent le ballon et son message. Ils décident de la meilleur stratégie pour déplier le message sans l'abîmer. La feuille a pris l'eau et est fragilisée. C'est écrit en Anglais. Il y a un texte dactylographié et en marge des inscription manuscrites. Au dos, il y a une photo d'un petit garçon avec un merveilleux sourire. Deux dates : 30th January 2014 - 28 January 2015, et un tître : Celebrating the life of wee Jacob. Ce petit garçon dont cela aurait dû être le premier anniversaire est mort il y a quelques jours. Au dos de sa photo, ses parents ont écrit :
"Voici notre petit Jacob. Il est mort deux jours avant son premier anniversaire. Comme un dernier acte de tendresse en son honneur, nous voudrions envoyer à qui trouvera ce ballon un cadeau. Notre fils nous a donné tant de bonheur et d'amour, nous voulons juste en partager un peu en retour. De la part des parents les plus fiers qu'il n'y ait jamais eu, Mickael et Carolyn".
Soizic et David leur adressent un SMS, après avoir fait quelques recherches sur Internet pour savoir de quel pays était cet indicatif.
Carolyn et Michael leur ont en retour envoyé des photos de leur magnifique petit bonhomme. Ils avaient lâché le ballon Samedi 31 janvier depuis l'Irlande du Nord pour fêter l'anniversaire de leur petit bonhomme.
Petit Jacob a parcouru près de 700Km avec ses ballons en 4 jours pour arriver à Quéménès le jour de l'anniversaire de sa Maman.

Belle Ile de gros progrès à réaliser aux niveaux déchets

Les déchets organiques représentent 34,2%, soit 866 tonnes par an ou 97 kg par habitan et par an. Si les usagers du service compostaient, cela aurait un impact considérable sur les tonnes enfouies et sur les charges de service. Le papier est trié à 36% à Belle-Ile. Deux papiers sur trois ne sont pas triés et finissent dans les ordures ménagères alors qu'ils pourraient être recyclés. Huit vêtement sur dix sont jetés dans la poubelle et représentent 86 tonnes. Ils pourraient être recyclés ou revendus. Les cartons et boîtes de conserves ou contenants métalliques sont nombreux dans les poubelles alors qu'ils sont totalement recyclables. Trois bouteilles sur dix ne sont pas triées. Les textiles sanitaires, mouchoirs en papier etc. représentent 274, 5 tonnes par an soit 30 kg par habitants. Les couches et mouchoirs lavables réduiraient ces chiffres. Chaque insulaire jette en moyenne 18 kg de nourriture non déballée. Les poubelles contiennent 149 tonnes par an de films et sacs plastiques. Chaque habitant pourrait valoriser 63 kg par an de déchets alimentaires ( épluchures, restes alimentaires). Toutes ces informations vont permettre de cibler les déchets sur lesquels des gros progrès restent à réaliser et décider d'actions.

Les attentes et les points de vue des Ouessantins sur le développement économique

​Les étudiants en master « expertise et gestion de l'environnement littoral » ont présenté, le bilan de leur enquête, réalisée sur l'île à l'automne dernier. En point de mire, les attentes et les points de vue des îliens sur le développement économique d'Ouessant. Trente-sept entretiens ont été organisés et soixante-deux personnes interrogées.

73 % évoquent le cadre de vie agréable que confère Ouessant parmi les points les plus positifs. Parmi les aspects négatifs, 62 % citent le coût de la vie et 49 %, les difficultés pour se loger. Dans les perspectives de développement économique, tout d'abord, les sondés croient à une relance de l'agriculture qui passerait par un remembrement du territoire.

À partir des avis exprimés, les étudiants ont réalisé des scénarios de possibles évolutions pour Ouessant, dans les années 2030-2040. Le premier, le plus pessimiste, suit la tendance démographique actuelle d'une population vieillissante, c'est-à-dire une forte baisse de la population et la fermeture d'un grand nombre d'infrastructures et de services. Le deuxième scénario est basé sur un renouveau économique et social avec une relance du secteur primaire et les emplois directs et indirects générés par celui-ci. Le troisième scénario imaginé se basait sur le développement d'une économie alternative.

Un débat s'est instauré avec le public. Il permettra aux étudiants de peaufiner leur réflexion

Ouessant nouvelle structure pour l'abeille noire

2015 voient la naissance d'une nouvelle structure insulaire, l'Institut ouessantin de recherche sur l'abeille noire bretonne, qui se donne cinq ans pour réaliser ses objectifs. Ses fondateurs souhaitent apporter quelque chose à l'île, en faisant progresser la connaissance du public sur l'abeille, via la publication de travaux scientifiques et de la carte génétique, tout en faisant participer collégiens et lycéens. Le milieu universitaire participera également aux travaux concernant l'apithérapie dont l'efficacité est avérée, en vue d'une possible application en pharmacie. Une maison de l'abeille pourra aussi voir le jour. C'est Léo Hellequin, de Kéréré, petit-fils du fondateur du conservatoire, qui a été élu président, à l'unanimité. Gwendal Kéruzec, de Plouénan, attaché à la conservation des races anciennes bretonnes et Romain Le Menn, écologiste finistérien, l'ont rejoint au bureau. Le nouvel organisme souhaite la protection de l'abeille. Dans ce but, il entend travailler en réseau et avoir pour partenaires les structures existantes : Parc d'Armorique, parc marin, Association naturaliste d'Ouessant, etc.

Iles de Bretagne consommer local

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local

Les îles en perte démographique
Parmi les communes qui ont perdu le plus de population entre 2007 et 2012, les îles bretonnes figurent en nombre

Ile-de-Batz 607 habitants en 2007, 506 en 2012 soit 16,6 % en évolution brute. Ile-d'Arz 293 habitants en 2007, 249 en 2012 soit 15,0 % en évolution brute. Ile-Molène 217 habitants en 2007, 186 en 2012, soit 14,3% en évolution brute. Ile-de-Sein 226 habitants en 2007, 203 en 2012 soit 10,2% en évolution brute. Ile-de-Bréhat 439 habitants en 2007, 404 en 2012 soit 8,0% en évolution brute.

La Compagnie Océane et l'éco conduite

​Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.