Actualités des iles du Ponant

Des Algues alimentaires 100% Sénanes
Sur l'île de Sein, la société Meristème va cultiver des algues à terre, au sein d'une ferme située dans une ancienne écloserie à homards.Une culture raisonnée avec l'objectif d'impact zéro sur le milieu. Une opération pilote sera lancée ces prochains mois et dessine l'aquaculture de demain. Les élus locaux ont joué les facilitateurs, ravis de voir l'île accueillir une activité supplémentaire. Pour concrétiser leur projet, Marie-Dominique et Patrick Plan se sont appuyés sur les compétences des spécialistes mondiaux : les Japonais. Leur pays consomme deux millions de tonnes d'algues par an, contre 1.500 tonnes en France. Yoichi Sato et M. Ito, deux docteurs en biologie marine oeuvrant pour un grand groupe, se sont rendus, sur l'île de Sein, pour réaliser un audit afin de déterminer si l'emplacement et l'eau conviennent, quelles espèces se plaisent ici et donc lesquelles choisir. L'île se plaît à imaginer ces algues alimentaires 100 % sénanes.

Festival Belle-ile on air les 7 et 8 août
La huitième édition du festival Belle-Ile on Air se tiendra dans le Bois-du-Génie, les 7 et 8 août.En bonus Belle Ile On Air fera son festival OFF le mercredi 05 août sur la place du Marché à Le Palais, en accès libre et gratuit!Comme par le passé, la protection de l’environnement sera inhérente au projet : réduction des déchets, recyclage des rejets des toilettes sèches, nettoyage de la zone après le festival, réutilisation des jetons, en liaison avec le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement. Cette année, deux opérations innovantes vont être menées, dans le cadre d’un financement participatif : l’affrètement d’un bateau, aller retour au départ de Vannes, ainsi qu’un cobaturage.Programme du festival 2015sur le site de l’associationbelleileonair.org

Ouessant des pianos venus de la mer pour l'Académie 2015

La ​Session 2015 aura lieu du 4au7août.Quatre cours individuels d’une heure trente, non publics, adaptés au rythme de progression de chacun.Une académie destinée aux adultes, amateurs de haut niveau et professionnels.Des pianos acheminés spécialement par bateau.

​Pour Lydia Jaron son propos est d'offrir à tous les vrais amateurs de piano, qu'ils soient professionnels ou non, les meilleures conditions de travail pour un stage intensif d'une semaine.

La beauté sauvage de l'Ile d'Ouessant en fait l'endroit rêvé pour inciter tout musicien à améliorer la pratique de son art.

A quoi doit servir ce stage ?

La Musique est un art souverain qui ne souffre aucune approximation.

Or, la plupart du temps, ces approximations résultent de problèmes techniques et mécaniques qui empêchent généralement une construction musicale logique et aboutie.

Bien au-delà de ces problèmes, il y a surtout l'écoute intérieure, la découverte même de cette écoute intérieure ne pouvant aller de pair qu'avec la connaissance de soi.

Ce travail intensif de maîtrise et d'écoute réciproque peut provoquer une prise de conscience très forte.

Mais, c'est avec patience et détermination que je décide avec l'élève de construire la nouvelle qualité de travail qu'il lui restera à développer sans complaisance après une semaine de stage.

Musiciennes à Ouessant Hommage à Lou Koster
La 15e éditiondédiée à Lou Koster (1899-1973), aura lieu du 2 au 6 août 2015,sous le haut patronage du Ministère de la Culture du Luxembourg

Lou Koster, 1889-1973

C’est son grand-père, Franz Ferdinand Bernhard Hoebich, né en Silésie et maître de chapelle de la cour grand-ducale luxembourgeoise et chef de la musique militaire du pays, qui lui enseigne la musique. A l’âge de 17 ans, elle s’inscrit au Conservatoire de Musique nouvellement créé et s’y perfectionne en violon, piano, solfège et en harmonie.

Dans la famille Koster, l'éducation musicale des filles n'a pas pour but le seul divertissement. Les trois jeunes sœurs, Lou, Lina et Laure, apprennent tôt à gagner leur vie grâce à la musique. Ainsi, elles jouent la musique d'accompagnement des films muets au cinéma et se produisent dans des cafés-concert de la capitale. Très jeune, Lou Koster devient 'élève-monitrice' en piano et en violon au Conservatoire et puis professeure. Elle y enseigne jusqu'en 1954.

Concernant la composition et l’orchestration, elle doit se former elle-même, en autodidacte. Suivant une tradition familiale, la jeune femme compose aussi bien dans les domaines de la « musique sérieuse » et de la « musique légère ». A la composition de ses quelque 170 mélodies en langue française, allemande et luxembourgeoise et de sa musique chorale s’ajoute donc toute une série de pièces légères pour piano. En 1922 a lieu avec grand succès la création de son opérette en un acte An der Schwemm (Dans la piscine). Dans les années 1920, Lou Koster commence aussi à composer une vingtaine de pièces légères pour orchestre (des valses, marches, fantaisies, ouvertures, suites etc.) qu’elle crée d’abord avec son propre ensemble. Dès 1933, l’orchestre de la grande station européenne Radio-Luxembourg commence à s’intéresser à la compositrice et joue à maintes reprises ses œuvres à la radio.

Les années de guerre sous l’occupation allemande sont difficiles pour nombre de compositeurs luxembourgeois. Comme témoignent des documents d’époque, les occupants reprochent à Koster une soi-disante « francophilie ». Il n’est donc pas surprenant que, durant les années de guerre, ces œuvres ne figurent plus sur aucun des programmes de concerts d’une vie musicale gérée par les nazis. Après la guerre, comme beaucoup d’autres compositeurs, elle doit donc reconstruire sa renommée.

Durant les trois dernières décennies de sa vie, elle se détourne définitivement de la musique légère et se concentre sur sa musique vocale. Elle fonde l'ensemble de chant Onst Lidd (Notre Chanson), qu’elle accompagne au début elle-même au piano. En feuilletant les nombreux programmes et critiques de concert de cet ensemble très actif, on peut constater que la plupart des compositions interprétées sont de la plume de Lou Koster.

C'est à quatre-vingt-trois ans qu’elle connaît son plus grand succès public. Le 9 juillet 1972, son œuvre la plus longue, la ballade 'Le violoneux d'Echternach' - d'après un texte de Nikolaus Welter – pour solistes, chœur et orchestre est jouée par l'orchestre de RTL sous la direction de Pierre Cao dans la basilique d'Echternach. Lou Koster décède le 17 novembre 1973 à l'âge de quatre-vingt-quatre ans, à Luxembourg-Ville. 

Festival Lyrique en Mer à Belle-Ile
Le festival Lyrique en mer de Belle-Ile-en-Mer aura lieu du 31 juillet au 14 août. Au programme : deux opéras, « La servante maîtresse » de Pergolèse et « Acis et Galatée » de Haendel, les 5, 9 et 14 août à 20 h 30, à la salle Arletty au Palais ; de la musique sacrée avec « La passion selon saint Jean » de Bach, en l'église de Bangor le 31 juillet, du Palais le 4 août et de Locmaria le 8 août, à 20 h 30 ; un concert Ad libitum à la salle Arletty à 20 h 30 le 12 août ; les récitals jeunes talents au Café bleu à Sauzon les 2 et 7 août à 19 h.
Un événement exceptionnel, la venue de Nemanja Radulovic, violoniste de très grand talent qui se produit en soliste sur les scènes internationales. Il sera acteur,lors des concerts d'orchestre (Purcel, Bach et Vivaldi) qui seront donnés les 10 et 11 août, à 20 h 30, à la citadelle Vauban, sous la direction de Philip Walsh.

La nuit des Sanguinaires un polar qui se déroule à Belle-Ile
L'excellence des romans d'Alain Emery tient, en tout premier, dans sa faculté d'installer des ambiances pleines de véracité. On se sent véritablement à Belle-Île-en-Mer en 1953. On suit son héros au Palais, à Sauzon, et sur les falaises escarpées. Le capitaine Fabre ne passe d'ailleurs pas inaperçu. On aperçoit l'ombre du Guédel, le navire faisant la liaison avec Quiberon, et on imagine sans mal la Maison du Consul, le manoir où habite le principal suspect. Un décor historique et insulaire impeccable.

Bien sûr, les personnages sont très clairement dessinés. Outre l'agréable fluidité du récit, il faut souligner la construction de l'histoire. En plus de la narration des faits, l'auteur nous présente les témoignages de plusieurs protagonistes, et des extraits du "carnet de bord" du capitaine Fabre. Si la fameuse "nuit des sanguinaires" est au centre de l'intrigue, c'est tout le contexte que l'enquêteur se doit d'éclairer. Le talent d'Alain Emery est incontestable, son nouveau suspense en apporte une fois de plus la preuve.

Retrouvez les oiseaux d'Ouessant
L'association naturaliste d'Ouessant a livré le résultat d'un travail de plusieurs années, effectué sur le terrain en bordure du littoral, près des landes et des prairies, dans les vallons humides, ou dans les jardins. Ce guide recense une cinquantaine d'oiseaux visibles sur l'île, résidents ou migrateurs.L'ouvrage est en vente à la librairie de l'île

Les Nouveaux Paysans de Gaspard d'Allens et Lucile Leclair
Gaspard D’Allens et Lucile Leclair se sont rencontrés sur les bancs de Science-po à Paris. Loin de la nature, mais pas trop : lui a passé deux ans au ministère du logement sous la direction de l’écologiste Cécile Duflot ; elle a travaillé pour la Fédération nationale d’agriculture biologique. Leurs études terminées, les deux jeunes s’interrogent : « On se disait : ok, on a les diplômes, mais qu’est-ce qu’on sait faire au juste ? » Ils ne sont pas les seuls à rêver d’un savoir-faire, un vrai. Autour d’eux, un ami devient plombier, un autre apprend à faire des charpentes chez les Compagnons, un troisième s’est lancé dans la menuiserie.
À trop fréquenter les ministères, Gaspard craint de vieillir prématurément : il veut s’ouvrir au monde. Lucile hésite à tenter l’aventure agricole. Ensemble, ils ont une idée : sillonner la France à la rencontre des « nouveaux paysans », ceux qui, de plus en plus nombreux, ont choisi la terre sans l’avoir dans le sang. Bouche à oreille, chambres d’agriculture, syndicats agricoles, les jeunes enquêteurs frappent à toutes les portes pour dénicher ces agriculteurs d’un nouveau genre.
Pendant un an, ils se baladent d’une ferme à l’autre en stop. A chaque étape, le duo s’invite à la table de ses hôtes et met la main à la pâte : « Les agriculteurs ont toujours besoin d’un coup de main et l’immersion était le meilleur moyen de comprendre leur quotidien », raconte Lucile. Les amis veulent donner une nouvelle image des paysans français. Loin du misérabilisme « à la Depardon », les « néo-paysans » qu’ils présentent dans leur récit racontent une France en mutation. Ils sont jeunes, dynamiques, ils ont des rêves et des convictions… « Ils sont l’incarnation de l’écologie politique », complète Gaspard les yeux brillants. En commençant leur travail, le duo pensait le sujet anecdotique. Un an plus tard, il s’apprête à publier un livre. Ils ont consacré un bel article à Quemenes.http://www.revue21.fr/tous_les_numeros#n-31_les-nouveaux-paysans

Raid Kereon-La Jument les 7 et 8 août
Alain Grégis et Jacques Tuset, nageurs de l'extrême vont évoluer dans le sud de l'île d'Ouessant en traversant le Passage du Fromveur dont la dangerosité causée par de forts courants est notoire. Dans ce véritable défi sportif, ils souhaitent exprimer leur volonté de soutenir l'action des Phares du Ponant et alerter sur la situation d'un Patrimoine en détresse. Ils souhaitent par delà leur exploit lever des fonds pour servir une initiative : Financer un projet de découverte de ce Patrimoine pour des collégiens au printemps 2016.

Route de l'Amitié une première pour Belle-Ile
Cette année, la Route de l'amitié se terminera à Palais, les 2 et 3 août, après les étapes à Loctudy, Concarneau, Groix, Le Bono et La Trinité-sur-Mer.On attend 165 navires, parmi lesquels des bateaux d'exception, ainsi que 6 yoles de 10 personnes. Soit près de 1 200 marins.Le canot de sauvetage devrait aller à la rencontre de l'armada, à proximité de la pointe des Poulains.
Deux dîners seront servis quai Fouquet, à 19 h 30, les samedi 1er et dimanche 2 août.Un feu d'artifice sera tiré à 22 h 45, le dimanche, après le fest-noz. Les soirées seront animées par les groupes Captern et Galzew. Un concert de chants de marins accompagnera la première soirée palantine. Dimanche, à 16 h, aura lieu une démonstration de bateaux en carton, présentée par Nicole et Alain Lenoble.
La ville sera piétonne les deux jours, de 17 h à 1 h du matin.

Réintroduire la race "Belle-Ile" le projet de Jean Marc Guégan
Jean-Marc Guégan, un agriculteur insulaire de 42 ans souhaite réintroduire une race de mouton oubliée sur l'île : « Le Belle-Ile » présente de nombreux atouts. Elle est résistante, docile et produit une viande de grande qualité.Le Belle Ile est une race très prolifique, pour laquelle les brebis donnent très souvent au moins deux agneaux à chaque mise bas.Elle a été petit à petit abandonnée des élevages bellilois car le fait de compléter l'allaitement des mères par des biberons était trop contraignant.Cette race présente de nombreux atouts : elle est résistante, docile, produit une viande de très bonne qualité. Elle est adaptéeà des systèmes herbagers sur des terres pauvres, et à des fourrages grossiers. Sa laine est valorisable.Son projetrelancer une race à très faible effectif et d'éviter qu'elle disparaisse, de Belle-Ile, et de Bretagne.Pour ce faire, l'agriculteur utilise le financement participatif sur internet où une collecte est proposée.https //:www.miimosa.com/reintroduisons-la-race-de-moutons-de-belle-ile-a-belle-ile

Le site proche de Groix choisi pour l'implantation d'une ferme éolienne
Le ministère de l'énergie et de l'écologie vient de dévoiler les quatre zones retenues pour l'implantation de fermes d'éoliennes flottantes en France. Groix en fait partie avec les étangs de Leucate, Gruissan en Languedoc-Roussillon, le phare de Faraman en Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Un appel d'offres va maintenant être lancé pour choisir l'opérateur. Pour Groix, le groupe DCNS est déjà sur les rangs. Son projet prévoit l'installation de huit machines.
Pierrick Massiot, président du conseil régional s'est réjoui que Groix ait été retenu.

La toponymie de l'Ile de Groix traitée par Jean-Yves Plourin et Pierre Hollocou
Jean-Yves Plourin et Pierre Hollocou étudient la toponymie bretonne et le patrimoine linguistique. Ils viennent de publier leur dernier ouvrage, entre Finistère et Morbihan.

Jean-Yves Plourin est agrégé d'anglais, docteur d'État ès lettres d'études celtiques. C'est un ancien professeur de linguistique, de littérature bretonne et de gallois, à l'université de Brest. Il habite Langonnet. Pierre Hollocou est un ancien professeur d'histoire et géographie, du lycée Saint-Louis de Lorient. Depuis 20 ans, il seconsacre à la recherche historique locale dans un secteur qui s'étend des Montagnes noires à l'île de Groix, du Scorff à l'Aven, avecune prédilection pour la période des XVe et XVIe siècles.Jean-Yves Plourin lui, explique et met l'accent sur l'importance de l'évolution linguistique.

De quoi traite ce livre ?

Cette fois, nous nous intéressons à quatorze communes, des sources de l'Ellé à l'île de Groix et nous expliquons la toponymie, les noms de lieux. Nous avons réalisé notre travail en fonction des paroisses qui existaient sur ce territoire.Pour ce dernier livre, nous couvrons le secteur de Quimperlé à Groix : Plouray, Priziac, Meslan, Guilligomarc'h, Arzano, Rédéné, Guidel, Lorient, Ploemeur, Larmor-Plage, Quéven, Pont-Scorff, Gestel et Groix.

La méthode de travail de Pierre Hollocou

D'abord, je ne parle pas de ce que je ne connais pas ! Je fais des recherches. Ainsi, j'ai été le premier à déplier des centaines de documents aux archives nationales.En une journée, j'ai dû faire près de 600 photos de document. Je les ai traitées ensuite pour les lire. Je suis allé trois fois aux archives nationales, souvent aussi aux archives de Nantes... J'ai trouvé des informations dans les actes de rachat des seigneurs, des actes des notaires,des centaines de documents.
​Paru aux Editions Emgleo Breizh.

Exposition "Construire et habiter sur une île : le patrimoine bâti d'Ouessant, Molène et Sein"
Le bâti reflète le territoire : matériaux, climat et contraintes de l’insularité ont façonné les constructions de l’île. Cette exposition en plein air vous fera découvrir les particularités de l’architecture insulaire. L’audioguide « au creux de l’oreille » prolonge la découverte par un circuit à travers l’île. Ecomusée du Niou à Ouessant.

Hoedic les pêcheurs de l'ile à l'honneur.
Les pêcheurs de Houat et Hoedic sont à l'honneur sous l'objectif du photojournaliste Chris Miller.Avec sa culture de pêcheur américain du grand nord il propose un nouveau regard sur le territoire, tandis que les îliens ont su s'approprier et mettre en scène son travail dans le bourg, offrant une vision différente aux Hoêdicais et visiteurs du lieu

Assemblée Générale de Vivre à Groix
L’ assemblée générale de Vivre à Groix aura lieu le vendredi 21 Août à 18 heures à la salle des fêtes, suivi d’un apéritif et d’un buffet

Iles de Bretagne consommer local

Les temps changent. Hormis quelques partenariats avec de grandes enseignes, peu nombreux sont aujourd'hui les produits des îles bretonnes à être distribués en grande surface. Il faut les chercher, les dégoter chez les petits producteurs. Mais direz-vous il y a une réelle différence de goût et de qualité? A quelques kilomètres des côtes, l'insularité ne change pas radicalement la donne, mais il reste la singularité d'un terroir plus préservé. La Bretagne et ses îles bénéficient d'un sol et de conditions propices à la culture maraîchère. Depuis quelques années, nombreux sont les consommateurs à vouloir manger bio. Aussi le Coin des producteurs à Belle-Ile propose ses produits frais comme les légumes bio, le fromage de chèvres, les poulets fermiers, la viande de mouton ou d’agneau. L'agneau né et élevé à Belle-Île porte le label « agneau du large » Il grandit en liberté dans le pâturages pendant 60 jours au minimum. Sa viande est d'une qualité remarquable et son goût délicatement salé. Un système de panier de légumes bio a été mis en place, de même sur l’ile de Groix chez Isabelle et Yves Guelou.

Consommer local

Il y a la pomme de terre bio de l'île de Batz, qui «cuisinée simplement au beurre, serait la meilleure de France» selon Patrick Geffroy! De même pour celle de Quéménès cultivée, sans produit phytosanitaire ni engrais chimique, par Soizic et David. Le navet jaune de Belle-Ile-en-Mer très savoureux qui accompagne parfaitement le navarin d'agneau du large. Autre exclusivité îlienne le miel de l’abeille noire d'Ouessant. La butineuse est préservée de toute pollution et des parasites, ce miel pur et biologique, a les faveurs d’ Olivier Roellinger. Sur l'île de Sein, Yann Le Berre, cultive la belle Sénane charnue et iodée, à l'île aux Moines, ce sont les belles creuses de Pierre et Yvonnick Martin.

Tous veulent promouvoir leur qualité de vie et l’avenir de leurs productions, en récréant un lien direct avec le consommateur. Le vrai soutien c’est de consommer local

Belle-Ile Tourisme Durable
Belle-Ile s'est engagée dans une démarche qualité : la communauté de communes comme les mairies ont choisi de valoriser le patrimoine et protéger l'environnement. Des informations sont données dès Quiberon quand les visiteurs embarquent à bord des rouliers.Sur l'île, la Communauté de communes de Belle-Île (CCBI) et l'office de tourisme conseillent : consommer local dans le respect des saisons, économiser l'eau qui arrive du ciel, privilégier les déplacements doux comme la marche à pied ou le vélo, recourir aux transports en commun ou au covoiturage, maîtriser l'énergie, respecter les consignes de tri et l'accès aux sites naturels, etc.Préférer les produits réutilisables aux produits jetables qui finiraient au centre d'enfouissement, éviter le suremballage, se munir d'un cendrier de plage, prévoir un petit sac-poubelle lors des promenades, boire l'eau du robinet.

Mer d'Iroise iles secrètes
L'exposition « Mer d'Iroise, îles secrètes » rouvre ses portes au public jusqu'au 13 septembre. Avant d'embarquer vers les îles, le Parc naturel marin d'Iroise invite ainsi les passagers, qu'ils soient insulaires ou touristes, à s'immerger dans les fonds marins de Molène et Ouessant. Installée dans la salle située à l'étage de la gare maritime du Conquet, un espace de 28 m², aux allures de sous-marin, l'exposition présente, à partir de photographies, de vidéos, d'une bande-son et de jeux interactifs, les richesses immergées de l'archipel de Molène et de l'île d'Ouessant. Champ de laminaires, mammifères marins, coraux, langouste, maërl et autres curiosités se dévoilent aux visiteurs. Lors de leur traversée vers Molène ou Ouessant, les passagers ne pourront contempler la mer d'Iroise qu'en surface. Grâce à cette exposition, c'est la face cachée de l'Iroise, celle des fonds marins qui se révèle. Visible tous les jours aux heures d'ouverture de la gare, jusqu'au 13 septembre. Entrée libre

Gwénaelle Abolivier en résidence au Créac'h d'octobre à décembre 2015
Gwenaëlle Abolivier a un parcours de journaliste et de productrice sur France Inter.
Formée à l’école de Claude Villers, elle présente pendant près de vingt ans des émissions de reportages où elle raconte ses grands voyages à travers le monde : « Un ticket pour le transsibérien », « Le courrier des Marquises », ainsi que ses grands reportages et enquêtes pour « Interception », le magazine de la rédaction.

Elle a également écrit des pièces radiophoniques: La nuit en ce jardin puis s’est consacrée à la littérature de voyage avec: Heureux qui comme Ulysse, aux relations épistolaires: Correspondances, ainsi qu’aux grandes voix du XXème siècle: Partir Avec et À portée de voix.

Plus récemment, elle se consacre à un travail d’auteure, comme l’écriture de la biographie d’Alexandra David Neel, à destination du jeune public ainsi que de nombreuses anthologies de lettres : maritimes, d’amour, d’amitié et de jeunesse. Elle dirige une collection « épistolaire » chez Ados d’âne

Sébastien Monod en résidence au Créac'h reçu à la mairie
La résidence de Sébastien MONOD est la 8ème résidence d'écrivain organisée par l'association Culture, Arts et Lettres des îles.Elle se déroule au sémaphore du Créac'h, à Ouessant, propriété du Conseil Général du Finistère mis à disposition par convention à l'association. Pour cette activité l'association bénéficie aussi du soutien de la Mairie d'Ouessant, de la Drac Bretagne et du Conseil régional de Bretagne dans le cadre de sa nouvelle politique de soutien au livre.Durant son séjour, des rencontres avec les différents publics seront organisées. 

Sébastien Monod, journaliste, chargé de communication pour des théâtres ou des festivals, est aussi auteur de romans. Globe-trotter et cinéphile, ses œuvres promènent le lecteur dans des contrées reculées : le Sahara dans Donnez-leur le repos éternel (Éditions Publibook) ou l'Égypte dans Louxor Paradise (Éditions Jacques Flament). Mais ce sont aussi les coulisses qui l'intéressent, celles des tournages comme dans Avant que la vie ne nous sépare (Éditions T.G.), hommage au cinéma des années 40, et plus simplement celles des vies ordinaires comme le prouvent les aventures rocambolesques des personnages issus de sa mini série Sitcom que certains n'hésitent pas à comparer aux Chroniques de San Francisco du grand Armistead Maupin !
Sébastien s’intéresse beaucoup à l’art d’une manière générale, photographie, dessin, mais aussi théâtre et musique.

Sébastien Monod a publié neuf romans, des nouvelles et un peu de poésie. Organisateur de lectures dans des lieux inédits (à bord d’un vieux gréement, par exemple) où marqués par la présence des peintres impressionnistes (les « Randonnées littéraires »), Sébastien vient de participer à deux projets visant à soutenir Le Refuge, une association qui vient en aide aux jeunes exclus de leur foyer, et travaille sur un ouvrage regroupant quelques-unes de ses photos dont la publication est prévue en cette fin d’hiver 2015. 
La mère et les jours (Éditions T.G.), son dernier roman paru en édition limitée va faire l’objet d’un nouveau tirage. Un nouveau roman devrait être publié cette année ainsi qu’un recueil contenant une dizaine de poèmes.

Le phare des Equinoxes trouve son apogée à l'Ile de Wrac'h
Le groupe du Phare des équinoxes est un collectif d'artistes composé de quatre personnes : Yves Dussin, artiste-peintre installé à Audierne à l'« Ancre de Chine », Xavier Desmier, un photographe de Paris spécialiste du monde sous-marin, Patrick Serc, peintre et illustrateur dont le « Jardin de l'Ancre » est en Normandie dans la Manche, et Françoise Sylvestre, écrivain-voyageuse de la mer et des îles, basée au Pouldu. C'est à Ouessant, au festival du livre insulaire, où leur coffret « le Phare des solstices », réalisé au phare de Bressay dans les Shetland, avait été primé, qu'ils ont rencontré les responsables de l'association Ippa, qui gèrent le phare de l'île Wrac'h. Quoi de plus naturel que d'imaginer de réaliser un « Phare des équinoxes » à Plouguerneau.
Après deux résidences de 15 jours en 2014 au printemps et à l'automne, chacun d'entre eux a réalisé un carnet : « Éclats » pour Yves Dussin ; « Les carnets de Serpentine », pour Patrick Serc ; « Équinoxes. Au fil des songes entre deux mondes », pour Xavier Desmier ; et « Rouge », pour Françoise Sylvestre. 

De quoi s’agit-il ?
Quatre petits bouquins, insérés dans une pochette suivant obstinément le fil rouge, l'Aber Wrac'h. Une quête parfaitement inclassable, bourré de trouvailles où le renvoi des textes, des lumières, des graphismes et des couleurs se répondent en un jeu de miroirs se répétant à l’infini.
Et tout ça vous barbouille d’embruns et de saveur d’algues marines. C’est à travers ce chemin (compliqué) que nous entraîne irrésistiblement les quatre artistes. Ils nous offrent, à pleines bouffées l’air du large, jusqu’à nous enivrer. Livrant au passage une démarche tantôt secrète, tantôt délirante. Phare des équinoxes, phare des équivoques…lamevagabonde@orange.fr et yves.dussin@free.fr
Le « phare des équinoxes » trouveson apogéeà partir de demain et jusqu'à fin juillet, avec une expo qui regroupera des oeuvres des quatre artistes. Vernissage à partir de 19 h jusqu'à 23 h. Heure de la marée oblige.

Balade inoubliable sur Groix avec la Compagnie Océane
Au départ de Port Tudy, deux navires, le Saint-Tudy et l'Ile-de-Groix, assurent toute l'année la liaison île de Groix-Lorient. Les deux navires sont accessibles pour les personnes en fauteuil roulant. Le Saint-Tudy peut accueillir jusqu'à 440 passagers + 20 véhicules de tourisme et relie Lorient en 50 minutes. Le navire Ile-de-Groix a une capacité d'accueil de 450 passagers + 32 véhicules de tourisme et assure la liaison vers Lorient en 45 minutes. Les délais de présentation sont de 20 minutes avant le départ pour les passagers et de 45 minutes pour les véhicules. La garantie d'une balade inoubliable dans des sites enchanteurs.L’Île de Groix, c’est 8kilomètres de long et 3 kilomètres de large de trésors d’une extrême rareté. Le littoral rocheux baigné d'eaux limpides est ponctué de belles plages et de criques sauvages dont le sable fin se pare de nuances allant du blanc brillant du mica au rouge foncé du grenat. La pointe des Chats et la plage des Sables Rouges sont autant d’exemples de ces richesses minéralogiques. Mais la plage des Grands Sables reste la plus grande énigme de l’île. En plus d’être une magnifique plage de sable fin et d’eau turquoise, cette plage convexe, unique en Europe, est agrémenté d’un banc de sable vagabond. En effet, au gré des marées, elle se déplace, parfois d’une dizaine de mètre au cours d’une année, vous pourrez ainsi revenir et découvrir une nouvelle plage.Au sud de l’île, la côte sauvage offre de merveilleux points de vue : non loin du charmant port naturel de Saint-Nicolas, on frissonnera devant «le trou de l’enfer», une impressionnante échancrure taillée dans la falaise. À ce patrimoine rare s’ajoutent une flore et une faune maritimes aussi riches qu’originales.En sillonnant l’intérieur de l’île, vous découvrirez des villages pittoresques, aux maisons de pêcheurs entièrement construites en pierre et aux façades colorées, et des vallons verdoyants où se nichent fontaines, lavoirs et sites mégalithiques.

Départs quotidiens toute l'année, véhicules et passagers. Accès possible aux personnes à mobilité réduite. Horaires, tarifs et réservation sur le site Internet et au 0 820 056 156 (0,12 €/mn).

Ouessant l'hydrolienne devrait être raccordée à la fin juillet
Le raccordement au câble sous-marin, n'a pu être effectué à cause des mouvements du navire-atelier dans le courant.L'opération est programmée durant les marées de mortes eaux des 24 et 25 juillet prochains. La société est en discussion avec un navire capable de maintenir précisément sa position dans le courant fort du Fromveur. L'hydrolienne se retrouve donc immergée, pales freinées (déblocables à distance), reliée à une bretelle de 200 m de câble. À une trentaine de mètres, l'autre extrémité de 2 km de câble relié au continent attend la jonction qui permettra la mise en production. La société quimpéroise Sabella attend également l'arrivée d'une pièce complétant le conteneur HTA (haute tension) à terre qui abrite le transformateur et permettra d'alimenter le réseau. La pièce manquante est espérée pour la fin du mois de juillet. Si cette pièce arrive après le raccordement final, l'hydrolienne commencera tout de même à produire sur des résistances (à blanc), une fois la jonction des deux câbles réalisée.​

Un smart grid pour Houat et Hoëdic
Les deux petites îles de Houat et Hoedic situées au large des côtes morbihannaises sont alimentées en électricité par un câble sous-marin. Une coupure, une avarie, peuvent nécessiter plusieurs jours d'interventions techniques, période pendant laquelle les habitants risquent de se retrouver dans le noir. Pour éviter ce black-out, ERDF a créé un mini-« smart grid » sur les deux petites îles composées de 600 foyers, soit près de 1.000 habitants. La solution choisie repose notamment sur des compteurs intelligents Linky et un groupe électrogène fixe construit sur mesure sur l'île de Hoedic. Ses manoeuvres d'activation sont télécommandées à partir de la direction régionale d'ERDF, à Rennes, informée par des indicateurs de défauts dès qu'ils se présentent.
En cas d'incident sur le câble sous-marin, la production du groupe électrogène est immédiatement démarrée à distance - en moins de cinq minutes - et l'énergie disponible est alors répartie entre les clients grâce aux compteurs installés dans tous les foyers des deux îles. Si la production du groupe électrogène est insuffisante pour approvisionner normalement les foyers, il est possible de répartir équitablement l'énergie disponible entre les habitations, qui peuvent ainsi bénéficier d'un minimum d'électricité pour se chauffer et s'éclairer. ERDF peut aussi utiliser en complément l'énergie produite par les panneaux photovoltaïques installés sur les habitations et autres bâtiments des deux îles bretonnes. « Ce mini-"smart grid" a nécessité 1 million d'euros d'investissement pris en charge par ERDF », indique Bernard Laurans, son directeur régional. Pour vérifier que le système fonctionne, des essais sont effectués régulièrement. Chaque mois, les équipes techniques activent à distance le démarrage du groupe électrogène.

Groix la DSP et les griefs des insulaires !!!
François Goulard a annoncé qu'un bilan des six premiers mois d'application de la DSP serait effectué par le Conseil départemental.Le Collectif citoyen et les Cirés jaunes de Groix ont présenté ensemble leursgriefs, ceux-ci en grande partie sont contredit par les grilles de tarif, par l'usage qui est fait du navire de réserve et par les augmentations de tarifs appliquées aux marchandises, avec le souci d'équité qui a été demandé d'appliquer entre BELLE-ILE et GROIX.

Horaires et tarifs en cause Tarifs passagers prohibitifs qui distendent les liens familiaux, la grille des tarifs des passagers contredit la désinformation faite par certains insulaires.

Insulaires AR coût 6€, c'était 5,75€ en 2014
Non insulaires période normale 285 jours par an 33,65€ en 2014, 30€ en 2015, soit 3€65 de moins.Période de haute fréquentation 80 jours par an c'était 33€ 75 en 2014, c'est passé à 35€ en 2015, soit 1€ 35.
​Il existe aussi les cartes d'abonnement valable 1 an
, en 2014 l'abonnement était de 91€65, il est passé à 50€ pour un adulte, soit 41€65 en moins.Pour les enfants la carte d'abonnement est passé de 45€80 en 2014 à 25€ en 2015, soit 20€80 en moins. Ont été créé des abonnements pour 2 allers et retours en 2014 il était de 67€30 en 2015, il est de 55€ soit 12€30 en moins ou 5 allers et retours en 2014 il était de 104€70 aujourd'hui en 2015 de 75€, soit 29€70 en moins.
De plus il a été créé une carte famille abonnement de 110€ pour un couple et 2 enfants.

L'ACADIE navire de réserve
Le seul Saint-Tudy étant prioritairement affecté sur la ligne pendant la majeure partie de l'année, toute avarie conduit à mettre en service l'Acadie navire de réserve vérifié tous les ans par les services compétents.Il est sûr que l'Acadie n'a pas le même confort que le Saint-Tudy ou l'Ile de Groix, il est là pour la continuité du service. Si les insulaires ne veulent plus de ce navire, le maintien de la continuité du service pourraît en être affecté.

Les augmentations de tarifs appliquées aux marchandises sont définies clairement pour lesproduits de première nécessité, une liste précise existe qu'il est possible d'obtenir auprès de la Compagnie Océane.Il ne faut pas oublier les augmentations de TVA qui sont passées de 5,5% à 7% et de7% à 10% et que la Compagnie Océane a dû répercuter sur les tarifs. Ainsi que le souci d'équité entre BELLE-ILE et GROIX, pendant longtemps les transporteurs de GROIXont bénéficié d'un tarif plus avantageux que les transporteurs de BELLE ILE pour un service identique.

L'ile d'Arz bien vivante toute l'année
« L'île d'Arz doit-elle n'être qu'un petit paradis pour "touristes et oiseaux", selon les termes de la déclaration de l'association des Amis des chemins de ronde », s'interroge l'équipe municipale qui « trouve ces propos désobligeants envers les habitants de l'île qui font vivre ce petit paradis toute l'année, malgré les mois d'hiver, où les touristes et les oiseaux se font rares ». Cette déclaration,fait suite à la polémique à propos de l'installation de tunnels à usage agricole en bord de littoral par un couple de maraîchers. Projet contesté par des habitants et l'association Les Amis des chemins de ronde au nom de la loi Littoral, mais soutenu par une large partie de l'île au travers d'une pétition.
L'Ile d'Arz est historiquement une île agricole.Les élus ne s'étaient, jusqu'à présent, pas exprimés. « Nous sommes tous d'accord (élus, associations, habitants...) sur le fait que l'île est un milieu privilégié au coeur du golfe du Morbihan, et que sa qualité environnementale doit être préservé.Mais cette préservation doit se faire dans le respect de ses habitants, de sa vie locale, économique et sociale comme le préconise la charte du Parc naturel régional. La mairie de l'île d'Arz mène, depuis plusieurs années, une politique en faveur de la revitalisation agricole et du développement durable, en pleine adéquation avec les grandes directives nationales, régionales ou locales.La reprise, ces dernières années, d'activités agricoles respectueuses de l'environnement permet progressivement un entretien paysager de l'île. De par leur travail, les agriculteurs participent au maintien des paysages de qualité et recréent de la biodiversité ». « Le projet d'installation de Jean-François et Aude respecte pleinement ces objectifs, et nous sommes reconnaissants aux Ildarais qui leur manifestent spontanément leur soutien en aussi grand nombre. Ce jeune couple de maraîchers est très attendu. Notre île est bien vivante et veut le rester toute l'année », conclut l'équipe municipale.

Y aurait-il aussi sur l'ile de "méchants résidents secondaires" qui veulent faire mourir l'île d'Arz et faire partir Jean-François Bato et sa famille,en se prétendant des îliens qui se sont intéressés à ce qu'il se passe sur l'ile ?

Le Festival des Rias
Le festival se déroulera du 26 au 30 août dans dix communes du pays de Quimperlé. Une soixantaine de spectacles seront proposés. Plus de 50 000 spectateurs sont attendus.
23 compagnies se donnent rendez-vous pour cinq jours. L’affiche du Festival des Rias est concoctée par le Fourneau, centre national des arts de la rue basé à Brest. Une soixantaine de spectacles sont proposés. L’été dernier, près de 55 000 personnes sont venues applaudir les artistes.
Cette année, la nouveauté, c’est que le festival partira de l’eau salée pour aller vers l’eau douce. Le fil conducteur, c’est une chimère. Cette créature, mi-homme, mi-poisson proposera un voyage poétique et fera découvrir des lieux méconnus, sites naturels ou perles patrimoniales.
Cette année, les artistes résideront plusieurs jours dans certains bourgs. Quelques spectacles seront donnés plusieurs fois. Une première. Quinze créations récentes seront présentées dont neuf soutenues en production par le Fourneau.

Une espèce rare dans la baie du Stiff à Ouessant
Dans la baie du Stiff, la semaine dernière, qu'Anne et Willy Bay ont découvert une espèce d'ascidie (animal marin filtreur) non encore répertoriée en mer d'Iroise. Il s'agit d'une ascidie pédonculée dont le nom scientifique est : Bolteniopsis-prenanti, observée pour la première fois en 1927, sur les côtes du Maroc et au large de Roscoff, respectivement par 150 m et 9 m de fond. Cette espèce a été rencontrée jusqu'à 450 m de profondeur. Dans la baie du Stiff, elle a été identifiée, par seulement 30 m de fond, elle vient rejoindre les pieds de corail jaune et de corail noir parmi les espèces observables en eau profonde à Ouessant

Ouessant nouvelle structure pour l'abeille noire

2015 voient la naissance d'une nouvelle structure insulaire, l'Institut ouessantin de recherche sur l'abeille noire bretonne, qui se donne cinq ans pour réaliser ses objectifs. Ses fondateurs souhaitent apporter quelque chose à l'île, en faisant progresser la connaissance du public sur l'abeille, via la publication de travaux scientifiques et de la carte génétique, tout en faisant participer collégiens et lycéens. Le milieu universitaire participera également aux travaux concernant l'apithérapie dont l'efficacité est avérée, en vue d'une possible application en pharmacie. Une maison de l'abeille pourra aussi voir le jour. C'est Léo Hellequin, de Kéréré, petit-fils du fondateur du conservatoire, qui a été élu président, à l'unanimité. Gwendal Kéruzec, de Plouénan, attaché à la conservation des races anciennes bretonnes et Romain Le Menn, écologiste finistérien, l'ont rejoint au bureau. Le nouvel organisme souhaite la protection de l'abeille. Dans ce but, il entend travailler en réseau et avoir pour partenaires les structures existantes : Parc d'Armorique, parc marin, Association naturaliste d'Ouessant, etc.

La Compagnie Océane et l'éco conduite

​Depuis 2009 le conseil général du Morbihan a équipé trois de ses ferries Bangor, Ile de Groix, Vindilis, d'un système de contrôle de la consommation de carburant. les trois unités des liaisons maritimes entre le continent et les îles du Morbihan sont équipées du système Ixeko, un économètre sur mesure conçu et réalisé à Lorient.
Son principe: donner en temps réel aux capitaines, le niveau de consommation en carburant des moteurs, mais aussi donner au fil des heures et des journées, les consommations globales. En règlant la vitesse des moteurs, mais aussi les paramètres des hélices, tout commandant de navire peut diminuer sa consommation. Avec un demi-noeud de vitesse en moins, un bateau comme le Bangor peut économiser 20l/h/moteur. On peut estimer qu'un tel navire peut économiser 500 litres de gasoil par jour. On imagine l'économie en fin d'année ! le coût du carburant peut représenter jusqu'à 30% du chiffre d'affaires d'un navire. Le système Ixeko donne une vision globale et peut agir sur plusieurs moteurs en même temps. Il est totalement automatisé et sécurisé. Les capitaines font la chasse aux gaspillages et pratiquent l’ écoconduite.